[Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Les troupes régulières d'Ostland sont parmi les plus robustes et les plus coriaces de l'Empire, d'où la tête de taureau qu'elles ont adoptée pour emblême. Depuis Wolfenburg, le Comte Valmir von Raukov tient les rennes de cette province du nord.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 951
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par [MJ] Le Djinn »

Comme tout à chacun devait être fortement fatigué à cette heure de la nuit, personne ne vint chercher Friedrich pour le restant de la soirée. A vrai dire les gardes somnolaient déjà au bout de leurs armes plantées dans le sol, observant d'un dernier œil vaillant une forêt immobile. Aucun danger ne semblait vouloir se profiler et briser la solennité et le calme de la nuit. Tant mieux, pensaient les hommes, cela laisserait le temps à chacun de profiter du bon temps tant qu'il y en avait encore.
Pourtant rejoindre sa couche ne devait pas être une partie de plaisir pour Hadler, tant Chester mit de la mauvaise volonté pour le laisser profiter d'un sommeil réparateur. Son attaque fût lancée dès l'entrée du capitaine: se plaçant en embuscade devant la porte de la tente, camouflé par l'obscurité, il laissa Friedrich se cogner à son corps, trébucher et tomber en avant, se ramassant lamentablement au sol. Profitant de la faiblesse de son adversaire, le terrible félin se lança à l'assaut de la moustache du militaire, jouant avec à coup de pattes jusqu'à se faire chasser par un Friedrich sans doute passablement remonté. Enfin, pourtant, le lit était à portée!
Hélas, trois fois hélas, la nuit fût écourtée: par on ne savait quel maléfique moyen, le chat démoniaque s'incrusta dans la tente à nouveau et se jeta derechef sur le torse exposé du soldat de carrière, lui coupant le souffle et offrant comme vision de réveil un anus étoilé. La victoire était encore une fois acquise pour Chester le chat…

Le quinzième jour, marquant la moitié du mois, devait finalement être moins amusant que prévu. Les moulins devaient tourner, les soldats devaient se former et le passage de la quinzaine avait considérablement refroidi l'ambiance, provoquant moult mouvements de foi et de peur. Les seules gagnantes étaient les prostituées qui profitaient avantageusement du stress et de la crainte des soldats.
Il faisait assez beau pourtant ce jour-là et les regards craintifs lancés vers les bois semblaient davantage relever de la superstition paysanne que de la menace réelle. Le camp du Comte-Electeur, bien rempli et fortement gardé rajoutait une couche supplémentaire de sécurité. Vers quatorze heure, alors que les soldats finissaient leurs gamelles et qu'on se remettait au travail, un messager sans nom ni titre vint chercher Friedrich. Il portait une demande du plus haut gradé dans le coin.


-"Capitaine Hadler. Le Comte-Electeur von Raukov m'envoie. Il souhaiterait vous voir en fin d'après-midi à sa tente pour discuter de l'organisation des forces. Pourrez-vous être présent?"

Quelle que soit sa réponse, le messager irait la rapporter derechef à son maître. Moins sympathiques en revanches étaient les tambours qui résonnaient à nouveau des profondeurs des bois, plus intensément encore qu'à leurs concerts précédents. De multiples brames et hurlements jaillirent à leur suite, déformés par la sauvagerie ou par une inspiration sinistre. La plupart des hommes tremblèrent.

Ils étaient déjà la moitié du chemin...
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Friedrich Hadler
PJ
Messages : 170

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par Friedrich Hadler »

Hélas, Friedrich ne parvint pas à trouver Erika Loft durant le reste de la soirée. Ce n’était guère surprenant, d’ailleurs, car la jeune fille devait sûrement être très occupée. Le militaire alla donc se coucher directement. Même s’il fut perturbé dans son endormissement puis dans son sommeil par le chat noir de la sorcière, l’insolent Chester, il n’en restait pas moins d’attaque au lever.

Il y aurait fort à faire ce jour là, comme tous les autres depuis son arrivée à Col-de-Ferlangen, bien sûr. En s’habillant et en se préparant à sortir, Friedrich eut une pensée pour Poigno, son ami qui devait être entre les mains des bandits en ce moment même. Tiendrait-il suffisamment longtemps pour qu’on puisse le secourir ? Et les aventuriers lancés à sa poursuite, que leur arriverait-il ?

Chassant ces idées noires pour lesquelles il ne pouvait rien faire de plus, le capitaine décida de se concentrer sur l’opérationnel. L’afflux de ressources journalières était important, mais la consommation quotidienne aussi ne faisait que grimper, ce qui limitait les possibilités, d’autant plus que le nombre et le volume des constructions et des recrutements à venir représentaient un investissement faramineux à l’échelle des ressources du village. Et pourtant, ces dernières étaient maintenant loin d’être négligeables !

Il était évident pour Hadler qu’il ne pourrait pas lancer dans l’immédiat la totalité des constructions envisagées. L’important était de prioriser l’affectation des ressources aux choses les plus importantes. En premier venait la nécessité d’un recrutement à flux tendu, soit le lancement de la formation de deux nouveaux piquiers pour remplacer sur le terrain d’entraînement les deux nouvelles recrues fraîchement formées. Puis, en seconde priorité, il y avait l’augmentation du ravitaillement, nécessaire pour compenser l’augmentation des effectifs et des constructions défensives : trois moulins supplémentaires furent commencés. Enfin, en dernier lieu pour l’instant viendrait les défenses fixes, soit la construction d’une tour renforcée sur les 4 envisagées au final. Ce n’était pas très urgent dans l’absolu, mais il ne fallait pas trop tarder non plus pour en lancer la construction, car elles prendraient du temps à bâtir, et qu’il restait peu de marge d’ici à la nuit des bêtes.

Pour ce faire, le capitaine dût aller échanger des ressources chez le commerçant, comme tous les matins. Il vendit ainsi 4 sacs de farine pour 40 pièces, et en échangea 700 autres contre 140 troncs d’arbres. Il utilisa ces ressources pour recruter et construire ce qu’il avait prévu.

L’arrivée du messager du Comte Electeur le cueillît au moment où il affectait les ouvriers à leurs tâches. Bien que très occupé, le jeune officier prit le temps de répondre positivement au soldat. En effet, la visite de Valmir von Raukov était de loin l’évènement le plus important que le village avait connu durant les quinze derniers jours, et une discussion sur les dispositions tactiques et opérationnelles dans la région serait très utile. En dépit des apparences, Col-de-Ferlangen n’était pas si isolée à l’échelle d’un théâtre d’opérations, elle s’inscrivait dans un dispositif plus global : mieux valait donc prendre toutes les informations possibles dans ce genre de réunions. De plus, le Comte était connu pour être un vieux renard, un fin tacticien et un stratège hors pair : ses éventuels conseils ne pourraient qu’être bénéfiques. Friedrich pensa durant un instant à un possible piège du marquis froissé, mais le lieu de la convocation, la tente de Valmir, excluait complètement cette hypothèse. Il répondit donc :


–Bien sûr, dites au Comte que j’y serai, et que je suis toujours disponible pour lui s’il a besoin de moi.

L’après-midi, il se rendrait donc à l’heure dite chez le Comte-Electeur. En attendant, notre héros continuerait à superviser les travaux ordonnés, l’avancement des formations des nouvelles recrues et le dispositif défensif. Contrairement à la plupart, les brames et les tambours de guerre provenant de la forêt le motivaient plus qu’ils ne l’effrayaient. Parce qu’ils lui rappelaient l’importance de sa mission, l’imminence et la dureté du combat à venir. De lourdes responsabilités, certes, mais galvanisantes pour un militaire. Il aurait une bataille à gagner, et il comptait bien tout faire pour s’assurer les meilleurs préparatifs possibles dans ce but. Les vies de tous les habitants du village, et peut-être plus encore, en dépendraient.
Résumé des actions entreprises au J16 :

Au début du jour, je dispose des ressources suivantes (consommation déjà déduite) :
10 bois
739 ravitaillements
25 PO

Recrutement :
2 piquiers – 40 PO (soit 4 ravitaillements)

Constructions (en plus des 2 terrains de soldat et du terrain d’arquebusiers déjà en construction) :
65 pieux pour 65 fossés - 65 bois (10 bois et 275 ravitaillements) opérationnels le lendemain
1 tour renforcée - 40 bois (soit 200 ravitaillements) opérationnelle dans 6 jours
3 moulins - 45 bois (soit 225 ravitaillements) opérationnels dans 2 jours

NB : dans mon tableau, j’ai considéré que le bonus de 10% pour utiliser des ouvriers réduisait de 1 jour le temps de construction des tours renforcés (passant de 7 à 6). Vu que je l’ai ignoré jusqu’ici pour toutes les constructions jusqu’à présent, je pense que c’est équitable, mais si ça pose problème signale le moi et je remettrai les délais de mon tableau à 7.

Après ces actions, il me reste donc :
0 bois
35 ravitaillements
25PO

Affectation des ouvriers au jour 16 :
10 bûcherons
90 ouvriers agricoles
100 ouvriers en construction
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... ich_hadler

Profil : FOR 10 / END 11 / HAB 10 (9*) / CHAR 10 / INT 10 / INI 10 / ATT 14 (13*) / PAR 14 (13*) / TIR 11 / NA 3 / PV 85/85
*: profil avec armure (bonus des compétences non inclus)

Compétences :
• Sang-froid : Votre personnage a ce qu'on appelle des «nerfs d'acier». Il sait rester maître de lui-même dans les situations les plus dangereuses. Bonus de +1 sur n'importe laquelle de ses caractéristiques lors de la réalisation d'une action dans un climat de stress et de tension mentale.

• Coups puissants : augmente les dégâts occasionnés à ses adversaires de + 1D3 pts de dégâts.

• Autorité : bonus de +1 lorsque, confronté à des militaires, il essaye de faire prévaloir son autorité, ses ordres etc.,

• Arme de prédilection : épées à une main : Bonus de +1 en ATT lorsqu'il en utilise en combat. Par contre, lorsqu'il utilise une autre arme que son arme de prédilection, il reçoit un malus de -1 en ATT et en PAR pendant les 1D3 premiers combats qu'il livrera avec cette arme, le temps qu'il s'y adapte.

• Alphabétisation : Votre personnage est capable de lire et d'écrire les langages utilisant l'alphabet du vieux monde s'il comprend ce langage.

• Langage secret : jargon de bataille : Votre personnage sait parler le jargon des batailles.

• Anticipation : Votre personnage, au combat, arrive à prévoir les réactions d'un ennemi. Pour analyser le style de combat de son adversaire direct, il lui faudra 2 rounds entiers. A partir du 3ème round, cette compétence lui permet d'avoir un bonus de +1 en ATT et en PAR contre ce seul adversaire. (Pour bénéficier de ce bonus contre un autre adversaire, il lui faudra l'avoir combattu pendant au moins 2 rounds)

• Adresse au tir (arcs) : +1 en TIR avec un arc.

• Volonté de Fer : Votre personnage se révèle être particulièrement très résistants à la peur, aux attaques mentales et à tout ce qui pourrait tenter de briser sa volonté. Il obtient +1 aux tests pour résister à un contrôle mental, à la peur etc…

• Parade : Double les points de parade de l'arme ou du bouclier utilisé.

• Coriace : Diminue de 1D3 les dégâts subis (jusqu'à un minimum de 1).

•Réflexes éclairs : +1 aux test INI en réaction à la surprise.


Equipement de combat : • Devoir (épée à une main) (18 +1D10, 12 Parade) Les morts-vivants, les démons etc… Que la lame touche subissent 1d6 dégâts de plus
• Bouclier d'acier (6+1d6 dégâts, 16 parade)
• Epée à une main (16 +1D8, 12 Parade)
• Cotte de mailles (9 protection, tout sauf tête -1 HAB, ATT et PAR)
• Arc court (26+1D8, -2 TIR/16 m)

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 951
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par [MJ] Le Djinn »

On travaillait dur à Col-de-Ferlangen et à part les accidents mineurs qui arrivaient de temps à autre durant la journée rien de particulier ne semblait vouloir se passer. Du côté du Comte l'ennui se faisait sentir et les fidèles hommes de l'Ostland ne savaient plus comment faire passer le temps: certes les troupes d'élite, terribles joueurs d'épées ou juste soldats vétérans, ceux-là savaient se tenir, mais pour la piétaille, quel mauvais exemple! Fort heureusement la noblesse martiale ne tarda pas à reprendre les soudards, les buveurs et les gros joueurs en main à coup de triques. La soirée promettait toutefois un peu plus d'activité: l'armée de l'Ostland lèverait le camp à l'aube et il fallait ranger ce qui pouvait l'être avant la nuit. Quelques disputes éclatèrent ça et là sur ce qu'il fallait jeter, ranger ou garder, mais rien qui ne nuit vraiment à la tranquillité de la soirée.

Devenus à présent rituels les tambours se firent entendre une fois de plus, toujours plus brutaux et plus nombreux. Les sentinelles fixaient suspicieusement la forêt, s'attendant à une attaque sous peu. Les ombres s'accumulaient depuis quelques temps et un jeune garde avait juré voir des femmes volantes surgir d'un arbre durant la nuit précédente. Certains psalmodiaient des prières ou récitaient des chansons de leur enfance. Heureusement la présence des armées du Comte-Electeur rassuraient même les plus craintifs.
La tente de Valmir von Raukov, toujours fortement gardé, était comme toujours fermée aux yeux importuns. Les hallebardiers ouvrirent à Friedrich qui découvrit l'Electeur au-dessus d'une carte de l'Ostland marquée de divers points. Au centre Ferlangen, sise devant les montagnes dans les chemins de la Forêt des Ombres. Partout des petits points rouges signalaient les cibles des attaques. Friedrich y reconnut le village où il se trouvait actuellement, dans une petite étendue beige contournée par la forêt verte. Il y avait en tout douze points de la couleur rougeâtre et une dizaine de couleur bleue ainsi que six points de couleur verte, notamment sur les grandes villes. Le Comte parla sans même prendre le temps de saluer son invité.


-"Même pas dix mille hommes à répartir dans toute la région. Du manque de matériel, de vivres, de bras. Et l'Empereur qui feint de ne pas nous voir, dans son Reikland intouché et cossu. Par Sigmar, j'enrage!"

Furieux, Valkmir frappa du poing sur la table, renversant une cruche vide et quelques verres trainant là. Ses sourcils sombres étaient froncés quand il les reporta sur Friedrich.

-"Regardez la carte Hadler, regardez-là. Nous sommes cernés par cette maudite forêt! Les rapports nous viennent de partout, les embuscades se multiplient, des éclaireurs affirment que de la magie noire a réveillé des horreurs endormies. Et nous sommes là, avec nos épées et notre foi, à nous élever seuls pendant que nos voisins attendent notre disparition pour prendre nos dernières richesses. Nous vivons une époque terrible, Hadler."

Dans un accès de rage von Raukov balaya la carte de la table, la laissant nue. Un long soupir le traversa et il attrapa un petit carnet de comptes.

-"J'ai vu avec mes compagnons sur ce que nous pouvions vous offrir. Ce sera beaucoup et peu à la fois, car vous devez bien comprendr ceci: Col-de-Ferlangen ne doit pas tomber. Si le camp est submergé, nos lignes d'approvisionnements seront menacées et Ferlangen pourrait ne pas se remettre de la bataille, même victorieuse. Je vais vous confier de l'or, des ressources et quelques hommes. La suite, capitaine, sera pour vous seul.

Ah et la duchesse Loft a tenue à vous offrir son soutien, j'espère que tout cela vous suffira. Au passage un de mes éclaireurs a affirmé avoir vu une bête énorme rôder dans la forêt ce matin. Je ne sais pas s'il était ivre ou fou, mais vous devriez vous méfier."

Tu récupères:

300 PO. 200 bois. 200 ravitaillements.

10 soldats épéistes.
8 joueurs d'épées.
3 chevaliers (pistoliers).
1 canon Feu d'Enfer.

La duchesse Loft offre:

1 batterie Tonnerre de Feu.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Friedrich Hadler
PJ
Messages : 170

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par Friedrich Hadler »

Dès son entrée dans la tente seigneuriale, le militaire sentit toute la tension présente en ce lieu. Penché sur une carte stratégique, l’électeur d’Ostland était préoccupé. Enervé, même. Lorsqu’il parla, sa voix résonna d’une sainte et juste colère. Valmir von Raukov gérait une situation critique, à une échelle bien plus grande que celle que Friedrich avait sous sa charge. Quand on savait quels problèmes le capitaine rencontrait déjà à son niveau, on ne pouvait qu’imaginer l’ampleur des dilemmes qui devaient se poser au dirigeant de province.

Accueilli par des constats amers mais véridiques, Hadler n’interrompit pas son supérieur par la parole. Il se contenta d’un salut militaire de circonstance pour se présenter, avant d’entrer dans le vif du sujet et de se pencher sur la table comme on l’y invitait. Effectivement, la situation n’était guère brillante. Pourtant, le capitaine ne voulait pas céder au désespoir. En dépit de la noirceur des perspectives, il restait de la vie, il restait des gens prêts à se battre, il restait de l’espoir ! Le capitaine tint à le faire savoir à son chef, c’est pourquoi il lui répondit, après que celui-ci ait balayé la table en regrettant de vivre une époque si sombre.


–Peut-être, sire, mais c’est notre époque. Et par chance, Sigmar nous a donné un commandant à la hauteur de la tâche. J’ai confiance en vous. Les hommes ont confiance en vous. Ordonnez, et nous vous suivrons... Jusque dans les Désolations du Chaos s’il le faut.

L’éloge pouvait sembler vain, il n’en était pas moins sincère. En vérité, Friedrich se dit qu’il devait être agréable, parfois, de se voir remercier ou assurer de son soutien par ceux pour qui on donnait tant. Ce n’était pas le but, bien sûr. Valmir protégeait son pays par devoir et non par recherche de reconnaissance de la part de ses sujets. Mais un peu de gratitude et de soutien ne pouvait pas faire de mal. Un peu plus calme, le Grand Prince d’Ostland se saisit alors d’un calepin, le consulta et annonça à Hadler d’excellentes nouvelles. Il allait recevoir des ressources et d’importants renforts du Comte Electeur, dont le plus notable n’était rien de moins qu’un redoutable canon à répétition feu d’enfer, cette merveille d’ingénierie impériale, capable à ce que l’on disait d’engloutir un régiment entier de guerriers du chaos en armures lourdes en une seule salve. Mais ce n’était pas tout : la duchesse Erika Loft avait doublé la mise. La petite princesse lui avait offert rien de moins qu’une batterie tonnerre de feu pour l’aider à tenir le village. Nul doute que ces deux pièces d’artillerie seraient d’une grande utilité à notre héros. Le capitaine avait conscience de l’honneur qu’on lui faisait là, de la confiance que l’on plaçait en lui. Cela s’expliquait également par l’importance de la défense du lieu : comme le Comte le lui rappela, il devait tenir, sans quoi les lignes de ravitaillement de Ferlangen seraient directement menacées. Il aurait aimé remercier tout particulièrement la jeune fille pour ce qu’elle avait fait pour lui. Dans cette période difficile pour tous, et surtout pour elle, le soutien qu’elle lui témoignait par son acte comptait énormément aux yeux de Friedrich. Alors qu’elle risquait de perdre son père, leurs situations lui paraissaient étrangement semblables et liées. Les familles Loft et Hadler étaient liée depuis des années, depuis une génération. Maintenant, la vieille génération s’estompait en grande partie dans la douleur et le sang, laissant place à la nouvelle. Pour le pire ou le meilleur ? L’histoire était loin d’être terminée, et seul le dénouement le dirait.

Plus inquiétantes dans l’immédiat étaient les nouvelles relayées par les éclaireurs et les sentinelles du camp. On parlait de femmes volantes, de sombres créatures réveillées par la magie noire, et maintenant de monstres géants ? Voilà des informations qui n’étaient pas à négliger, même s’il fallait les considérer avec prudence. La philosophie de Friedrich en la matière était de s’attendre au pire, afin d’éviter les mauvaises surprises. Mieux valait être trop prudent que pécher par excès de confiance. Ces informations notées dans un coin de sa tête, il répondit d’une voix émue au « Marteau de l’Est », comme on le surnommait parfois en référence à sa réputation militaire :


–Je vous remercie du fond du cœur pour ces renforts inespérés, que j’accepte bien sûr avec joie. Soyez certain que nous en ferons bon usage. Et transmettez également tous mes remerciements à la duchesse pour son soutien. Il me touche beaucoup, surtout en ces temps difficiles pour tous.

Le capitaine désigna ensuite d’un geste vague de la main la ville de Col-de-Ferlangen, et il reprit, sa voix cette fois emprunte d’une détermination sans faille, tout comme ses yeux qui brillaient d’un feu d’acier glacial :

–Ces pauvres gens n’ont que nous pour les protéger. S’il n’y avait déjà eu qu’eux, nous nous serions battus comme des lions. Ce que vous me dites ne fait que renforcer notre détermination. Nous ne leur céderons pas un pouce de terrain. C’est notre terre ! Nous la défendrons, au prix de nos vies si nécessaire, mais nous vaincrons. Nous ne laisserons pas ces monstres détruire nos foyers et nos familles.
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... ich_hadler

Profil : FOR 10 / END 11 / HAB 10 (9*) / CHAR 10 / INT 10 / INI 10 / ATT 14 (13*) / PAR 14 (13*) / TIR 11 / NA 3 / PV 85/85
*: profil avec armure (bonus des compétences non inclus)

Compétences :
• Sang-froid : Votre personnage a ce qu'on appelle des «nerfs d'acier». Il sait rester maître de lui-même dans les situations les plus dangereuses. Bonus de +1 sur n'importe laquelle de ses caractéristiques lors de la réalisation d'une action dans un climat de stress et de tension mentale.

• Coups puissants : augmente les dégâts occasionnés à ses adversaires de + 1D3 pts de dégâts.

• Autorité : bonus de +1 lorsque, confronté à des militaires, il essaye de faire prévaloir son autorité, ses ordres etc.,

• Arme de prédilection : épées à une main : Bonus de +1 en ATT lorsqu'il en utilise en combat. Par contre, lorsqu'il utilise une autre arme que son arme de prédilection, il reçoit un malus de -1 en ATT et en PAR pendant les 1D3 premiers combats qu'il livrera avec cette arme, le temps qu'il s'y adapte.

• Alphabétisation : Votre personnage est capable de lire et d'écrire les langages utilisant l'alphabet du vieux monde s'il comprend ce langage.

• Langage secret : jargon de bataille : Votre personnage sait parler le jargon des batailles.

• Anticipation : Votre personnage, au combat, arrive à prévoir les réactions d'un ennemi. Pour analyser le style de combat de son adversaire direct, il lui faudra 2 rounds entiers. A partir du 3ème round, cette compétence lui permet d'avoir un bonus de +1 en ATT et en PAR contre ce seul adversaire. (Pour bénéficier de ce bonus contre un autre adversaire, il lui faudra l'avoir combattu pendant au moins 2 rounds)

• Adresse au tir (arcs) : +1 en TIR avec un arc.

• Volonté de Fer : Votre personnage se révèle être particulièrement très résistants à la peur, aux attaques mentales et à tout ce qui pourrait tenter de briser sa volonté. Il obtient +1 aux tests pour résister à un contrôle mental, à la peur etc…

• Parade : Double les points de parade de l'arme ou du bouclier utilisé.

• Coriace : Diminue de 1D3 les dégâts subis (jusqu'à un minimum de 1).

•Réflexes éclairs : +1 aux test INI en réaction à la surprise.


Equipement de combat : • Devoir (épée à une main) (18 +1D10, 12 Parade) Les morts-vivants, les démons etc… Que la lame touche subissent 1d6 dégâts de plus
• Bouclier d'acier (6+1d6 dégâts, 16 parade)
• Epée à une main (16 +1D8, 12 Parade)
• Cotte de mailles (9 protection, tout sauf tête -1 HAB, ATT et PAR)
• Arc court (26+1D8, -2 TIR/16 m)

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 951
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par [MJ] Le Djinn »

Silencieux et appuyé contre sa table, le Comte-Electeur observait avec gravité le parchemin. Des armées imaginaires se déplaçaient dessus alors que les stratégies et les catastrophes se succédaient dans son regard. Des hordes de monstres déferlaient des forêts opaques de l'Empire pour se jeter sur les rares survivants de la Tempête. Lentement, il replaça son regard vers Hadler, le jeune capitaine, promut dans l'urgence, presque monté sur l'échelon par caprice du destin.

Et c'était sur des hommes comme lui, presque des enfants, que l'avenir de l'Ostland reposait.

La conclusion était là: les dés étaient jetés. Ce n'était pas en une soirée qu'une stratégie meilleure que celle de Friedrich serait mise en place et les ressources étaient déjà distribuées. Que restait-il à faire à présent? Rien, rien du tout. Von Raukov se redressa alors, posant ses yeux sombres sur l'officier en face de lui. Un instant le temps s'arrêta et notre héros fût jaugé. Il n'y eut qu'un mot:


-"Rompez."

Et plus une âme ne bougea dans la tente jusqu'au lendemain matin et au départ de cette formidable armée de soldats et de miliciens, nobles et chevaliers, qui partirent sans dire un mot, ni un regard en arrière. Pas plus de la jeune Loft que de Valmir von Raukov d'ailleurs. Plus d'un s'en étonnèrent, parmi les soldats comme les civils. Qui étaient ces seigneurs si emplis de morgue qu'ils partaient sans tourner le dos, sans un dernier discours, sans saluer les troupes une dernière fois? C'est une Arianna sortie de l'ombre qui plaça dans un murmure la réponse à l'oreille de Friedrich:

-"On salue les soldats, pas les morts en sursis..."

Et malgré les canons et leurs artilleurs qui trônaient fièrement à l'avant de la bourgade, il fallait reconnaitre qu'elle avait raison: les ombres se multipliaient déjà et les patrouilleurs affirmaient trouver des empreintes de pas de plus en plus fraiches aux abords de la forêt. Les bûcherons n'étaient plus tranquilles et les fermies affaires aux moulins tournaient la meule avec des regards en coin vers l'extérieur. Plus de la moitié du délai était passé et les troupes se faisaient de plus en plus nombreuses mais on sentait que du côté adversaire la chose était identique.

Il y aurait encore dix jours de relative tranquillité… Puis il faudrait se barricader.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Friedrich Hadler
PJ
Messages : 170

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par Friedrich Hadler »

L’intervention d’Arianna fit sourire notre héros. Certes, le comte et sa suite étaient partis sans faire de cérémonie, mais ce n’était pas pour autant qu’ils ne soutenaient pas Col-de-Ferlangen, sinon quoi jamais ils n’auraient fourni un soutien supplémentaire en ressources et en artillerie. C’est donc avec une mise joyeuse que Friedrich répondit à son interlocutrice :

–Dame Strauss, quelle bonne surprise ! Je constate avec joie que vous semblez vous être remise de vos blessures.

Le dix-septième jour commencerait avec l’ouverture de plusieurs grands chantiers. Sur le plan militaire, deux terrains d’entraînement de soldats et un pas de tir d’arquebusiers venaient d’être achevés, ce qui doublait presque la capacité de recrutement de la ville. Au vu du temps de formation requis, déjà réduit au strict minimum, il ne faudrait pas attendre et continuer la politique de flux tendu entreprise jusqu’alors. Ainsi, en plus d’un nouveau pisteur, ce seraient deux nouveaux piquiers, deux arquebusiers et deux épéistes qui seraient recrutés.

Sur le plan des infrastructures, grâce aux ressources supplémentaires accordées par Valmir von Raukov, il y avait aussi fort à faire. Ce serait même la dernière grande vague de construction prévue, sauf évènement nouveau. Utilisant le bois dont il disposait, le capitaine Hadler décida de lancer directement la construction de deux ultimes moulins, de cinq terrains d’entraînement de soldats, ainsi que de trois tours renforcées supplémentaires disposées aux endroits prévus, c'est-à-dire aux extrémités des fossés. Il ferait également garnir de pieux les quelques longueurs de tranchées qui ne l’avaient pas encore été. Quelques uns des ouvriers restants se chargeraient de creuser des fossés devant la façade exposée des tours en construction et d’y mettre de redoutables pieux. De la sorte, il serait difficile d’accéder au contact de ces structures renforcées et de les endommager, même pour une créature plus imposante qu’un humain.
Une sorte de ceinture défensive de plus en plus efficace prenait peu à peu forme entre le village et les bois. Serait-elle suffisante ? Seul l’avenir permettrait de le dire.

Cette structure, bien qu’inachevée, était néanmoins déjà utile. Si, le jour, les abords du camp de bûcherons étaient fortement gardés par une dizaine d’hommes pour protéger les travailleurs, la nuit, la ligne de défense se déplaçait de l’orée de la forêt à cette longue tranchée qui constituait l’itinéraire extérieur principal de la garde. En effet, située sur la plaine entre la forêt et le village, elle permettait de patrouiller efficacement (on pouvait voir l’ennemi arriver de plus loin sur cette zone dégagée) et de manière plus protégée (puisque les ouvrages pourraient servir à se défendre en cas d’attaque). La nuit, il y avait donc en permanence un nombre conséquent de soldats de métier sur cet axe principal. Evidemment, cela n’empêchait pas des patrouilles internes au village, réalisées par des miliciens. De même, une surveillance de la totalité du périmètre extérieur était effectuée par des patrouilles militaires à intervalles fréquents, mais irréguliers. Un contournement d’envergure non repérable depuis la tranchée était peu probable, voire presque impossible, mais Friedrich ne voulait pas totalement écarter cette option, et se prémunir contre les éventuelles tentatives d’infiltration d’éléments avancés ou isolés, plus aptes à réaliser ce genre de tâches discrètes qu’une troupe nombreuse.

Les deux pièces d’artillerie étaient pour l’instant placées à l’entrée Ouest de Col-de-Ferlangen, orientées vers la forêt. Elles avaient une vue dégagée sur la grande plaine séparant le village des bois, où les infrastructures défensives étaient en cours de construction. Elles étaient fortement gardées en permanence.

Le dix-huitième jour serait lui plus calme. Trois nouveaux moulins flambant neufs étant construits, leurs ouvriers ainsi qu’une partie de ceux précédemment affectés au creusement des tranchées et au taillage des épieux iraient les faire tourner à plein régime, soit 45 ouvriers de construction réaffectés à l’agriculture. Au total, il y aurait donc 135 ouvriers agricoles, 55 à la construction et 10 au bûcheronnage. La politique de recrutement continuerait à l’identique, soit la formation initiale de 2 épéistes et 2 arquebusiers supplémentaires.

Le dix-neuvième jour verrait la disponibilité de deux nouveaux moulins et de pas moins de cinq nouveaux terrains d’entraînements. La ville était maintenant dotée d’un large espace dédié au militaire. On aurait presque dit qu’il s’y trouvait la caserne d’une petite garnison, avec ses baraquements en bois et ses espaces d’entraînement, ainsi que toutes les activités annexes liées à l’armée. Au niveau des actions entreprises par le capitaine Hadler en ce jour, il ordonna que 30 ouvriers ayant terminé leurs constructions la veille au soir aillent actionner les moulins. Les 5 restants dans ce cas ne seraient pas désœuvrés, ils auraient la tâche d’agrandir encore le pas de tir afin de pouvoir y former deux nouveaux arquebusiers en plus des autres. Après avoir vendu au commerçant pour 240 pièces d’or de sacs de nourriture, il lança également le recrutement d’une demi-douzaine de nouveaux piquiers et d’autant d’épéistes.

Je passe donc 3 jours entiers, jusqu’au matin du J20 si rien ne se passe en attendant.

Résumé des recrutements et constructions lancés au J17 :

Préalable : échange 105 ravitaillements contre 21 bois.

Recrutement :
-1 pisteur (25 PO, disponible dans 3 jours)
-2 soldats piquiers (40 PO, disponibles dans 3 jours)
-2 soldats épéistes (40 PO, disponibles dans 3 jours)
-2 arquebusiers (60 PO, disponibles dans 3 jours)

Construction :
-3 tours renforcées (120 bois, terminées dans 6 jours) => 15 travailleurs
-15 épieux à placer dans les fossés restants (15 bois, terminés le soir même) => 15 travailleurs
-8 blocs de fossés garnis de pieux (16 bois, terminés le soir même) => 16 travailleurs
-2 moulins (30 bois, terminés dans 2 jours) => 10 travailleurs
-5 terrains de soldats (50 bois, terminés dans 2 jours) => 25 travailleurs

Me reste donc à la fin du J17 (consommation du jour comprise, et avant les récoltes du jour) :
0 bois
710 ravitaillements
160 PO

Soit au début du J18 (consommation de bouffe du jour comprise, récoltes de la veille aussi) :
10 bois
1280 ravitaillements
160 PO

Réaffectation de 45 ouvriers précédemment en construction en agriculture sur les 3 nouveaux moulins. Les 55 restants en construction sont déjà tous occupés, impossible d’ouvrir de nouveaux chantiers.

Recrutements au J18 :
-2 soldats épéistes (40 PO, disponibles dans 3 jours)
-2 arquebusiers (60 PO, disponibles dans 3 jours)

Soit au début du J19 (consommation de bouffe du jour comprise, récoltes de la veille aussi) :
20 bois
2341 ravitaillements
60 PO

Réaffectation de 30 ouvriers précédemment en construction en agriculture sur les 2 nouveaux moulins. Ne reste donc que 25 ouvriers en construction (dont 20 occupés sur la construction des 4 tours renforcées).

J’échange 24 ravitaillements contre 240 pièces d’or.

Recrutements au J19 (les 5 nouveaux terrains de soldats étant disponibles, +1 terrain qui a fini sa formation) :
-6 soldats piquiers (120 PO)
-6 soldats épéistes (120 PO)

Construction au J19 : (avec les 5 hommes disponibles en construction)
-1 terrain d’arquebusiers (20 bois, terminé dans 2 jours)

Soit au début du J20 (consommation de bouffe du jour comprise, récoltes de la veille aussi) :
10 bois.
3716 ravitaillements.
60 pièces d’or.
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... ich_hadler

Profil : FOR 10 / END 11 / HAB 10 (9*) / CHAR 10 / INT 10 / INI 10 / ATT 14 (13*) / PAR 14 (13*) / TIR 11 / NA 3 / PV 85/85
*: profil avec armure (bonus des compétences non inclus)

Compétences :
• Sang-froid : Votre personnage a ce qu'on appelle des «nerfs d'acier». Il sait rester maître de lui-même dans les situations les plus dangereuses. Bonus de +1 sur n'importe laquelle de ses caractéristiques lors de la réalisation d'une action dans un climat de stress et de tension mentale.

• Coups puissants : augmente les dégâts occasionnés à ses adversaires de + 1D3 pts de dégâts.

• Autorité : bonus de +1 lorsque, confronté à des militaires, il essaye de faire prévaloir son autorité, ses ordres etc.,

• Arme de prédilection : épées à une main : Bonus de +1 en ATT lorsqu'il en utilise en combat. Par contre, lorsqu'il utilise une autre arme que son arme de prédilection, il reçoit un malus de -1 en ATT et en PAR pendant les 1D3 premiers combats qu'il livrera avec cette arme, le temps qu'il s'y adapte.

• Alphabétisation : Votre personnage est capable de lire et d'écrire les langages utilisant l'alphabet du vieux monde s'il comprend ce langage.

• Langage secret : jargon de bataille : Votre personnage sait parler le jargon des batailles.

• Anticipation : Votre personnage, au combat, arrive à prévoir les réactions d'un ennemi. Pour analyser le style de combat de son adversaire direct, il lui faudra 2 rounds entiers. A partir du 3ème round, cette compétence lui permet d'avoir un bonus de +1 en ATT et en PAR contre ce seul adversaire. (Pour bénéficier de ce bonus contre un autre adversaire, il lui faudra l'avoir combattu pendant au moins 2 rounds)

• Adresse au tir (arcs) : +1 en TIR avec un arc.

• Volonté de Fer : Votre personnage se révèle être particulièrement très résistants à la peur, aux attaques mentales et à tout ce qui pourrait tenter de briser sa volonté. Il obtient +1 aux tests pour résister à un contrôle mental, à la peur etc…

• Parade : Double les points de parade de l'arme ou du bouclier utilisé.

• Coriace : Diminue de 1D3 les dégâts subis (jusqu'à un minimum de 1).

•Réflexes éclairs : +1 aux test INI en réaction à la surprise.


Equipement de combat : • Devoir (épée à une main) (18 +1D10, 12 Parade) Les morts-vivants, les démons etc… Que la lame touche subissent 1d6 dégâts de plus
• Bouclier d'acier (6+1d6 dégâts, 16 parade)
• Epée à une main (16 +1D8, 12 Parade)
• Cotte de mailles (9 protection, tout sauf tête -1 HAB, ATT et PAR)
• Arc court (26+1D8, -2 TIR/16 m)

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 951
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par [MJ] Le Djinn »

Deux décades étaient passées quand Friedrich se leva ce matin là, réveillé par un Chester plus en forme que jamais. Une agitation parcourait le campement en éveil: des traces de pas incroyablement nombreuses avaient été trouvées par du camp de coupe dans la forêt et il apparaissait que plusieurs cadavres d'humains avaient été posés sur des troncs tranchés. Les ouvriers avaient été terrorisés et hésitaient même à retourner au labeur, devant être poussés aux fesses par les lances des soldats. Quelques pisteurs s'étaient aventurés dans les broussailles pour déclencher un assaut ou trouver des embusqués, sans succès. Il semblait donc que la manœuvre soit purement dévolue à l'intimidation. Quoiqu'il en soit, c'était réussi et un murmure de panique se répercutait à Col-de-Ferlangen.

A côté de cela, Friedrich commençait à afficher une véritable petite armée. Des hommes entrainés et déterminés qui se préparaient à faire la guerre. Aucune nouvelle cependant de Poigno ou des aventuriers qui semblaient s'être tout bonnement volatilisés. Personne n'en parlait plus au village où les mots se concentraient davantage sur les deux magnifiques pièces d'artillerie qui trônaient dans la bordure extérieure, entre les camps d'entrainement. La sorcière en revanche se faisait impatiente et alla même personnellement voir Friedrich pour lui ordonner doucement de lui remettre Devoir afin qu'elle puisse l'enchanter. Encore quelques jours et il serait trop tard pour commencer le rituel.
Arianna semblait être réapparue comme par magie après le départ du Comte-Électeur. Comme si elle n'avait jamais disparue, elle était encore dans sa tente dans les bosquets à l'arrière de la bourgade, occupée à aiguiser ses armes. Ses blessures s'étaient cicatrisées pour la plupart et la jeune femme semblait plus en forme qu'avant. Une irrépressible envie de se battre la taraudait cependant et on aurait pu croire qu'elle se précipiterait d'elle même dans la forêt si elle n'avait pas bientôt l'occasion de tuer.

Encore une dizaine de jours séparaient Hadler de la bataille finale. L'heure était au bilan et à la stratégie. Bientôt il serait trop tard.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Friedrich Hadler
PJ
Messages : 170

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par Friedrich Hadler »

Les trois jours ayant suivi le départ du Comte Electeur s’étaient déroulés sans qu’aucun évènement malheureux n’ait été à déplorer. Tout au plus les hommes-bêtes avaient-ils infiltré le camp de bûcherons désert à la faveur de la nuit, afin d’y installer de macabres trophées destinés à instiller la peur dans le cœur des travailleurs. C’était toujours embêtant, mais somme toute, cela n’était pas grand-chose. Dans l’ensemble, l’absence de tout mouvement ennemi était plutôt une bonne nouvelle.

Arianna Strauss, revenue en forme après le départ de Valmir von Raukov, trépignait déjà d’impatience. La jeune femme avait failli y passer moins d’une semaine auparavant, elle s’était à peine remise de ses blessures, et elle ne brûlait que de repartir au combat. Un exemple de combattivité comme on en croisait que très rarement. Evidemment, son histoire tragique expliquait cette soif inextinguible de bataille, qui avait aux yeux de Friedrich quelque chose de pathétique au sens noble du terme. C’était comme si la pauvre Arianna était par un caprice des dieux, condamnée à se battre jusqu’à ce qu’ironiquement elle trouve la mort dans un de ces combats. S’il l’avait pu, le capitaine Hadler aurait essayé de la libérer de ce fardeau. Malheureusement, il n’en avait ni la capacité, ni le temps. Sa mission était claire : la défense Col-de-Ferlangen passait avant tout.

Le vingtième jour ne fut guère différent des précédents. Après le nettoyage et la sécurisation du camp de bûcherons, il fit une inspection des constructions en cours par les vingt-cinq derniers ouvriers dédiés au bâtiment, avant de superviser la formation des nouvelles recrues et l’entraînement des plus anciens. Car après tout, même les vieux soldats avaient besoin de se maintenir en forme, lui compris. Les nouveaux n’étaient donc pas les seuls à s’exercer. Le nombre de recrues était d’ailleurs assez important ces derniers temps, et il ne ferait qu’augmenter, selon les prévisions du commandant de la place. Tant mieux. Les défenseurs auraient grand besoin de chaque homme disponible pour tenir.

Le plus difficile pour le chef était de voir ces gens qu’il formait et de se demander combien seraient encore debout dans quinze jours. Les instructeurs faisaient du mieux qu’ils pouvaient, leur transmettaient les bases et les trucs des vétérans. Hadler lui-même mettait souvent la main à la pâte et corrigeait ici une posture, là un mouvement. De toute façon, que pouvaient-ils faire de plus ? Il y aurait des pertes, c’était presque certain. Il fallait l’accepter et faire en sorte de donner à chacun le maximum de chances. C’était exactement ce qu’ils faisaient. Les recrues du jour, un pisteur, deux épéistes, deux piquiers et deux arquebusiers, étaient prometteuses. Quel dommage qu’ils aient si peu de temps pour les former !

Au niveau des stocks, du fait de la diminution des ouvriers affectés en construction et de l’augmentation proportionnelle des ouvriers agricoles, tous les voyants étaient au vert. Les réserves étaient énormes et grossiraient rapidement dans les jours à venir. La vente d’une partie des excédents suffirait largement à assurer un recrutement pléthorique de chevaliers, joueurs d’épée et mercenaires le moment venu, puis à les nourrir. Le reste de l’excédent serait utilisé pour augmenter les ouvrages et structures défensifs de la ville.

Friedrich avait en tête deux larges estrades d’artillerie protégées par des murets, légèrement surélevées et entourées de fossés garnis de pieux dans toutes les directions sauf vers l’arrière, où un plan incliné permettrait de mettre en place et d’enlever les pièces une fois la bataille terminée. Prenant au sérieux la menace volante rapportée par les sentinelles du Comte Electeur, il fallait que les estrades soient suffisamment larges et accessibles non seulement pour permettre aux servants et à la pièce de manœuvrer facilement, mais aussi pour qu’une dizaine d’hommes, des gardes, puissent s’y tenir et repousser tout assaut aérien sans gêner le tir. Des estrades carrées de quatre mètres de côté suffiraient. Depuis ces positions, l’artillerie serait mieux défendue et aurait une ligne de vue idéale sur toute la plaine jusqu’à la forêt, y compris par-dessus les troupes humaines. Seules les quatre tours renforcées encore en construction couperaient légèrement ligne de tir directe, mais ce n’était vraiment pas grand-chose.

C’est au début du vingt et unième jour qu’il ordonna aux cinq ouvriers ayant terminé le dernier terrain d’arquebusiers la veille de se consacrer à la mise en place de la première estrade. La seconde suivrait bientôt, dès qu’il aurait les ouvriers disponibles.

Toujours dans une optique de formation à flux tendu, le vingt-et-unième jour verrait le recrutement de quatre arquebusiers et deux soldats épéistes supplémentaires.

Le plus désagréable lors de ces deux jours fut sans doute pour notre héros le moment où il dut remettre son épée à la sorcière. Cette dernière avait beau avoir fait preuve de son allégeance, sa magie n’en restait pas moins terrifiante, et la perspective de voir une arme sainte comme Devoir entre ses mains n’enchantait guère Friedrich. Mais il ravala tant bien que mal sa fierté mal placée et sa peur latente pour confier sa fidèle lame à la jeteuse de sorts. Si grâce à cette rune, il pouvait sauver des vies, alors ce sacrifice en valait la peine.

Sur le plan offensif, le capitaine ne resta pas inactif. Beaucoup, pour ne pas dire tous les officiers et responsables de Col-de-Ferlangen s’étaient déjà fait mettre hors de combat dans des initiatives hors des limites de la cité. Le répurgateur Ornevin d’Oestroff, le sergent Poigno Ertezi… Il ne restait plus que lui, Friedrich Hadler. Mais ce n’était pas une raison suffisante pour que le capitaine laisse la peur lui dicter sa conduite. Et puisque les hommes-bêtes étaient suffisamment téméraires pour s’aventurer jusqu’à la périphérie de la forêt la nuit, il comptait bien en profiter pour leur rappeler pourquoi ils devaient se terrer dans les bois et n’avancer que la nuit.

Il prévint Arianna, tous les forestiers et une dizaine d’hommes de ce qu’il avait en tête. Il allait monter une embuscade. Le vingtième jour, les forestiers délimiteraient un périmètre proche de la lisière de la forêt, dans lequel ils placeraient des « alarmes ». Des fils reliés à des clochettes ou grelots, des branches craquantes, etc. De même, quelques brûlots remplis d’huile seraient disséminés à des endroits bien identifiés. Friedrich était conscient qu’il ne pourrait pas brûler les hommes-bêtes, n’ayant pas assez d’huile pour cela. Ce n’était pas son objectif. L’idée était, grâce à des tirs de flèches enflammées à ces endroits connus et bien repérés, ou via des mèches rapides si cela n’était pas possible autrement, d’éclairer une partie de la forêt, afin de donner une vision sur les éventuels intrus.
La nuit, un groupe de choc, dont il ferait partie, ainsi qu’Arianna si elle était d’accord, se dissimulerait dans les environs. La moitié de ce groupe serait des tireurs. Dès que l’ennemi serait repéré grâce aux « alarmes » et mis en pleine lumière, ils ouvriraient le feu à l’improviste pour infliger le maximum de dégâts aux ennemis. Et si ces derniers chargeaient, c’est là que le groupe de corps-à-corps interviendrait, dont Arianna et Friedrich. Ils intercepteraient, massacreraient et mettraient en déroute les derniers hommes-bêtes en couvrant les tireurs.

Le capitaine savait que les pertes ne seraient pas très conséquentes dans tous le cas. Ce serait une escarmouche de plus, qui ne déterminerait pas l’issue finale. Mais la réussite d’une nouvelle action de ce genre redonnerait un peu de moral aux habitants. Et ce serait un message aux chaotiques : ils étaient attendus de pied ferme.

Je passe 2 jours, jusqu'au début du J22.

Au début du J20 (avant recrutements et construction, mais consommation de bouffe du jour comprise, récoltes de la veille aussi) :
10 bois.
3716 ravitaillements.
60 pièces d’or.

Recrutement au début du J20 de :
1 pisteur (25 PO, opérationnel dans 3 jours)
2 soldats épée et bouclier (40 PO, opérationnels dans 3 jours)
2 soldats piquiers (40 PO, opérationnels dans 3 jours)
2 arquebusiers (60 PO, opérationnels dans 3 jours)

J’échange 13 ravitaillements contre 130 pièces d’or pour réaliser cette opération.

Pas de construction supplémentaire ce jour, aucun ouvrier n’étant disponible.

Au début du J21 (avant recrutements et construction, mais consommation de bouffe du jour comprise, récoltes de la veille aussi) :
20 bois.
5062 ravitaillements.
65 pièces d’or.

Recrutement au début du J21 de :
2 soldats épée et bouclier (40 PO, opérationnels dans 3 jours)
4 arquebusiers (120 PO, opérationnels dans 3 jours)

J’échange 16 ravitaillements contre 160 pièces d’or pour réaliser cette opération.

Construction au début du J21 de :
1 estrade d’artillerie (entourée de fossés garnis de pieux sur les 3 côtés sauf arrière et avec un petit muret de couvert, selon le schéma suivant, la plate forme centrale faisant environ 4mX4m).

Schéma détaillé d'une plate-forme d'artillerie :
Image

Schéma du placement grossier de ces plates-formes dans le dispositif de défense global (échelle non respectée) :
Image

Evidemment pour le petit projet d’embuscade en bordure de forêt, je prends ma vieille épée normale puisque Devoir est chez la sorcière.

EDIT : précision sur l'embuscade (composition des troupes). En plus de moi et d'Arianna, je fais venir les 9 pisteurs comme indiqué (tireurs à l'arc), un arquebusier et 10 soldats épée et bouclier (non handicapés).
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... ich_hadler

Profil : FOR 10 / END 11 / HAB 10 (9*) / CHAR 10 / INT 10 / INI 10 / ATT 14 (13*) / PAR 14 (13*) / TIR 11 / NA 3 / PV 85/85
*: profil avec armure (bonus des compétences non inclus)

Compétences :
• Sang-froid : Votre personnage a ce qu'on appelle des «nerfs d'acier». Il sait rester maître de lui-même dans les situations les plus dangereuses. Bonus de +1 sur n'importe laquelle de ses caractéristiques lors de la réalisation d'une action dans un climat de stress et de tension mentale.

• Coups puissants : augmente les dégâts occasionnés à ses adversaires de + 1D3 pts de dégâts.

• Autorité : bonus de +1 lorsque, confronté à des militaires, il essaye de faire prévaloir son autorité, ses ordres etc.,

• Arme de prédilection : épées à une main : Bonus de +1 en ATT lorsqu'il en utilise en combat. Par contre, lorsqu'il utilise une autre arme que son arme de prédilection, il reçoit un malus de -1 en ATT et en PAR pendant les 1D3 premiers combats qu'il livrera avec cette arme, le temps qu'il s'y adapte.

• Alphabétisation : Votre personnage est capable de lire et d'écrire les langages utilisant l'alphabet du vieux monde s'il comprend ce langage.

• Langage secret : jargon de bataille : Votre personnage sait parler le jargon des batailles.

• Anticipation : Votre personnage, au combat, arrive à prévoir les réactions d'un ennemi. Pour analyser le style de combat de son adversaire direct, il lui faudra 2 rounds entiers. A partir du 3ème round, cette compétence lui permet d'avoir un bonus de +1 en ATT et en PAR contre ce seul adversaire. (Pour bénéficier de ce bonus contre un autre adversaire, il lui faudra l'avoir combattu pendant au moins 2 rounds)

• Adresse au tir (arcs) : +1 en TIR avec un arc.

• Volonté de Fer : Votre personnage se révèle être particulièrement très résistants à la peur, aux attaques mentales et à tout ce qui pourrait tenter de briser sa volonté. Il obtient +1 aux tests pour résister à un contrôle mental, à la peur etc…

• Parade : Double les points de parade de l'arme ou du bouclier utilisé.

• Coriace : Diminue de 1D3 les dégâts subis (jusqu'à un minimum de 1).

•Réflexes éclairs : +1 aux test INI en réaction à la surprise.


Equipement de combat : • Devoir (épée à une main) (18 +1D10, 12 Parade) Les morts-vivants, les démons etc… Que la lame touche subissent 1d6 dégâts de plus
• Bouclier d'acier (6+1d6 dégâts, 16 parade)
• Epée à une main (16 +1D8, 12 Parade)
• Cotte de mailles (9 protection, tout sauf tête -1 HAB, ATT et PAR)
• Arc court (26+1D8, -2 TIR/16 m)

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 951
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par [MJ] Le Djinn »

Une ombre passa sur les visages des vingt soldats cachés dans les buissons aux abords du campement. Leur capitaine s'était montré particulièrement clair: ils devaient attendre là, leurs armes à la main, que les hommes-bêtes se montrent pour remettre en place une de leurs parodies macabres. La suite se faisait évidente: leur sauter dessus et les massacrer jusqu'au dernier, sans survivant de préférence.
Par chance, ou déveine, les frondaisons non-taillées étaient longues et épaisses, permettant un couvert approprié, abri habituel des créatures parcourant les bois. Les tambours claniques des chaotiques ne tardèrent pas à se faire entendre, dans cette routine installée depuis quelques temps maintenant. Un silence absolu régnait et les lunes, cachées derrière les nuages et le mince rideau de pluie qui commençait, n'aidaient pas à améliorer la visibilité. Le noir était en fait quasi-complet et au loin on ne voyait que les lumières de Col-de-Ferlangen où des gardes anxieux veillaient à côté des installations de défenses en cours d'érection.

Arianna, impatience et brutale dans son attitude, se terrait, accroupie et parée à bondir, sa lance et son épée en mains. Sous son casque intégral ses orbites jaunes scrutaient les ténèbres, tel un chien de chasse flairant une proie. Elle se retourna brusquement quand un soldat glissa sur un carré de boue, provoquant un petit bruit de vaisselle. Chacun constata qu'elle était à bout de nerfs quand elle pointa le pauvre maladroit de ses armes, sans aller plus loin toutefois.
Une heure passa, puis deux. Personne ne pipait mot mais on en pensait pas mois: personne ne viendrait, personne n'oserait. Après tout ils n'étaient que des bêtes idiotes, comment pourraient-ils oser faire la même farce deux soirs d'affilées? Ils étaient passés à autre chose depuis, voilà tout. Un hurlement terrible coula sur les branches et les feuilles. Plusieurs soldats relevèrent la tête, inquiets par ce cri proche de celui d'un loup. La jeune femme se contenta de murmurer, soudain moins sûre d'elle.


-"Ce n'est pas un brâme, ce n'est pas un brâme, ce n'est pas un brâme…"

Une forme humanoïde à l'aspect pourtant très lupin émergea d'une ombre, reniflant l'atmosphère. Elle prononça quelques mots brusques puis s'élança en avant, tombant presque à côté des troupes de Friedrich. Au passage, à la surprise de la créature, des bouts de métal accrochés à des ficelles tombèrent, en même temps que les cordes raccourcies qui les tenaient, provoquant un boucan de tous les diables, amenant les tireurs à se lever pour lâcher leurs projectiles vers la source du bruit. Aussitôt quelques archers triés sur le volet allumèrent leurs flèches pour tirer vers des barils nappés d'huile accrochés à certains arbres. Sur les quatre prévus, deux s'enflammèrent correctement, un fût raté par la flèche qui partit s'éteindre sur un arbre proche et le dernier archer n'eut simplement jamais le loisir de décocher, fauché dans son action par une des créatures qui l'engagea en combat.
Image


Alors l'assaut fût donné sur les formes étranges qui s'offraient à présent à la vue de tous, malgré la végétation. Il s'agissait de monstres à forme vaguement humaine mais aux membres disproportionnés. Leurs têtes étaient celles de loups abominables aux crocs dégoulinant de sang et aux griffes longues comme des dagues. Une demi-douzaine de ces formes étaient visibles et elles se mouvaient avec une vitesse affolante, disparaissant dans la végétation avant de bondir un peu plus loin. Deux archers étaient aux prises avec une des bêtes, les autres, restées jusque là en arrière, fonçaient à quatre pattes vers ces proies faciles. Friedrich ne pouvait cependant pas jurer qu'il n'y avait que ces créatures là, d'autres pouvant tout à fait attendre en réserve.

La situation s'engageait, incertaine, alors même qu'Arianna gémit:


-"Bordel! Qu'est-ce que c'est?!"
Les tireurs à distance voient 6 loups-garous écorcheurs. 1 LGE est au contact avec 2 archers (ils ne tireront pas et il n'y aura pas de tir sur lui).

Je considère que les archers ont le temps de tenter 2 salves de tir, l'arquebusier une seule, avant qu'un contact ne se fasse. Ils subissent tous un malus de -3 au TIR à cause de l'environnement forestier et de la célérité des LGE.

Arbitrairement je décide que les tireurs attaquent de façon équitable les LGE.

7 pisteurs tirent au premier tour: 18,7,7,10,10,2,17. Seuls Pisteur 2, Pisteur 3 et Pisteur 6 réussissent leur premier tir.
LGE 1 subit: 21 dégâts.
LGE 2 subit: 15 dégâts.
LGE 3 subit: 16 dégâts.
1 arquebusier tire: 18, échec.

LGE 1 régénère: 13 PVs.
LGE 2 régénère: 11 Pvs.
LGE 3 régénère: 6 PVs.
7 pisteurs tirent au deuxième tour: 5,1,14,13,6,10,17. Seuls Pisteur 1, Pisteur 2 (critique) et Pisteur 5 réussissent leur premier tir.
LGE 1 subit: 20 + 42 dégâts.
LGE 3 subit: 17 dégâts.

Un LGE qui n'avait pas été vu se joint au combat.

Je vais gérer les LGE blessés individuellement. voilà le résultat pour 2 tours de LGE totaux contre les soldats impériaux.
==========================
Round 1
==========================
Troupe 2 attaque Troupe 1: 4 Loup garou écorcheur vs 8 Soldat impérial
4 Loup garou écorcheur ont reussit à toucher (4 touche(s)).
4 Soldat impérial ont reussit à parer/esquiver.
Les dégâts infligés sont de 56 pts de vie.
aucun Soldat impérial n'est mort.
Il en reste 8 dont: 4 indemne(s), 4 blessé(s) léger et 0 blessé(s) grave(s).
Troupe 1 attaque Troupe 2: 8 Soldat impérial vs 4 Loup garou écorcheur
2 Soldat impérial ont reussit à toucher (2 touche(s)).
2 Loup garou écorcheur ont reussit à parer/esquiver.
Les dégâts infligés sont de 45 pts de vie.
aucun Loup garou écorcheur n'est mort.
Il en reste 4 dont: 2 indemne(s), 2 blessé(s) léger et 0 blessé(s) grave(s).
Troupe 2 attaque Troupe 1: 4 Loup garou écorcheur vs 8 Soldat impérial
3 Loup garou écorcheur ont reussit à toucher (3 touche(s)).
aucun Soldat impérial a reussit à parer/esquiver.
Les dégâts infligés sont de 66 pts de vie.
aucun Soldat impérial n'est mort.
Il en reste 8 dont: 4 indemne(s), 2 blessé(s) léger et 2 blessé(s) grave(s).
==========================
Troupe 2: 2 Loup garou écorcheur ont reçu 10 pv (total)==========================
Round 2
==========================
Troupe 2 attaque Troupe 1: 4 Loup garou écorcheur vs 8 Soldat impérial
3 Loup garou écorcheur ont reussit à toucher (3 touche(s)).
3 Soldat impérial ont reussit à parer/esquiver.
Les dégâts infligés sont de 34 pts de vie.
aucun Soldat impérial n'est mort.
Il en reste 8 dont: 4 indemne(s), 1 blessé(s) léger et 3 blessé(s) grave(s).
Troupe 1 attaque Troupe 2: 8 Soldat impérial vs 4 Loup garou écorcheur
3 Soldat impérial ont reussit à toucher (3 touche(s)).
un Loup garou écorcheur a reussit à parer/esquiver.
Les dégâts infligés sont de 71 pts de vie.
aucun Loup garou écorcheur n'est mort.
Il en reste 4 dont: 0 indemne(s), 4 blessé(s) léger et 0 blessé(s) grave(s).
Troupe 2 attaque Troupe 1: 4 Loup garou écorcheur vs 8 Soldat impérial
4 Loup garou écorcheur ont reussit à toucher (4 touche(s)).
2 Soldat impérial ont reussit à parer/esquiver.
Les dégâts infligés sont de 53 pts de vie.
1 Soldat impérial est mort.
Il en reste 7 dont: 3 indemne(s), 2 blessé(s) léger et 2 blessé(s) grave(s).
==========================
Troupe 2: 4 Loup garou écorcheur ont reçu 20 pv (total)

Je vais passer au triple combat: Friedrich vs LGE2, Arianna vs LGE3 et les 2 soldats vs LGE1. Connaissant Friedrich je pense qu'il leur aurait volontairement laissé affronter le LGE le plus affaibli pour se concentrer sur le plus fort.

Je ne vais détailler que le combat de Friedrich, tu auras un résumé des 2 autres.

Tour 3: Friedrich vs LGE 2.

LGE 2 régénère: 5 Pvs (il est full life).

LGE 2 attaque toujours en premier.

LGE 2 attaque: Localisation: torse. Votre attaque a réussie (1) dégâts doublés. La parade de votre adversaire a réussie (7), vous lui infligez une perte de 32 Pvs. Il en reste 53 à Friedrich.
Friedrich attaque: Localisation: bras gauche. Votre attaque a réussie (5). L'esquive de votre adversaire a réussie (2). Le degré de réussite de l'attaque est 8, le degré de réussite de l'esquive est 10. L'attaque est esquivée.
LGE 2 attaque: Localisation: torse. Votre attaque a réussie (14 puis 8). La parade de votre adversaire a réussi (2). Vous lui infligez une perte de 0 Pv.
Friedrich attaque: Votre attaque a réussi (8). Vous lui infligez une perte de 31 PV.
Friedrich: attaque: Votre attaque a réussi (9). Vous lui infligez une perte de 31 PV.

Tour 3: début du corps à corps.

LGE 2 régénère: 12 Pvs (il est full life).

LGE 2 attaque toujours en premier.

LGE 2 attaque: Localisation: jambe gauche. Votre attaque a réussie (1) dégâts doublés. La parade de votre adversaire a réussie (6), vous lui infligez une perte de 20 Pvs. Il en reste 33 à Friedrich.
Friedrich attaque: Localisation: bras gauche. Votre attaque a échoué (15).
LGE 2 attaque: Localisation: tête. Votre attaque a réussie (2). La parade de votre adversaire a réussi (10). Vous lui infligez une perte de 0 Pv.
Friedrich attaque: Votre attaque a réussi (3). Vous lui infligez une perte de 29 PV.
Friedrich: attaque: Votre attaque a réussi (6). Vous lui infligez une perte de 30 PV.

LGE 2 est mort.

je ne te détaille pas le combat d'Arianna et des deux soldats, mais voici le récapitulatif:

Fin du tour 4: Arianna vs LGE 3

Arianna a encore 33 Pvs, le LGE 3 est fortement amoché.

Fin du tour 4: Deux soldats vs LGE 1

Soldat 1 à 13 Pvs, Soldat 2 à 49 Pvs. Le LGE 1 est au bord de la mort.

Je te laisse décrire tout ça, perso je pars en pause!
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Friedrich Hadler
PJ
Messages : 170

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par Friedrich Hadler »

L’attente parut longue à Friedrich. Pourtant, le capitaine savait patienter, mais dans ces situations où un combat était à l’issue de ce temps mort, quelques heures semblaient durer une éternité. Le calme avant la tempête, en quelque sorte, que chacun subissait et gérait à sa manière.

Même Arianna, assoiffée de bataille, était sur les nerfs, à tel point qu’elle faillit fondre sur un soldat qui avait eu la maladresse de glisser en voulant se dégourdir les jambes fit craquer quelques branches.

L’expérience du capitaine, ainsi qu’une propension naturelle à garder son calme et sa lucidité dans les situations oppressantes, l’aidèrent à supporter ces instants difficiles où la tension était palpable. Il attendait, immobile, en apparence impassible, ses yeux gris fixés droit devant sur la forêt, essayant d’en scruter les profondeurs pour y découvrir le moindre signe de ses ennemis.

Enfin, après plusieurs heures de planque, l’ennemi se manifesta par un hurlement ressemblant à celui du loup, avant de se dévoiler à eux à la lueur des étoiles. Contrairement à ce que l’officier avait anticipé, il n’y eut chez les hommes-bêtes nulle tentative de se dissimuler. Au contraire, leurs adversaires inhumains s’étaient annoncés par des cris, puis mis en avant. C’était une attitude anormale, inquiétante, très inquiétante même… Arianna semblait également l’avoir compris. Et pour cause : dans la nature, lorsqu’une bête recherchait ainsi l’affrontement direct, c’était qu’elle était sûre d’avoir le dessus.

Pourtant, les hommes-loups qui sortirent du bois ne paraissaient pas nombreux. Une demi-douzaine. Tout au plus une dizaine s’ils avaient d’autre troupes cachées. Au pire, les humains seraient quand même à un contre deux, avec des combattants d’exception dans leurs rangs comme Arianna et Friedrich. Cette analyse simplement numérique instilla le doute dans l’esprit de notre héros. Pour charger dans une telle situation, les hommes-loups devaient se sentir supérieurs. Se pouvait-il réellement qu’une poignée d’entre eux viennent à bout d’une vingtaine de soldats humains ?

De toute façon, le capitaine Hadler n’avait plus le choix. Vu la rapidité des créatures, il n’était plus question de fuir. Il faudrait les affronter et les vaincre, coûte que coûte. La lueur des éclairages prévus permit à tous de contempler leurs adversaires. Ce n’étaient pas de simples mutants semi-lupins. C’étaient de véritables monstres, affreux, couverts de sang et à l’aspect d’autant plus dérangeant qu’il rappelait celui des vrais hommes. On aurait dit des êtres de cauchemar, tout droit sortis d’un conte de fée pour enfant. Sauf que cette fois-ci, Friedrich se demanda si ce n’était pas lui, le petit chaperon rouge.

N’écoutant que son courage, le capitaine repoussa ses doutes et tira sa lame au clair, puis jeta un regard amusé et carnassier à Arianna, à laquelle il répondit en murmurant :


–Incroyable, je n’aurais jamais pensé voir ça… Auriez-vous peur, Dame Strauss ?!

La question était plus destinée à la titiller qu’à quoi que ce soit d’autre. Il la gratifia d’un clin d’œil avant de se dresser et de se jeter en avant avec une clameur martiale en frappant sa lame sur son bouclier :

–Hardi les gars ! Quoi que soient ces choses, renvoyons-les en enfer !

En moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, le militaire fut dans la mêlée, au contact d’un loup garou presque intact. Il l’avait tout spécialement choisi pour deux raisons : éviter à ses hommes de l’affronter et mesurer la qualité de ce nouvel adversaire. Première observation : à l’instar des trolls, le loup garou écorcheur semblait capable de se régénérer.

Le premier coup porté par la bête surprit le capitaine par sa violence incroyable. Si les loups étaient rapides, ils disposaient aussi d’une force phénoménale. La puissance de cette attaque fut telle que malgré la parade du bouclier qui aurait dû stopper son avant-bras, la main griffue du monstre trouva le moyen de s’enfoncer dans le torse d’Hadler, perçant au passage sa cotte de maille comme s’il s’était agi de simple tissu. La blessure n’était pas négligeable, même si elle n’était pas trop handicapante. Le capitaine siffla, rageur. Le loup avait eu le premier sang, il allait vite lui rendre la pareille. Sa vieille épée à la main, il se fendit d’un coup d’estoc, avant de basculer la lame de quatre-vingt-dix degré pour frapper de taille. Une attaque complexe, difficile à prévoir et à éviter. Mais c’était sans compter la vitesse du monstre, qui parvint d’un bond en arrière à esquiver la botte, au grand dam de l’ostlander.

Et ce n’était pas fini. Sous-estimé, ayant l’avantage de la surprise sur un adversaire qui ne connaissait pas ses capacités, le loup enchaîna les attaques bien placées. Souvent, les parades de Friedrich, in extrémis, ne pouvaient que lui éviter le pire, lui laissant de cuisantes blessures. Par quatre fois il fut frappé, et par deux fois, ses défenses ne purent que réduire les dégâts subis. Fort heureusement, le capitaine n’était pas en reste. Moins efficace que Devoir, sa lame préleva néanmoins son dû de sang de garou. Malgré une endurance très importante (la bête encaissa pas moins de quatre coups avant de s’effondrer) et une capacité de régénération qui se confirma, l’humain eu finalement raison d’elle.

Leur combat n’avait duré qu’une vingtaine ou une trentaine de secondes. Il fut aussi intense que bref, avec une véritable pluie de coups échangés. Friedrich triomphait, les yeux brillants de rage, il retira une dernière fois sa lame du corps inerte de la bête. Son cœur transpercé, même la régénération de ce maudit démon ne pourrait rien pour lui. Le capitaine avait pourtant payé le prix fort. Il était essoufflé, Au flanc et à la jambe gauche, sous quelques rangées de mailles déchirées, un liquide sombre goûtait, imbibant lentement ses vêtements. Il pouvait encore tenir et se battre, l’adrénaline aidant, mais il n’était pas frais.

Autour de lui, l’affrontement était loin d’être gagné, pour un camp comme pour l’autre, mais il semblait avoir été aussi d’une rare violence. Sur le front principal, quatre monstres tenaient en échec huit soldats, et en avaient même déjà tué un !

Deux autres bestioles se battaient un peu à part, contre deux autres soldats et Arianna. Cette dernière semblait avoir légèrement pris le dessus sur son vis-à-vis, mais, comme Friedrich, au prix de blessures non négligeables. Quant aux deux autres, ils avaient presque achevé leur loup.

Il fallait vite prendre une décision, à l’instinct, où il serait trop tard. Sans réfléchir davantage, Friedrich décida de foncer sur l’arrière des deux loups affaiblis. S’il pouvait les surprendre, il pourrait sans doute soit les achever, soit donner une occasion à la Strauss et aux deux autres de le faire, et dans tous les cas leur couper la retraite. Au vu de son état, cependant, il privilégierait la prudence, son bouclier levé, il saisirait la moindre occasion, notamment s’il pouvait déstabiliser l’un des loups par surprise pour offrir une opportunité d’en finir à ses alliés. Si par contre la ou les bêtes l’ignoraient et se concentraient sur ses amis, il les finirait lui-même de son épée. Et dès que les deux cibles seraient achevées, ce qui vraisemblablement ne saurait tarder, il foncerait avec Arianna et ses hommes en renfort pour aider le groupe principal.

Le plan est très simple :
1 : je vais sur l’arrière des deux loups proches de moi qui sont si je ne m’abuse presque morts l’un et l’autre (LG1 et LG3).

Ensuite, deux possibilités :
Possibilité 1 : -si l’un ou l’autre me prend en compte et m’attaque : défensif. Je joue un rôle de tank/diversion en utilisant mon bouclier pour parer. Peu importe le nombre d’attaques je privilégie la parade. S’il me reste des actions résiduelles ensuite (après avoir subi leurs assauts, et s’ils sont toujours en vie bien sûr), je tente de les déstabiliser avec mon bouclier pour offrir l’occasion à mes amis de l’autre côté de les achever tout en restant défensif moi-même.

Possibilité 2 : -si les loups m’ignorent (parce qu’ils ne m’ont pas vu, parce qu’ils ne se focalisent pas sur moi mais sur leurs adversaires initiaux, ou parce qu’ils tentent de fuir, peu importe) : offensif.
La situation est là inverse : puisque ce sont mes amis qui tankent, je veux en finir au plus vite pour les aider. Je scinde donc mes attaques 2/1 dans le but d’achever les deux loups (évidemment, si un loup meurt avant que j’attaque je frappe tout sur le restant). Je garde une parade au cas où (action mineure).

L’idée, peu importe la possibilité choisie c’est vraiment de les finir en 1 tour maximum pour ne pas perdre de temps.

Enfin, peut importe la possibilité choisie, si les deux loups garous ciblés sont tués, par moi ou par mes alliés, je fonce avec eux aider le centre. Là-bas je pense tenter de les prendre à revers de manière défensive principalement (je privilégierai la parade), mais en les frappant avec mon épée ensuite s’il me reste des actions après la défense, en me concentrant sur les plus affaiblis.
Mais en fonction de comment le combat évolue, je pense que j’aurais quand même besoin d’un point sur la situation avant cela si la situation n’est pas la même.
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... ich_hadler

Profil : FOR 10 / END 11 / HAB 10 (9*) / CHAR 10 / INT 10 / INI 10 / ATT 14 (13*) / PAR 14 (13*) / TIR 11 / NA 3 / PV 85/85
*: profil avec armure (bonus des compétences non inclus)

Compétences :
• Sang-froid : Votre personnage a ce qu'on appelle des «nerfs d'acier». Il sait rester maître de lui-même dans les situations les plus dangereuses. Bonus de +1 sur n'importe laquelle de ses caractéristiques lors de la réalisation d'une action dans un climat de stress et de tension mentale.

• Coups puissants : augmente les dégâts occasionnés à ses adversaires de + 1D3 pts de dégâts.

• Autorité : bonus de +1 lorsque, confronté à des militaires, il essaye de faire prévaloir son autorité, ses ordres etc.,

• Arme de prédilection : épées à une main : Bonus de +1 en ATT lorsqu'il en utilise en combat. Par contre, lorsqu'il utilise une autre arme que son arme de prédilection, il reçoit un malus de -1 en ATT et en PAR pendant les 1D3 premiers combats qu'il livrera avec cette arme, le temps qu'il s'y adapte.

• Alphabétisation : Votre personnage est capable de lire et d'écrire les langages utilisant l'alphabet du vieux monde s'il comprend ce langage.

• Langage secret : jargon de bataille : Votre personnage sait parler le jargon des batailles.

• Anticipation : Votre personnage, au combat, arrive à prévoir les réactions d'un ennemi. Pour analyser le style de combat de son adversaire direct, il lui faudra 2 rounds entiers. A partir du 3ème round, cette compétence lui permet d'avoir un bonus de +1 en ATT et en PAR contre ce seul adversaire. (Pour bénéficier de ce bonus contre un autre adversaire, il lui faudra l'avoir combattu pendant au moins 2 rounds)

• Adresse au tir (arcs) : +1 en TIR avec un arc.

• Volonté de Fer : Votre personnage se révèle être particulièrement très résistants à la peur, aux attaques mentales et à tout ce qui pourrait tenter de briser sa volonté. Il obtient +1 aux tests pour résister à un contrôle mental, à la peur etc…

• Parade : Double les points de parade de l'arme ou du bouclier utilisé.

• Coriace : Diminue de 1D3 les dégâts subis (jusqu'à un minimum de 1).

•Réflexes éclairs : +1 aux test INI en réaction à la surprise.


Equipement de combat : • Devoir (épée à une main) (18 +1D10, 12 Parade) Les morts-vivants, les démons etc… Que la lame touche subissent 1d6 dégâts de plus
• Bouclier d'acier (6+1d6 dégâts, 16 parade)
• Epée à une main (16 +1D8, 12 Parade)
• Cotte de mailles (9 protection, tout sauf tête -1 HAB, ATT et PAR)
• Arc court (26+1D8, -2 TIR/16 m)

Répondre

Retourner vers « Ostland »