Index du forum

Warforum JDR: forum JDR gratuit dans l'univers Warhammer®

Un forum totalement RP, dans le sombre et dangereux monde de Warhammer®
© L'univers, le contexte, les noms et autres appartiennent à Games Workshop®

Nous sommes le 22 Jan 2018, 09:10

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 2 sur 4
 [ 39 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 15 Sep 2011, 12:51 
Hors ligne
PJ
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Aoû 2011, 12:20
Messages: 211
Localisation: Grenoble/Lyon
Profil: ERROR : Données altérées par les vapeurs bonnet-de-fou.
Autres comptes: Vladek [Chroniques]
Samael hocha lentement la tête pendant la réponse de Gunther, et plissa ensuite les paupières, semblant réfléchir à autre chose. Puis le vénérable Grand Prêtre leva sa main droite devant lui en un geste de bénédiction, psalmodiant d'anciennes paroles dont les deux initiés ne reconnurent que quelques mots, à défaut d'en connaître la signification exacte :

Image
"Indulgentiam, absolutionem et remissionem omnium peccatorum vestrorum, spatium verae et fructuosae pænitentiæ, cor semper pænitens et emendationem vitæ, gratiam et consultationem Sigmar et finalem perseverantiam in bonis operibus, tribuat vobis omnipotens et misericors Dominus."


A peine Samael avait-il terminé de bénir les deux initiés que ceux-ci se sentir plus légers, fortifiés et réchauffés intérieurement, comme si une quelconque magie les entourait de son aura bienfaisante, affermissant leur cœur, affûtant leurs esprits, armant leur bras, protégeant leur corps. La bénédiction se faisait réellement sentir... mais cela ne dura pas : quelques secondes plus tard, l'impression qu'ils avaient d'une enveloppe magique diminua, et la puissance sacrée disparut jusqu'à ce plus être perceptible, enfouie dans leurs cœurs.
Alors, le Grand Prêtre inclina légèrement la tête vers eux, leur signifiant la fin de l'entrevue. Les deux initiés s'inclinèrent, et se retirèrent donc, refermant la grande porte derrière eux. Ils allaient s'en aller et se préparer pour le départ lorsqu'un autre personnage, qui attendait certainement à la porte depuis le début, se présenta à eux, l'air hautain. Le Prêtre Consacré Waleran les observa quelques instants, comme on observe un insecte importun, puis articula doucement, le visage neutre :


Image"Profitez bien de cette expédition, et qu'elle vous rappelle votre condition."


Cette phrase, brève, ambigüe, jeta un froid sur la scène. Puis, Waleran s'en fut, entrant dans la pièce où se trouvait encore Samael, et d'où venaient de sortir les deux initiés.

La perplexité se lisait sur le visage de Solon, mais il ne dit mot, et se tourna vers Gunther, un air interrogateur sur le visage, l'air de dire : "Où est-ce qu'on va ?"

_________________
Un gobelin inspiré a écrit:
Pour toute réclamation ou problème, traversez la forêt et rendez-vous à la Caverne aux Champignons. Mais prenez garde aux vapeurs de bonnet-de-fou...

A l'entrée de la grotte se tient le gobelin : ses vêtements sont crasseux, et ses yeux vitreux. Plusieurs champignons d'une taille impressionnante pendent en grappes à sa ceinture. Dans l'une de ses mains, il tient une feuille d'arbre roulée en cylindre, dont l'extrémité fumante dégage les même fumerolles que celles qui planent lourdement au-dessus de sa tête. Il tire une bouffée de son étrange et longue cigarette, expire ensuite tranquillement par le nez, tout en dévisageant son interlocuteur d'un air rêveur. Puis, il prend la parole, d'une voix cassée, grave et enrouée, comme s'il avait quelque chose de très important à vous chuchoter :


Image
"Pourquoi cet air si sérieux ?
Écoute-moi bien, voyageur égaré.
Il y a quelque chose dont je voudrai te parler.
En tout temps, en tout lieu, tu dois bien être conscient que :

Image

En cas de non-respect de ces quelques règles,
Tu serais confronté à cet étrange animal,
Qui du forum régit le Bien et le Mal :
Le Modo, en vérité, créature fort espiègle."

Image

Un gobelin douteux a écrit:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 15 Sep 2011, 13:35 
Hors ligne
PJ
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 28 Aoû 2011, 13:10
Messages: 27
Les deux initiés, Gunther Kahr et Solon, venaient de sortir du monastère, et étaient maintenant depuis plusieurs heures sur la route qui menait du monastère à Gössenheim, un chemin de terre sinueux, bordé de forêts et relativement peu sûr. Mais peu importait aux deux ecclésiastiques que la route ne fut pas sécurisée, ils savaient que le danger était partout dans l’Empire, et encore plus présent en dehors de la terre de leur dieu guerrier, c’est pourquoi ils s’en remettaient à Sigmar pour assurer leurs vies. Leur foi les protégeait, ils avaient été bénis par le Grand Prêtre -bien que seul Gunther, qui maîtrisait le classique à merveille, ai pu comprendre les paroles de Samael-, et de toutes manières, ils devraient bientôt s’arrêter à une des auberges fortifiées qui bordaient la route, à intervalles plus ou moins réguliers, pour y souper et y prendre du repos. Ils prévoyaient ensuite de repartir à l’aube, et ainsi, demain, vers la fin de l’après-midi, si les indications que les moines avait données à Gunther étaient exactes, ils seraient en vue du village dans lequel ils devraient remplir la mission qui leur avait été confiée.

Au début du voyage, lorsqu’ils avaient quitté le monastère, en milieu d’après midi, Kahr avait intérieurement médité en lui les paroles de son supérieur, le Grand Prêtre Samael, il les avait repensées, travaillées, mises en relation avec d’autres ouvrages religieux, mais aussi exclusivement philosophiques pour certains d’entre eux, qu’il avait lu pendant ses années de noviciat, en complément de ses études classiques d’initié. Ainsi, la culture de Gunther n’était pas seulement ni même essentiellement, basée sur la religion, mais aussi sur des philosophes penseurs impériaux renommés, mais controversés dans le clergé sigmarite. Quand ils eurent marché assez longtemps ensemble, Gunther qui avait remarqué que Solon n’aimait pas beaucoup parler, prit la parole pour exposer à son jeune camarade ses pensées, car il était plus âgé et certainement plus sage que ce dernier, et il désirait, si c’était possible, mettre en avant l’importance qu’avaient revêtu les mots de Samael qui s’adressaient à Solon, et la manière, dont, selon lui, il fallait les comprendre. Sachant que son compagnon allait l’écouter sans l’interrompre, et qu’ils avaient tout leur temps, Gunther commença à parler tout en marchant, tranquillement :


Gunther Kahr :- As-tu remarqué, Solon, que ce que t’as dit le vénérable Grand Prêtre Samael était court, mais que, pourtant, ses paroles étaient potentiellement dangereuses si elles s’adressaient à la mauvaise personne. Il t’a dit qu’ « il y a parfois du bon dans l'incertitude. C'est dans nos instants de doute que nous pouvons entendre notre seigneur Sigmar nous guider, et comprendre quelle est Sa volonté. ». Certes, ces paroles sont véridiques, le révéré Grand Prêtre nous a bien expliqué pourquoi, toutefois vois-tu, il ne faut pas en déduire, hâtivement, que le doute est bon... La présence du mot « parfois » implique d’ailleurs implicitement que « souvent, il n’y a pas de bon dans l’incertitude ». Je vais essayer de te détailler cela, afin que tu puisses mieux comprendre ce qui me pousse à affirmer ce que je viens de te dire, car il ne s’agit pas simplement du fruit d’un simple jeu de mots, mais bien de celui d’une réflexion construite et solide.

Imaginons un instant que, d’un coup, toute la population d’un village impérial isolé se mette à douter, et qu’il n’y ait pas parmi eux un membre convaincu du clergé. Que se passerait-il, alors, Solon ? La réponse est simple : il se passerait la même chose que celle qui nous a envoyé présentement en mission, et qui, comme l’a dit le pieux Prêtre Consacré Waleran, est hélas en passe de devenir une vérité dans la plupart de l’Empire. Le doute engendre la perte de confiance en notre dieu Sigmar, ce qui provoque un manque de ferveur de la part des citoyens, et ce manque de ferveur accentue encore l’affaiblissement de la foi, car, s’il y a moins de ferveur dans la foi des gens en Sigmar, celle-ci ne sera plus assez présente, ni assez attractive, ceci parce que le cœur des gens n’y sera plus entier lorsqu’ils participeront aux offices ou aux cérémonies. Dès lors, le doute des gens ne pourra que croître, et le cercle vicieux continuera, jusqu’au point où les gens se détourneront de notre seigneur Sigmar, ou le feront passer au dernier plan de leurs préoccupations. Vois-tu, maintenant, en quoi l’on peut dire que le doute, Solon est l’ennemi de la foi.

Cela dit, ce que je viens de te dire n’est valable que sur la population qui n’a pas la capacité de réfléchir longuement et efficacement à la question, ou pas les outils nécessaires pour y parvenir. Je veux ici parler de la connaissance et de la capacité de recherche. Bien évidement, la plupart de la population impériale, surtout la rurale, n’a pas accès à des livres, saints ou non, et ne sait de toute manière pas lire, et faut rajouter que le niveau intellectuel de certains est très bas, et que, généralement, même si tous ceux dont je viens de parler en avaient envie, ils ne pourraient pas changer grand-chose à leurs vies actuelles, étant donné leur travail hebdomadaire éreintant et ingrats, mais incompressible et indispensable, ainsi que leur économies souvent nulles ou quasi-nulles. Mais pour ceux qui sont déjà de fidèles croyants et qui ont, comme toi ou moi, par exemple, mais aussi n’importe quel bourgeois lettré et croyant, l’accès à des ouvrages ou des hommes de foi, ainsi que la capacité de les comprendre, là, Solon, là, le doute est une bonne chose. Il permet à celui qui doute de remettre en question sa foi, et, en trouvant les réponses à ses interrogations, que ce soit en nous, comme l’a dit Samael, dans un livre saint ou dans les paroles d’un homme pieux, de mieux comprendre la volonté du dieu Sigmar, donc de renforcer sa foi. En ce cas seulement, le doute est l’allié de la foi. Comprends-tu ce que je veux dire, Solon ?


Gunther interrompit son monologue théologique sur cette question, et attendit, tout en continuant à marcher, la réponse de son compagnon. Celui-ci hocha la tête. Alors, reprennant une prière à Sigmar qu’il affectionnait particulièrement, Kahr se mit à psalmodier en chemin, bientôt suivi par Solon, en langage classique, qu’il maîtrisait. A chaque fin de phrase, Gunther se frappait la tête avec ses évangiles sigmarite en signe de pénitence :

Les deux :- Sigmar domine, labia mea aperies et os meum annuntiabit laudem tuam. *Paf.*
Sigmar domine, labia mea aperies et os meum annuntiabit laudem tuam. *Paf.*
Sigmar domine, labia mea aperies et os meum annuntiabit laudem tuam. *Paf.*
Sigmar domine, labia mea aperies et os meum annuntiabit laudem tuam. *Paf.*...


La route était encore longue, après l’étape…


[HRP : tu peux me faire arriver au village directement ou alors me mettre des embûches ou autres en chemin, selon ton bon vouloir. S’il y a possibilité d’acheter du matos que je te décrirais par téléphone sur le chemin, je m’y arrête.]

_________________
Ci-dessous la copie de la fenêtre 2:

Gunther Kahr, Foi (prêtrise)
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 9 | Int 11 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 0/60

Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... nther_kahr


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 24 Sep 2011, 07:18 
Hors ligne
PJ
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 28 Aoû 2011, 13:10
Messages: 27
[Je poste deux fois d'affilée car Rhamlet m'a demandé de le faire, ainsi que pour la description sommaire du village. Pour les réactions de mes interlocuteurs et leur description précise, je te laisse faire ton boulot, Rham, car je ne sais pas quelles réactions tu voudrais leur faire faire, d'où mes phrases "sybillines" sur leurs comportements/réactions/descriptions.]


Les initiés Gunther Kahr et Solon avait marché toute la matinée et une bonne partie de l’après midi, depuis qu’ils étaient repartis de l’auberge-étape en direction de Gössenheim. Alors que le soleil commençait à se coucher, vers six heures et demie, ils arrivèrent en vue du village. A première vue, le lieu semblait calme, et rien ne semblait anormal. Ce genre de petites communautés isolées dans la forêt étaient souvent la cible des hommes-bêtes et autres créatures machiavéliques qui grouillaient dans les zones boisées de l’Empire, c’était à dire sur à peu près toute sa surface, c’est pourquoi la plupart de ces hameaux possédaient au moins une palissade de bois pour se protéger. Ici, tout du moins, c’était le cas. Peu après avoir aperçu cette palissade, donc, les deux clercs arrivèrent devant la porte en sapin massif.

Gunther Kahr et Solon:- Sigmar domine, labia mea aperies et os meum annuntiabit laudem tuam. *Paf.*
Sigmar domine, labia mea aperies et os meum annuntiabit laudem tuam. *Paf.*
Sigmar domine, labia mea aperies et os meum annuntiabit laudem tuam. *Paf.*


Cessant les prières monotones, entamées dès le départ de l’auberge, Gunther Kahr regarda l’espace d’un instant vers son compagnon, et ce regard lui confirma que ce serait à lui de parler au gardien. Il leva donc sa main et frappa trois coups sonores sur le panneau, où un judas s’ouvrir, dévoilant la tête d’un homme. Quel que fut le niveau intellectuel de celui-ci, Gunther utilisa un langage élevé, qui avait l’avantage, selon lui, d’être plus respectueux et ainsi de convenir à tous les rangs sociaux. De plus, si l’homme était un roturier ou un milicien, ce qui paraissait probable, il pourrait se sentir mis en valeur et ouvrir ainsi plus facilement. Au pire, en cas d’incompréhension chronique, il reformulerait sa requête.

Gunther Kahr :-Gardien de la porte, nous sommes deux initiés du tout puissant dieu Sigmar, loué soit son nom, envoyés en mission par l’Eglise sigmarite elle-même dans ton village. Je me nomme Gunther Kahr, et voici Solon. Nous te prions d’ouvrir l’huis, qui est présentement, sagement, maintenu clos, si tu n’y vois pas d’inconvénient. Tu pourras bien évidement nous fouiller, si tel est l’usage, car il est juste et bon que les fils de Sigmar, nous autres impériaux, nous protégions contre les incursions étrangères, potentiellement hostiles et dangereux.

J’utilise charisme et éloquence si possible. Si il ouvre la porte, voir 1, sinon, 2.


L’homme s’exécuta et ouvrit le portail de Gössenheim, laissant la voie libre aux deux initiés. Ceux-ci entrèrent alors dans le village, et se dirigèrent vers la place centrale, non sans avoir remercié le garde auparavant.

Gunther Kahr :-Merci, vigilant gardien. Puisse Sigmar te récompenser pour ton acte juste envers ses serviteurs.

Arrivé sur la place centrale, Gunther regarda autour de lui pendant quelques instants, regardant les bâtisses alentours. Gössenheim était un petit village, d’une centaine d’habitants au plus, y compris les femmes et les enfants. Entouré de forêts, il vivait simplement et tranquillement. La place centrale était réellement le cœur du village, il s’y trouvait la plupart des commerces. Le, (ou les) temple(s) se trouvaient à la périphérie, dans le quartier Nord. Les habitations de ceux qui n’avaient pas de commerce sur la place centrale, c'est-à-dire de la majorité de la population, les gens modestes, se trouvaient en cercles concentriques autour de la place, sauf au Nord, où il n’y avait que le(s) temple(s). Ce village était vraiment du goût de l’initié Kahr, il le trouvait pittoresque et franc.
Après ces quelques secondes de contemplation silencieuse, Gunther s’adressa à Solon, d’une voix ferme, autoritaire :


Gunther Kahr :-Solon, s’il vous plaît, pourriez vous vous rendre au temple de Sigmar de Gössenheim? Allez vous y reposer, manger et remettre un peu d’ordre, si besoin est, dans ce lieu saint qui n’a probablement pas été entretenu depuis des mois. Ne m’attendez pas avant demain, et ne quittez pas, je vous prie, le temple jusqu’à mon retour. Quand à moi, j’aurai beaucoup à faire en ville.

Sur ces mots, et après que Solon se soit exécuté, Gunther s’éloigna vers un établissement qu’il avait repéré sur la place centrale, une sorte de quincaillerie. Il espérait y trouver ce qu’il cherchait. Poussant la porte, il pénétra dans la boutique, petite, certes, mais chaleureuse et accueillante. Gunther examina ce qu’on lui proposait. Il recherchait du matériel d’écriture, puisque le sien était resté au monastère, car il appartenait aux moines. La tenancière de la quincaillerie, qui venait d’apparaître derrière son comptoir, demanda d’une voix lasse, sans même avoir jeté un coup d’œil au client :

Tenancière :-Bonjour, vous désirez ?

Gunther, amusé par cette réaction standard de la tenancière, répondit d’une voix joyeuse. Il était sûr que son comportement changerait lorsqu’elle s’apercevrait qu’elle avait affaire à un clerc de Sigmar. En bien ou en mal, cela il l’ignorait, mais sa réaction allait donner à l’initié un bon aperçu de « l’état de la ville par rapport au clergé de Sigmar ». Et si sa réaction était la bonne, il pourrait la questionner et s’en faire une « alliée » précieuse, voire même une amie à plus long terme.

Gunther Kahr :-Le bonjour à vous aussi, mademoiselle. Je viens ici pour acheter du matériel d’écriture, c'est-à-dire de l’encre et une plume. Je suis membre de l’Eglise sigmarite, envoyé en mission dans votre magnifique village, mais je ne le connais pas, et c’est ma première mission, peut-être accepteriez-vous aussi de m’aider…

_________________
Ci-dessous la copie de la fenêtre 2:

Gunther Kahr, Foi (prêtrise)
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 9 | Int 11 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 0/60

Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... nther_kahr


Modifié en dernier par [MJ] Le Gob' le 24 Sep 2011, 07:18, modifié 4 fois.
Porte ouverte. Disons que tu gagnes 2+1=3 PdC pour t'être pieusement frappé le front. Je compterais et totaliserait l'xp des messages plus tard.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 24 Sep 2011, 07:31 
Hors ligne
PJ
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Aoû 2011, 12:20
Messages: 211
Localisation: Grenoble/Lyon
Profil: ERROR : Données altérées par les vapeurs bonnet-de-fou.
Autres comptes: Vladek [Chroniques]
Jet caché.


La tenancière, une jeune femme à la démarche avenante et à la voix sonore, le dévisagea d'un air ambigu, les paupières plissées, semblant se demander si on se moquait d'elle ou non. Peut-être la mention du culte de Sigmar avait-elle freiné son élan. Quoi qu'il en soit, elle se détourna rapidement, après qu'un client l'eut appelée pour lui demander autre chose. Gunther resta planté là, étonné, et n'eut même pas le temps de se demander la raison du comportement de la tenancière, qu'elle était déjà revenue, lui répondant d'un air indifférent, ses yeux bleu pâle le scrutant avec méfiance :

"De l'encre et l'encrier, j'ai, ça fera 13 pistoles. Pour la plume, par contre, faudra s'adresser au scribe du village, Lucius."


Elle resta là, à le regarder, puis, quelques secondes étant passées, un chiffon apparut dans sa main droite, et elle se mit à astiquer le comptoir. Au bout de quelques secondes supplémentaires de silence, la jeune femme se retourna, un air pincé sur le visage, et apostropha de nouveau Gunther :

"Bon, alors ? Vous prenez, vous ne prenez pas ? Vous désirez autre chose ?"

_________________
Un gobelin inspiré a écrit:
Pour toute réclamation ou problème, traversez la forêt et rendez-vous à la Caverne aux Champignons. Mais prenez garde aux vapeurs de bonnet-de-fou...

A l'entrée de la grotte se tient le gobelin : ses vêtements sont crasseux, et ses yeux vitreux. Plusieurs champignons d'une taille impressionnante pendent en grappes à sa ceinture. Dans l'une de ses mains, il tient une feuille d'arbre roulée en cylindre, dont l'extrémité fumante dégage les même fumerolles que celles qui planent lourdement au-dessus de sa tête. Il tire une bouffée de son étrange et longue cigarette, expire ensuite tranquillement par le nez, tout en dévisageant son interlocuteur d'un air rêveur. Puis, il prend la parole, d'une voix cassée, grave et enrouée, comme s'il avait quelque chose de très important à vous chuchoter :


Image
"Pourquoi cet air si sérieux ?
Écoute-moi bien, voyageur égaré.
Il y a quelque chose dont je voudrai te parler.
En tout temps, en tout lieu, tu dois bien être conscient que :

Image

En cas de non-respect de ces quelques règles,
Tu serais confronté à cet étrange animal,
Qui du forum régit le Bien et le Mal :
Le Modo, en vérité, créature fort espiègle."

Image

Un gobelin douteux a écrit:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 26 Sep 2011, 20:13 
Hors ligne
PJ
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 28 Aoû 2011, 13:10
Messages: 27
La jeune tenancière, qui plaisait par ses manières et sa courtoisie, avait changé du tout au tout après avoir compris les paroles de l'initié de Sigmar. Gunther s'était attendu à une telle réaction, et il avait même envisagé pire. Mais puisqu'il en était ainsi, il n'allait pas baisser les bras: s'il n'arrivait pas à convaincre une jeune femme seule, il n'aurait pas beaucoup plus de chance auprès de la soixantaine d'adultes que comptait le petit village forestier de Gössenheim. D'autant que la réaction de la vendeuse serait probablement celle de tous les autres habitants "moyens" du village.
D'un autre côté, Gunther Kahr savait qu'il lui faudrait peut-être du temps, beaucoup de temps, pour changer la manière de voir du village. Dans le cas où il ne réussirait pas dans la première semaine, il savait qu'il lui faudrait sûrement vivre des années auprès de ces gens pour gagner leur confiance, mais si tel était le prix à payer pour remplir sa mission envers sa sainte Eglise et Sigmar, il le paierait volontiers.
Si, en revanche, il commençait par faire de cette femme son alliée, ou encore mieux, son amie, il pourrait alors élargir son cercle de connaissances plus rapidement, gagner la confiance des amis et proches de la vendeuses plus rapidement, et de fil en aiguille, remettre tout le village dans le bon chemin. Cela lui permettrait tout du moins d'identifier plus clairement la cause du rejet de l'Eglise par ce village, d'identifier les éléments moteurs de ce rejet et de les neutraliser. Les neutraliser signifiait dans l'esprit de Gunther d'abord essayer de les faire virer de bord et revenir dans la foi, et s'il y avait un échec de cette tentative, les discréditer aux yeux du village. Les mettre en prison ou les tuer, et obliger par la force le village à renouer avec Sigmar et son Eglise, Gunther n'imaginait cette solution, pourtant bien plus simple et plus rapide que celle qu'il envisageait, qu'en tout dernier recours. Au minimum, il espérait en apprendre d'avantage sur l'étrange disparition du dernier prêtre de Sigmar qui avait officié à Gössenheim.

Il avait confiance, Sigmar était avec lui. S'assurant d'être seul dans la boutique avec la tenancière, ce qui était le cas, il prit une voix lente et calme, emplie d'empathie et de compassion, d'amour et de foi, un ton captivant et passionné qui entraînait généralement ses auditeurs à l'écouter et à lui faire confiance:


Gunther Kahr:- Veuillez m'excuser si j'ai fait ou dit quelques chose qui vous a déplu mademoiselle. Sachez que vous pouvez m’appeler Gunther et me tutoyer si vous le souhaitez, cela me ferrait même plaisir. Je sais que le clergé de Sigmar n'est pas apprécié ici, mais je puis vous assurer que je ne vous veux, à tous, et à vous la première, que du bien. S'il le fallait je donnerai ma vie pour vous, comme le veut mon seigneur Sigmar. Je ne sais pas d'où vous viens cette antipathie envers moi et les membres de mon ordre, mais je puis vous assurer, vous jurer sur ma vie, même, mademoiselle, que si ces torts sont dus au précédent représentant de notre Eglise ici, je ne le cautionnerais pas, mais le désapprouverais et comprendrais votre réaction. Certains ne seraient d'accord avec moi, mais je n'hésite pas à affirmer que l'Eglise sigmarite est là pour le peuple de l'Empire, pour son bien, et n'a pas d'autre raison d'être que lui. C'est pour vous que j'existe, pour vous les citoyens de l’Empire, mais pas seulement, car se satisfaire d’exister pour une communauté ne suffirait pas. J’existe avant tout pour chacun de ses membres pris individuellement, donc pour vous, pour vous mademoiselle. Si certains donnent de nous une image agressive, sévère, méchante même, une vision d’une inquisition qui terrorise la population et d’une Eglise qui pille les citoyens de l’Empire pour ses richesses et son pouvoir, moi, je me dresse contre eux. Aussi, mademoiselle, sachez que je vous offre mon amitié, sans arrière pensée. Je ne vous obligerai pas à croire, je ne vous rabâcherai pas les oreilles avec les devoirs que je crois que chacun a envers Sigmar, ni avec ma foi : non ; ce chemin, ce sera à vous de le choisir, si, et seulement si vous le désirez. Moi, je suis là pour vous apporter mon aide, quoi qu’il m’en coûte, et vous conseiller si vous choisissez de retrouver la voie se Sigmar. Aussi, que vous acceptiez ou non mon amitié, sachez que ma main vous sera toujours tendue, et que si vous avez besoin d’aide, j’apporterai toujours une aide à ceux qui en ont besoin, sans attendre rien en retour, pas même une démarche de foi.
Je vous le demande sincèrement, voulez-vous être mon amie ?


Et Gunther Kahr, qui croyait dur comme fer en ce qu’il venait de professer, et qui avait parlé du fond du cœur du début à la fin, repris son souffle, les yeux, pleins d’espoir et d’amour, rivés sur la vendeuse. Il rajouta dans un souffle, avant qu’elle n’ait pu réagir :

Gunther Kahr :-Quand à votre prix, les temps sont durs, par ici, et l’argent ne doit pas se gagner facilement, c’est pourquoi, je ne vous l’achète pas à moins de 15 pistoles. Notez que je payerai ce prix quelle que soit votre réaction, je ne voudrais surtout pas vous forcer la main ou vous acheter, je vous prie de me croire.


Bien entendu, j'utilise toutes mes compétences pour essayer de parvenir à la convaincre, car Gunther à parlé avec tout son coeur et la toute la véhémence dont il était capable.

_________________
Ci-dessous la copie de la fenêtre 2:

Gunther Kahr, Foi (prêtrise)
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 9 | Int 11 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 0/60

Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... nther_kahr


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 27 Sep 2011, 17:54 
Hors ligne
PJ
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Aoû 2011, 12:20
Messages: 211
Localisation: Grenoble/Lyon
Profil: ERROR : Données altérées par les vapeurs bonnet-de-fou.
Autres comptes: Vladek [Chroniques]
Citation:
Test de Charisme, avec un bonus de +2 à la caractéristique grâce à tes compétences diverses, pour ce test uniquement. Toutefois, un obscur -1 vient s'y ajouter, malus que tu subiras sur tous tes tests de Charisme dans ce village. Ils e passe décidément des choses très étranges, ici...

Résultat du dé : 8 (Réussi).


La tenancière sembla perplexe devant la tirade de Gunther : elle n'avait manifestement pas tout saisi. Malgré tout, elle laissa tomber son chiffon, et se passa la main dans les cheveux, alors qu'un timide sourire fleurissait sur ses lèvres : elle ne devait pas avoir plus de vingt ans, et Gunther aurait été étonné qu'elle ne soit pas déjà mariée. Son expression soudainement bien plus avenante semblait débarrassée de sa méfiance première : Gunther, par sa sincérité, avait réussi à la pousser à un comportement moins froid, et, somme toute, plus sympathique. Aussi empocha-t-elle rapidement les quinze pistoles que lui proposait Gunther, et, lui tendant un encrier, sortit également une plume d'un tiroir, la lui donnant avec le premier produit. Alors que l'initié regardait la plume avec une surprise mêlée de contentement, la tenancière parla un peu, se révélant être assez bavarde :

"Voilà, Monsieur. Y-a-t-il autre chose pour votre service ?

En ce qui concerne le village, ne soyez pas étonné si les gens vous regardent... heu... bizarrement, et ne veulent pas vous parler, et préfèrent vous éviter. Ce n'est pas contre vous, c'est juste que depuis la disparition du prêtre, vous autres du culte de Sigmar êtes mal vus, je ne sais pas pourquoi exactement, mais ça doit être lié aux circonstances de la disparition de notre curé..."

_________________
Un gobelin inspiré a écrit:
Pour toute réclamation ou problème, traversez la forêt et rendez-vous à la Caverne aux Champignons. Mais prenez garde aux vapeurs de bonnet-de-fou...

A l'entrée de la grotte se tient le gobelin : ses vêtements sont crasseux, et ses yeux vitreux. Plusieurs champignons d'une taille impressionnante pendent en grappes à sa ceinture. Dans l'une de ses mains, il tient une feuille d'arbre roulée en cylindre, dont l'extrémité fumante dégage les même fumerolles que celles qui planent lourdement au-dessus de sa tête. Il tire une bouffée de son étrange et longue cigarette, expire ensuite tranquillement par le nez, tout en dévisageant son interlocuteur d'un air rêveur. Puis, il prend la parole, d'une voix cassée, grave et enrouée, comme s'il avait quelque chose de très important à vous chuchoter :


Image
"Pourquoi cet air si sérieux ?
Écoute-moi bien, voyageur égaré.
Il y a quelque chose dont je voudrai te parler.
En tout temps, en tout lieu, tu dois bien être conscient que :

Image

En cas de non-respect de ces quelques règles,
Tu serais confronté à cet étrange animal,
Qui du forum régit le Bien et le Mal :
Le Modo, en vérité, créature fort espiègle."

Image

Un gobelin douteux a écrit:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 28 Sep 2011, 10:32 
Hors ligne
PJ
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 28 Aoû 2011, 13:10
Messages: 27
Quelle fut la joie de Gunther Kahr quand il vit qu'il avait réussi! Et quelle était la bonté de cette jeune femme qui lui avait offert une plume et lui avait parlé gentiment! Les yeux de l'initié de Sigmar se remplirent de larmes de bonheur, qu'il eu du mal à ne pas laisser couler. Le clerc parvint de justesse à se retenir d'embrasser la vendeuse. Cette fois, il n'y avait plus de doute possible: Sigmar était avec lui, il ne pouvait échouer. La voix enrouée par l'émotion à peine contenue, il répondit à la tenancière, balbutiant à moitié:

Gunther Kahr:-Mer... Merci mademoiselle. J'ignore quel risque vous avez pris en me parlant ainsi, mais sachez que quoi qu'il en soit, vous pourrez toujours compter sur moi si vous avez un problème de quelque genre qu'il soit.
Si vous voulez me trouver, je serai pour le temps de ma mission en ville la journée, et à l'auberge le soir. Mon compagnon, l'initié Solon, sera lui au temple de Sigmar tous le temps. Si vous avez besoin de lui, allez le trouver en lui disant que vous venez de ma part, cela devrait suffire. Si vous remarquez ou apprenez quelque chose, que vous avez besoin de quoi que ce soit, ou si vous avez peur pour vous ou pour d'autres, n'hésitez pas à venir me chercher ou à aller voir Solon, nous ferrons du mieux que nous pourrons pour vous aider.
Après le temps de ma tâche à Gössenheim, je pense que je devrai repartir au monastère principal de l'ordre de l'Enclume en Hochland, près d'Hergig et pas très loin d'ici, à 2 petits jours de marche à pied. Je n'y resterai pas longtemps, toutefois, mais ils pourront là-bas vous indiquer mon affection, heu... Affectation, pardon, si vous y allez dans le futur.

Grâce à ce que vous m'avez dit, je vais de ce pas commencer à investiguer sur la dispartiton du prêtre. Je repasserai sûrement vous tenir au courant de l'enquête si elle avance, et m'assurer de votre sécurité et de votre bien-être. Sur-ce, je dois aller à l'auberge, il faut bien que je mange et que je dorme ce soir, et l'auberge me paraît être un parfait point de départ pour mon travail, mais je vais auparavant passer rapidement au temple.
J'espère sincèrement vous revoir bientôt et souvent, mademoiselle, et pas seulement pour le travail. Au plaisir de vous revoir, jeune demoiselle.


Sur ces mots, après avoir salué la tenancière, et réciproquement, Gunther Kahr sortit de la boutique et se dirigea vers le temple de Sigmar. Il ne faisait pas encore nuit, et avant d'aller à l'auberge, il avait décidé d'effectuer un crochet par le temple pour plusieurs raisons. Tout d'abord, il voulait parler avec Solon, vérifier que celui-ci s'était bien installé là-bas et lui transmettre ses instructions; ensuite, il voulait vérifier l'état du lieu saint qui n'avait pas dû être entretenu depuis des mois; mais surtout, il voulait y chercher des indices quelconques qui pourraient peut-être l'aiguiller sur une piste avant de se rendre à l'auberge. S'il ne trouvait avant la tombée de la nuit, tant pis, il se rendrait à l'auberge et y commencerait là-bas son enquête, car Gunther voulait à tout prix éviter de sa balader la nuit seul et sans armes dans un village isolé et potentiellement hostile.

Rapidement arrivé devant le temple, sans encombre, l’initié Kahr entra d’un pas vif dans le petit bâtiment très faiblement éclairé, appelant d’une voix forte en même temps :


Gunther Kahr : -Solon ? C’est moi, Gunther Kahr. Comment vas-tu, es-tu bien installé? Rien d’anormal à signaler ?

Gunther observait l’intérieur du temple en même temps, jaugeant l’état du lieu, et surtout essayant de relever des indices quelconques, comme de vieilles tâches de sang, des meubles renversés ou cassés, des traces de pas autres que celles de Solon dans la couche de poussière, un objet ou un signe insolite, en bref n’importe quoi d’anormal…

En gros, je fais trois choses :
-Je jauge sommairement l’état du lieu (par exemple si les meubles sont cassés, volés ou disparus, s’il y aurait des travaux à refaire, …, je ne cherche pas à faire dans le détail). Jusqu’ici pas de difficulté, je pense.
-Je tente d’entrer en contact avec Solon (s’il est bien dans le temple comme je le lui avais demandé et qu’il ne lui est rien arrivé, ça ne devrait pas trop poser de problèmes).
-Je cherche des indices quelconques (là c’est plus complexe, car je suis loin d’être sûr de les trouver, si tant est qu’il y en ait).

_________________
Ci-dessous la copie de la fenêtre 2:

Gunther Kahr, Foi (prêtrise)
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 9 | Int 11 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 0/60

Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... nther_kahr


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 29 Sep 2011, 07:27 
Hors ligne
PJ
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Aoû 2011, 12:20
Messages: 211
Localisation: Grenoble/Lyon
Profil: ERROR : Données altérées par les vapeurs bonnet-de-fou.
Autres comptes: Vladek [Chroniques]
Solon apparut, et s'approcha de Gunther, le marteau à la main, pour lui rapporter tout ce qu'il avait pu observer. Sa mine était grave, et il avait du se passer quelque chose d'anormal :

Image
"J'ai fouillé tout le temple : le désordre est assez impressionnant, on croirait presque qu'il y a eu une bataille rangée ici. Regardez, ces cierges sont fendus ou jetés à terre, et c'est ainsi partout. L'endroit a besoin d'une vraie remise en état, et cela va prendre du temps.

Mais j'ai atre chose à vous montrer qui, si vous me permettez de formuler un avis, est beaucoup plus grave et problématique, et que vous devriez voir immédiatement."


Gunther, n'ayant rien trouvé de plus dans l'entrée, suivit Solon jusqu'à la partie du temple qu'on nommait le sanctuaire, un lieu où était disposé un autel, et une statue de Sigmar, dans la plupart des cas. Or, ici, Gunther constata que la statue avait perdu sa tête, qui était introuvable dans la pièce. Le dieu décapité surplombait un autel, dont tous les ornements étaient absents, ou avaient été ôtés. Enfin, certainement le plus troublant, le plus gravissime : au sol, un motif était dessiné dans la pierre. Une étoile du Chaos, dont chaque trait était profond et épais d'un pouce au moins, avait été dessinée dans le dallage. Solon, face à cette aberration, se plaça devant Gunther, le marteau dégainé, tandis que le futur prêtre de Sigmar remarquait les nombreuses tâches de sang séché qui maculaient le sol de la salle...

_________________
Un gobelin inspiré a écrit:
Pour toute réclamation ou problème, traversez la forêt et rendez-vous à la Caverne aux Champignons. Mais prenez garde aux vapeurs de bonnet-de-fou...

A l'entrée de la grotte se tient le gobelin : ses vêtements sont crasseux, et ses yeux vitreux. Plusieurs champignons d'une taille impressionnante pendent en grappes à sa ceinture. Dans l'une de ses mains, il tient une feuille d'arbre roulée en cylindre, dont l'extrémité fumante dégage les même fumerolles que celles qui planent lourdement au-dessus de sa tête. Il tire une bouffée de son étrange et longue cigarette, expire ensuite tranquillement par le nez, tout en dévisageant son interlocuteur d'un air rêveur. Puis, il prend la parole, d'une voix cassée, grave et enrouée, comme s'il avait quelque chose de très important à vous chuchoter :


Image
"Pourquoi cet air si sérieux ?
Écoute-moi bien, voyageur égaré.
Il y a quelque chose dont je voudrai te parler.
En tout temps, en tout lieu, tu dois bien être conscient que :

Image

En cas de non-respect de ces quelques règles,
Tu serais confronté à cet étrange animal,
Qui du forum régit le Bien et le Mal :
Le Modo, en vérité, créature fort espiègle."

Image

Un gobelin douteux a écrit:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 29 Sep 2011, 17:33 
Hors ligne
PJ
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 28 Aoû 2011, 13:10
Messages: 27
Gunther Kahr fut étonné de voir Solon ainsi sur le pied de guerre, mais lorsque celui-ci lui parla et lui montra l’étendue des dégâts, les traces évidentes d’actes sanglants et probablement violents, et surtout l’abominable sacrilège impardonnable de l’étoile du chaos, Gunther ne put retenir un :

Gunther Kahr : -Par Sigmar !

Les choses étaient donc bien plus graves que Gunther ne l’avait imaginé originellement. Le risque potentiel pour les deux clercs comme pour la population était tout bonnement énorme. Ainsi, depuis au moins cinq mois, date à laquelle le prêtre avait disparu, un ou plusieurs chaotiques étaient présents dans le village. Hors, dans un petit village comme celui-ci, s’ils avaient travaillé à convertir la population, celle-ci, sans le soutien de l’Eglise sigmarite ni d’aucune autre Eglise autorisée, avait largement eu le temps de basculer presque entièrement dans le culte chaotique. Une soixantaine d’adultes seulement, isolés, qui se connaissent tous. Un lieu idéal pour le recrutement cultiste. D’autant qu’ils avaient clairement affaire à un mage, puisque l’étoile n’était pas sculptée, comme le vérifia l’initié Kahr. Gunther réfléchit vite, et comme à son habitude, donna les instructions qu’il jugeait les meilleures dans la situation présente, tout en agissant dans le même temps :

Gunther Kahr : -Solon, la situation est bien plus dangereuse que je ne l’imaginais. Ecoute bien ce que je vais dire : cette étoile est dangereuse. Tu ne dois pas l’approcher, autant que faire se peut. Barricade-toi dans ce temple sacré, et prie Sigmar. Reste y jusqu’à nouvel ordre de ma part, tu peux dormir ici, mais garde toujours ton marteau à portée de main.

Il te faut comprendre que nous ne sommes absolument pas en sécurité dans ce village. N’importe lequel des habitants est un hérétique potentiel, et nous n’avons pas la force pour nous. Surtout qu’il s’agit là de l’acte d’un mage, donc d’un être intimement lié à l’essence même du chaos, qui plus est aux pouvoirs non négligeables. Quoi qu’il en soit, j’estime que si les chaotiques qui ont fait cela avaient pour but de convertir le village, au bas mot, la grande majorité des habitants doivent être convertis à présent. Quand aux autres, ils ne sont pas en sécurité, et sont des victimes potentielles du culte, comme nous. Je dirais même qu’elles sont, comme nous, des victimes probables, puisque notre arrivée va les faire sortir de l’ombre dans laquelle elles se cachaient du chaos, et donner à ces hérétiques la possibilité d’en finir une bonne fois pour toutes avec les derniers résistants.


Pendant qu’il avait parlé, l’initié de Sigmar avait pris un linge et couvert l’étoile sacrilège. Il était extrêmement tendu, bien qu’il se maîtrisa parfaitement et ne laissa rien paraître à Solon, ses cours de démagogie avaient été utiles, il savait cacher ses émotions et devinait généralement celles d’autrui. Ces derniers mots traduisait sa préoccupation principale, celle qui le rendait si tendu, qui captivait son attention : et s’il avait mis en danger la jeune vendeuse ? Mais Gunther continua à parler, après s’être accordé un court instant de pause, pour se laisser le temps d’organiser ses pensées :

Gunther Kahr : -Cela dit, il se peut, et je l’espère à défaut d’y croire, que les adorateurs des dieux sombres qui ont fait ça n’aient pas pour but de convertir la population, auquel cas nos chances seraient infiniment plus grandes, il se pourrait même qu’ils aient quitté la ville.

Que peut-on déduire d’autre de ce lieu ? Hé bien, je pense que l’on peut éliminer l’hypothèse d’un attentat camouflé, car tracer une marque du chaos n’est jamais une chose anodine, et de plus, il aurait été plus facile de cacher le meurtre autrement pour un ou plusieurs individus disposant d’une telle puissance. Non, celui qui a fait cela l’a fait en sachant qu’il n’avait même pas besoin de cacher ses actes, il a sûrement été entendu par les voisins, et probablement par presque tout Gössenheim si l’en en juge par l’ampleur des dégâts. Ce qui m’amène à penser que notre ou nos suspects sont connus, au moins de vue, des villageois. Reste à savoir s’ils savent qui il est, ou qui ils sont, et surtout si les citoyens sont de mèche avec lui ou eux. Comme je l’ai déjà dit, je pense que c’est probablement le cas d’une majorité d’entre eux. Ce qui m’étonnerait en ce cas, c’est qu’ils n’aient toujours pas agi contre nous, mais peut-être veulent-ils nous laisser « démasquer » ceux qui ne sont pas des fidèles du chaos ou qui nous aident.


L’air extrêmement préoccupé, Gunther fit une nouvelle pause le temps d’une longue respiration, puis continua à parler et à s’activer, posant ses affaires au sol et s’apprêtant à ressortir du lieu saint :

Gunther Kahr :-Dans tous les cas, il faut que j’agisse, et vite.
Quoi qu’il arrive, n’ouvre à personne, sauf à moi et à une jeune femme qui ne semble pas convertie aux dieux du chaos, la vendeuse de la quincaillerie. Elle m’a déjà aidé, et il se pourrait que j’aille lui redemander des précisions sur ce qu’elle sait ou a entendu dire, mais pour l’instant, elle doit être en train de dîner. Elle pourrait venir chercher refuge, aide ou conseil ici, et j’attends de toi que tu t’en occupes avec la plus grande attention. Si nous ne l’aidons et que la situation est aussi dramatique que je le pense, nous signons son arrêt de mort, et pire encore. Et cela, je ne le permettrai pas, dussé-j’en mourir. Bonne chance, Solon, je reviendrai te chercher dans quelques jours au plus.

Que Sigmar soit avec nous et nous protège.


Décidément, l’ambiance devenait de plus en plus tendue dans ce petit village, et l’atmosphère était électrique et aussi sombre que le ciel couvert. La nuit était presque tombée, l’orage n’allait pas tarder, et il allait durer un certain temps, à en voir les nuages.
Sortant du temple avec une préoccupation extrême, Gunther se redirigea vers la place centrale, mais cette fois-ci pour se rendre à l’auberge. En passant sur la place, il prit le temps de regarder la quincaillerie, vérifiant qu’il n’y avait à priori rien d’anormal…



S’il y a quelque chose d’anormal, je reste sur la place et j’agirai en fonction, sinon, voire 1.



1 :
Gunther Kahr n’avait heureusement rien remarqué d’inquiétant ou d’anormal pour l’instant chez la quincaillère. Poussant un soupir de soulagement, il entra du pied droit dans l’établissement où l’on trouvait à se loger et à manger en payant, communément appelé auberge, « Au vieux fou de Dumby », comme elle se nommait. Il se dirigea vers le tavernier, un homme à l’apparence caricaturale de sa profession. Ignorant les quelques hommes qui étaient dans l’établissement, et s’accoudant au zinc, Gunther commença à parler d’une voix d’habitué:

Gunther Kahr : -Hé, barman ! Je te prends une chambre pour la nuit, et puisqu’on applique le « qui dort, dîne »*, ici, je te prends aussi le dîner. Aller, fais moi goûter des spécialités de la maison, et bien entendu, apporte de la bière pour arroser tout ça. On va boire sans retenue aujourd’hui pour fêter le retour du clergé sigmarite dans cette belle ville !
Puis Gunther Kahr paya et attendit qu’on lui apporte à manger et à boire pour continuer, s’adressant à tous :
Gunther Kahr : -Au fait, ça a du vous manquer, un bon prêtre de Sigmar, non ? Moi, je dis que le bon sigmarite doit savoir boire et apprécier la bonne bière, pas vrai ? D’ailleurs, l’un d’entre vous saurait ce qui est arrivé au dernier en date ? C’est que ce bougre m’a fait faire un sacré chemin jusqu’ici ! Allez-y, racontez, pendant que je mange, j’aime bien les histoires, ça met de l’ambiance.

[*: "Qui dort dîne" est une vieille expression qui était une sorte de "mode de consomation" (faute de trouver les bons mots) pour les auberges qui le pratiquait, et qui signifiait que les voyageurs qui voulaient dormir dans cette auberge devaient aussi manger sur place (du moins pour le dîner).]


PS: Schéma du village de Gössenheim

Image

_________________
Ci-dessous la copie de la fenêtre 2:

Gunther Kahr, Foi (prêtrise)
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 9 | Int 11 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 0/60

Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... nther_kahr


Modifié en dernier par [MJ] Le Gob' le 29 Sep 2011, 13:49, modifié 1 fois.
+6 xp (Total de 60).


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 30 Sep 2011, 07:46 
Hors ligne
PJ
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Aoû 2011, 12:20
Messages: 211
Localisation: Grenoble/Lyon
Profil: ERROR : Données altérées par les vapeurs bonnet-de-fou.
Autres comptes: Vladek [Chroniques]
L'auberge était assez peu remplie, ce soir-là ; lorsque Gunther détailla l'ensemble de la pièce, c'est la première chose qu'il vit. Mis à part l'aubergiste, occupé à son comptoir, il n'y avait que quatre autres personnes dans la salle : l'un était un vieillard au regard d'ambre, qui marmonnait, recroquevillé dans un coin. Les trois autres semblaient plus "normaux" : ils étaient assis à une longue table, chope en main, et discutaient. Tous se turent lorsque Gunther entra et joua sa petite comédie. L'aubergiste lorgna étrangement sur ce prêtre avide d'alcool que la Providence avait fait entrer dans son établissement, puis grogna à son intention un prix exorbitant:

Image"C'est une demi-pistole par chope, ici, pour les étrangers. Et deux, pour une nuit."


Son expression n'était pas vraiment engageante, et Gunther allait être obligé de payer le prix imposé, lorsque soudain une voix distinguée appela depuis la table voisine :

Image"Laisses, Klaus, il est à ma table, cela faisait longtemps qu'on n'avait plus vu un prêtre de Sigmar par ici. Sers-nous, la note est toute pour moi."


Des vois résonnèrent alors, tandis que chacun invitait l'initié à prendre place avec eux. Gunther obtempéra, s'asseyant à une place laissée libre entre deux des personnes présentes. Alors, Karl amena de quoi boire en grande quantité, et la discussion s'engagea. L'individu affable à la voix distinguée parla, face à Gunther, de l'autre côté de la table :

Image"Je suis Ludwig, le médecin de ce village.
A votre gauche, je vous présente Balthasar, un excellent scribe qui s'y connait également beaucoup au sujet des plantes et des simples. Il m'est souvent très utile dans l'exercice de mon métier.
A votre droite, voici Sigmund, forgeron de son état. Il sait faire tout ce qu'on oserait demander à un forgeron, du fer à cheval jusqu'à l'outil de médecin."


L'homme à la gauche de Gunther, un individu à l'apparence étrange, avait le visage abîmé, comme si quelque chose d'acide lui avait rongé la peau à certains endroits. Il n'en dévisageait pas moins Gunther d'un air fort amène.

Image


L'homme qui se trouvait à la droite de l'initié, quant à lui, semblait plus jeune que les deux autres : le forgeron avait un visage amical, chaleureux, et sympathique.

Image


Une fois les présentations faites, Karl l'aubergiste remplit plusieurs chopes de bière mousseuse pour chacun, puis prit congé, non sans se tenir prêt à remplir de nouveau tout récipient vide. Alors, le médecin, dont Gunther venait d'apprendre qu'il s'appelait Ludwig, reprit la parole, le regard rivé à celui du prêtre, tandis que les deux autres commençaient à vider leurs chopes :


Image"Nous disions donc, cela fait longtemps que nous n'avons plus eu de prêtre de Sigmar, ici ... plusieurs mois. Le précédent, dont j'ai oublié le nom, a disparu un beau jour, sans qu'on sache trop pourquoi ni pour quelles raisons. Il est parti, tout simplement, et un certain nombre d'objets plus ou moins précieux avec lui. Ce départ inattendu, inexpliqué, a été très subit : cela a jeté un froid, les gens se méfient maintenant des adeptes du culte de Sigmar. Ce n'est pas contre vous, ni pur vous offenser, bien entendu, mais il est clair que le comportement de votre prédécesseur a déplu, oui, beaucoup déplu. Pas étonnant, donc, que les villageois se méfient.

Quant à nous trois, nous sommes plus ouverts d'esprit : nous concevons tout à fait que vous soyez différent de votre imposteur de prédécesseur, ce qui vaudrait mieux, je pense. Cela n'est pas à vous de supporter..."


Une voix que Gunther n'avait pas encore entendue résonna alors depuis un coin reculé de la pièce : le vieillard aux cheveux et aux yeux blancs s'exclamait, agité :

"Des démons... Corruption, mutation... Arrière, créature de l'Enfer ! Ils arrivent... Nous ne pouvons plus sortir... Ils sont partout !!!"

Le bougre avait hurlé ces derniers mots, hystérique. Puis, alors qu'il retombait dans une sorte d'immobilisme temporaire, Balthasar, le scribe, assis à la gauche de Gunther, glissa quelques mots à ce-dernier :

Image"Lui, c'est Dumby, le Vieux Fou du village... Karl a baptisé l'auberge en son honneur, c'était son ancien associé, comprenez... Ne faites pas attention à lui, depuis qu'il a perdu l'esprit, il voit des démons partout, le pauvre..."


A peine avait-il finit de murmurer que le dénommé Dumby bondit sur ses pieds, trépignant, fixant Gunther de ses yeux laiteux, le pointant d'un doigt squelettique :

"Lui, c'est lui, lui ! Il amène la corruption, le village va devenir LE CHAOS !!!"

Karl, l'aubergiste, le saisit par ses oripeaux crasseux, et le traîna hors du bâtiment, laissant la conversation se poursuivre dans le calme...

_________________
Un gobelin inspiré a écrit:
Pour toute réclamation ou problème, traversez la forêt et rendez-vous à la Caverne aux Champignons. Mais prenez garde aux vapeurs de bonnet-de-fou...

A l'entrée de la grotte se tient le gobelin : ses vêtements sont crasseux, et ses yeux vitreux. Plusieurs champignons d'une taille impressionnante pendent en grappes à sa ceinture. Dans l'une de ses mains, il tient une feuille d'arbre roulée en cylindre, dont l'extrémité fumante dégage les même fumerolles que celles qui planent lourdement au-dessus de sa tête. Il tire une bouffée de son étrange et longue cigarette, expire ensuite tranquillement par le nez, tout en dévisageant son interlocuteur d'un air rêveur. Puis, il prend la parole, d'une voix cassée, grave et enrouée, comme s'il avait quelque chose de très important à vous chuchoter :


Image
"Pourquoi cet air si sérieux ?
Écoute-moi bien, voyageur égaré.
Il y a quelque chose dont je voudrai te parler.
En tout temps, en tout lieu, tu dois bien être conscient que :

Image

En cas de non-respect de ces quelques règles,
Tu serais confronté à cet étrange animal,
Qui du forum régit le Bien et le Mal :
Le Modo, en vérité, créature fort espiègle."

Image

Un gobelin douteux a écrit:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 2 sur 4
 [ 39 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs enregistrés: Yorick


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par phpBB-fr.com
Based on Style Chronicles by Jakob Persson, modifications by Medenor and [MJ] Urizen. All rights reserved.