[Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Les troupes régulières d'Ostland sont parmi les plus robustes et les plus coriaces de l'Empire, d'où la tête de taureau qu'elles ont adoptée pour emblême. Depuis Wolfenburg, le Comte Valmir von Raukov tient les rennes de cette province du nord.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 951
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par [MJ] Le Djinn »

Attentif, Poigno écouta les instructions, assez serein. Lui-même n'avait pas été ordonné une position dans tout ce fatras d'informations, mais de toute façon ses blessures le garderaient dans un rôle relativement secondaire, comme par exemple empêcher les soldats de ficher le camp. Que dire de plus dans ce genre de cas? Le capitaine avait tout dit lui-même: deux cent cinquante hommes armés et parés se mettraient en ligne pour le jour de la bataille, ne restait plus qu'à peaufiner quelques détails, préparer les derniers fossés et attendre un adversaire qui ne viendrait pas.
Une toux forcée résonna de l'autre côté de la tente accompagnée de protestations de soldats. Arianna entra à son aise, comme si cet endroit lui appartenait. Elle portait son armure complète, ne laissant entrevoir que ses yeux jaunes et passer que son souffle. D'un ton égal elle dit:


-"Bonjour capitaine. Je serai en première ligne."

La phrase aurait pu paraître des plus banales prononcée dans un autre contexte. En vérité elle aurait pu dire "je vais chercher du pain" que la tonalité n'aurait pas été différente. Seulement voilà, on ne parlait pas d'aller au marché mais de se trouver au premier rang devant une nuée de monstruosités qui chargeraient droit devant elles avec comme seul objectif de tout détruire. Poigno manqua de s'étouffer:

-"En première ligne? Comme ça? Mais vous allez vous faire tuer!"

Sans sourciller elle répondit du tac-au-tac:

-"Pas plus que les autres hommes, voire moins qu'eux. Je suis venue pour verser du sang de chaotique et je verserai du sang de chaotique, c'est ainsi."

-"Mais.. Mais enfin! Friedrich, tu ne vas quand même pas la laisser faire?"

Restait d'ailleurs l'épineuse question des aventuriers ainsi que de la Sorcière dont la désignation n'avait pas été décidée. Une fois ces derniers choix fait il serait temps pour Friedrich d'envoyer ses hommes se placer et d'attendre. La bataille à venir serait longue...
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Friedrich Hadler
PJ
Messages : 170

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par Friedrich Hadler »

Les dispositions générales prises, restait encore à s’occuper des cas particuliers. Parmi les forces dont il disposait, l’Hadler avait la chance de compter certaines personnalités suffisamment importantes pour compter dans la balance. Ces individus d’exceptions pouvaient être l’atout dans sa manche qui lui ferait gagner la bataille. Les négliger, à l’inverse, pouvait s’avérer désastreux. Il ne serait cependant pas si facile de ménager la chèvre et le chou, tant les caractères et les motivations de chacun étaient différents. Quoi qu’il en soit, c’était à lui que reviendrait la tâche de tirer le maximum des ressources à sa disposition. Quand bien même les « ressources » en question étaient des gens auxquels il tenait, des gens qu’il appréciait, ou des gens qu’il aimait et n’avait pas envie de perdre. C’est peu surpris par l’arrivée et la déclaration d’Arianna qu’il lui répondit :

-Bonjour, Dame Strauss. Et bien, à ce que je vois, les blessures passées n’ont en rien entamé votre enthousiasme.

A voix plus basse, en sorte d’aparté, Friedrich répondit à son ami sergent :

-Je pense qu’elle se ficherait bien que je lui interdise d’aller au combat, Poigno, et on ne va dégarnir nos rangs et lui assigner des gardes uniquement pour l’empêcher de venir nous aider. En outre, je l’ai déjà vue se battre et elle vaut facilement n’importe lequel de nos hommes…

En se tournant vers la combattante, le capitaine reprit d’un air amusé, la fixant dans les yeux :

-C’est d’accord, Dame Strauss, mais de grâce, évitez de vous faire tuer : votre sang m’est plus précieux que celui des chaotiques.

Il continua :

–Si vous le voulez bien, vous irez défendre le flanc droit. N’oubliez pas non plus que vous n’êtes pas seule. Il faudra que vous teniez compte de l’état global des hommes, notamment s’il y a à un moment nécessité de se replier sur la 2ème ligne de défense, ne restez pas seule devant. Même une guerrière farouche et sans peur comme vous doit comprendre que parfois il vaut mieux se replier dans des positions plus favorables pour continuer le combat plutôt que de mourir en essayant de tenir à tout prix ses positions initiales. Soyez flexible. De même si vous voyez que votre flanc tient facilement, mais qu’un autre endroit a besoin d’aide, ne vous sentez pas obligée de rester bloquée sur votre position. Fiez-vous à votre instinct.

Je compte également placer la sorcière plutôt vers ce flanc droit et le centre. J’ignore à quelle distance du combat elle veut être, et à vrai dire je ne connais pas l’étendue de ses pouvoirs. Je lui laisserai donc carte blanche outre cette indication générale sur son positionnement. J’ai décidé de lui faire confiance, j’assumerai ce choix.

Je serai au centre du dispositif. Cet endroit est délicat car il est dégagé et doit concentrer la plupart des forces adverses. De plus, c’est là que seront enterrés les explosifs. Le danger y sera donc très important.

Les aventuriers sécuriseront eux l’autre flanc, le gauche. C’est un groupe capable et polyvalent, qui a fait ses preuves, et qui dispose de plus d’une magicienne. Tout comme Arianna à droite, leur présence aidera grandement et galvanisera les troupes. D’autant que ce sont des héros aux yeux de beaucoup, après ce qu’ils ont fait pour toi, mon ami. Là aussi, ils auront une grande liberté d’action.

Quant à toi, Poigno, tu auras un rôle prépondérant. Tu seras un peu à l’arrière, et devras garder une vision globale de la bataille. Tu t’assureras de la communication et de la transmission des ordres généraux, via des signaux sonores et visuels, ou des messagers s’il n’est vraiment pas possible de faire autrement. Ce sera à toi d’estimer quand il faudra sonner la retraite, déplacer des forces d’un flanc à un autre ou vers le centre, etc. Je te fais confiance, car je serai moi-même dans la mêlée et je n’aurais pas forcément une vision globale. Je dois être informé, par un simple regard vers des drapeaux, de l’état de nos flancs par exemple ou par un signal sonore de la nécessité de la retraite, puisque je pense que je constaterai bien par moi-même l’état du milieu. Tu commanderas en outre l’artillerie et les réserves, et pourra donc venir en renfort dans la mêlée en dernier recours.

Chacun connaît son rôle. Alea iacta est, et puisse Myrmidia être avec nous.
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... ich_hadler

Profil : FOR 10 / END 11 / HAB 10 (9*) / CHAR 10 / INT 10 / INI 10 / ATT 14 (13*) / PAR 14 (13*) / TIR 11 / NA 3 / PV 85/85
*: profil avec armure (bonus des compétences non inclus)

Compétences :
• Sang-froid : Votre personnage a ce qu'on appelle des «nerfs d'acier». Il sait rester maître de lui-même dans les situations les plus dangereuses. Bonus de +1 sur n'importe laquelle de ses caractéristiques lors de la réalisation d'une action dans un climat de stress et de tension mentale.

• Coups puissants : augmente les dégâts occasionnés à ses adversaires de + 1D3 pts de dégâts.

• Autorité : bonus de +1 lorsque, confronté à des militaires, il essaye de faire prévaloir son autorité, ses ordres etc.,

• Arme de prédilection : épées à une main : Bonus de +1 en ATT lorsqu'il en utilise en combat. Par contre, lorsqu'il utilise une autre arme que son arme de prédilection, il reçoit un malus de -1 en ATT et en PAR pendant les 1D3 premiers combats qu'il livrera avec cette arme, le temps qu'il s'y adapte.

• Alphabétisation : Votre personnage est capable de lire et d'écrire les langages utilisant l'alphabet du vieux monde s'il comprend ce langage.

• Langage secret : jargon de bataille : Votre personnage sait parler le jargon des batailles.

• Anticipation : Votre personnage, au combat, arrive à prévoir les réactions d'un ennemi. Pour analyser le style de combat de son adversaire direct, il lui faudra 2 rounds entiers. A partir du 3ème round, cette compétence lui permet d'avoir un bonus de +1 en ATT et en PAR contre ce seul adversaire. (Pour bénéficier de ce bonus contre un autre adversaire, il lui faudra l'avoir combattu pendant au moins 2 rounds)

• Adresse au tir (arcs) : +1 en TIR avec un arc.

• Volonté de Fer : Votre personnage se révèle être particulièrement très résistants à la peur, aux attaques mentales et à tout ce qui pourrait tenter de briser sa volonté. Il obtient +1 aux tests pour résister à un contrôle mental, à la peur etc…

• Parade : Double les points de parade de l'arme ou du bouclier utilisé.

• Coriace : Diminue de 1D3 les dégâts subis (jusqu'à un minimum de 1).

•Réflexes éclairs : +1 aux test INI en réaction à la surprise.


Equipement de combat : • Devoir (épée à une main) (18 +1D10, 12 Parade) Les morts-vivants, les démons etc… Que la lame touche subissent 1d6 dégâts de plus
• Bouclier d'acier (6+1d6 dégâts, 16 parade)
• Epée à une main (16 +1D8, 12 Parade)
• Cotte de mailles (9 protection, tout sauf tête -1 HAB, ATT et PAR)
• Arc court (26+1D8, -2 TIR/16 m)

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 951
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Friedrich] Le Phare dans la Forêt

Message par [MJ] Le Djinn »

Enfin le grand jour.

De lourds nuages noirs enveloppaient la forêt ainsi que le hameau, déversant par intermittence une pluie froide et collante qui s'infiltrait sous les armures et trempait les vêtements. Toute la journée les hommes s'étaient affairés à achever les pièges, les fortifications, à polir leurs armes et vérifier tout équipement. Les mercenaires faisaient chambre à part avec les soldats du rang, profitant de leurs derniers moments de liberté pour ennuyer toutes les donzelles en âge de se marier, voire plus jeunes, qui leur passaient sous la main. De temps à autre des rixes éclataient avec un mari vexé ou un milicien plus zélé que les autres mais rien qui ne dégénéra en bataille rangée: Poigno veillait et sous ses épais sourcils noirs perçait l'éclat de la discipline. De leur côté Arianna et la Sorcière étaient restées introuvables jusqu'à l'heure du souper où elles réapparaissaient dans leurs atours de bataille: son éternelle armure d'acier pour la première et des toges noires élimées pour la seconde.

Froide comme à son habitude et rigide comme une statue, la guerrière mystérieuse se posta devant le fossé au pied, lame en main droite et lance en main gauche. Impassible, elle fixait l'horizon forestier en respirant fort, de lourds volutes de vapeur s'échappant des fentes de son heaume épais. Ses yeux jaunes ne quittaient pas un ennemi qu'elle semblait pour l'instant la seule un percevoir et quand Friedrich passa près d'elle pour terminer sa dernière inspection des troupes, elle lui glissa juste:


-"Si je n'y survis pas: ce fût un honneur, myrmidien."

Un peu plus loin vers la droite, loin du centre conseillé par le capitaine, la mégère locale psalmodiait des incantations entre les rangs des guerriers qui la voyaient faire des aller-retour. Bons paysans pour la plupart ils n'appréciaient pas du tout la magie et avoir cette vieille près d'eux ne les rassurait pas du tout! Allaient-ils se mettre à gonfler et exploser? Leur sang allait-il bouillir? Des démons allaient-ils surgir du néant pour les déchiqueter? Il y eut bien quelques gens plus raisonnables ou pragmatiques pour essayer de calmer les craintes mais rien n'y faisait: elle leur fichait la trouille, point. Prise dans sa transe elle était totalement indifférente à la présence du Hadler, lequel ne pût donc qu'aller vérifier l'autre aile de l'armée, en espérant que tout se passe bien.

Et sur l'autre aile, le spectacle était tout autre! Le groupe d'aventuriers jouait aux dés avec les lanciers et les archers, pariant des soldes sur certains résultats. En voyant le capitaine arriver, un humain probablement forestier qui se faisait passer pour le chef de groupe se leva d'un bond pour le saluer:


-"Bien le bonjour capitaine! Comme vous pouvez le voir nous sommes prêts!"

Un grand gaillard costaud près de lui, quasiment nu et qui devait être norse, leva haut son arme:

-"Ouais, ça va chier!"

La baroudeuse rousse en robe rouge se leva à son tour, un grimoire et un bâton en mains:

-"Vous allez voir, une bonne boule de feu et on en parlera plus!"

Et l'elfe sylvaine derrière de reprendre, suivie du guerrier nain:

-"Mais on est obligés d'être si près du combat?"

-"Si t'es pas jouasse t'as encore le temps de te tirer, héhé!"

Seul l'ogre ne dit rien, occupé à manger un jambon. Le reste des troupes étant placées, notre héros put repartir en toute première ligne, au point d'interception, là où tout se jouerait sans doute.
Avec un dernier regard il put embrasser la foule d'hommes présents. Plus de trois cents soldats, des pères, des fils, des maris. Leurs corps montraient les affres de la malnutrition, leur peau burinée le résultat d'une vie de dur labeur, les cernes sous leurs yeux le manque de sommeil. Ils avaient peur, ils avaient froid sous cette pluie glaçante, ils étaient fatigués et ils étaient paniqués par la lumière qui chutait. On allumait déjà les torches mais bientôt la forêt au loin disparaitrait. Ce serait ensuite l'heure des ténèbres.

On distribuait la soupe pour le dernier repas avant la bataille: les femmes et les enfants venaient embrasser les mâles de leur famille, avant d'être reconduits en sécurité dans l'arrière-campement. Poigno, toujours blessé, surveillait depuis une tour l'entièreté du combat, surveillant d'éventuels assauts à l'arrière ou sur les flancs. Dans ce genre de siège l'information était une donnée vitale.

C'était l'heure à présent: les guerriers étaient en position, un lourd silence s'abattait alors qu'une rafale de vent faisait claquer un drapeau aux couleurs blanche et noire de l'Ostland. Il était temps d'avoir une dernière pensée pour ses proches, pour ses amis et de se préparer à combattre.

Champ de bataille avant l'assaut:

Image
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Répondre

Retourner vers « Ostland »