Index du forum

Warforum JDR: forum JDR gratuit dans l'univers Warhammer®

Un forum totalement RP, dans le sombre et dangereux monde de Warhammer®
© L'univers, le contexte, les noms et autres appartiennent à Games Workshop®

Nous sommes le 23 Nov 2017, 04:53

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 12 sur 13
 [ 121 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 9, 10, 11, 12, 13  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 04 Juin 2017, 17:55 
Hors ligne
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Oct 2011, 11:56
Messages: 907
Réactions de Raël prises via CB.


Les deux équipes étaient en place, et la lutte allait commencer. Raël s’était posté sur le flanc gauche par rapport au « mur ». Face à lui se tenaient surtout le groupe des impériaux et de quelques autres mercenaires étrangers qui s’étaient agglutinés.

Soudain, une sonnerie de trompette résonna, signalant le début de l’épreuve, et presque immédiatement, les masses de participants se mirent en mouvement l’une vers l’autre. Il y avait une part de bazar et de flou dans les deux camps, mais, parce qu’il s’était mieux organisé, celui de Raël Khem restait en très grande partie cohérent dans son avancée, dans une formation compacte et beaucoup plus nombreuses que les nombreux petits groupes adverses. Ces derniers semblaient par ailleurs totalement indépendant l’un de l’autre, ils s’ignoraient même, de sorte que là où l’équipe des « impairs » avait une cohérence générale à peine perturbée par quelques participants isolés, celle des « pairs » n’avait elle aucune organisation globale. C’était plutôt bon signe pour espérer la victoire finale, mais les points attribués pour la victoire de l’équipe étaient relativement faibles, et ne constitueraient qu’un bonus à ceux glanés par la performance individuelle.

A ce propos, très rapidement, les tactiques des uns et des autres se dévoilèrent. Les norses, positionnés sur le flanc opposé à Raël, cherchaient à « massacrer » le plus d’hommes possibles, en recherchant la facilité avant tout. Ils évitaient tout affrontement contre des têtes de série.

A l’inverse, le groupe des bretonniens, en quête de gloire et d’honneur, avait foncé droit sur le mur dans l’espoir de le briser par une charge héroïque en dépit de leur large infériorité numérique.

Quant aux impériaux, ils avaient étudié la situation et entrepris d’avancer en formation serrée en prévision de la défaite des autres groupes alliés. Ainsi, ils pourraient former un carré final et tenir le plus longtemps possible, même complètement isolés et encerclés.

Les premiers ennemis que Raël et son groupuscule eurent à affronter étaient un certain nombre de combattants « hors groupes », qui avaient décidé de tenter leur chance seuls, persuadés qu’ils pourraient gagner plus de points par des exploits individuels qu’en se pliant à une stratégie concertée. Ce n’était pas forcément des mauvais combattants, mais leur isolement volontaire était un sérieux handicap pour eux, car ils se retrouvaient systématiquement submergés en arrivant au contact. C’est ainsi que deux ennemis se retrouvèrent en combat contre la totalité du groupe du scythien, soit cinq personnes.


Citation:
5 VS 2 !
Initiative : Raël, ennemi 1, Thibault, allié 1, allié 2, ennemi 2, allié 3. Les ennemis ont 2 NA, mais ils privilégient la défense.

Round 1 :
Raël frappe en 1er : 8 ! Touché ! Parade réussite, mais il subit quand même quelques dégâts.
Ennemi 1 : 19. Raté.
Thibault : 4. Touché ! Parade réussite.
Allié 1 :19. Raté.
Allié 2 : 5. Touché ! Non paré.
Ennemi 2 : 17. Raté.
Allié 3 : 16. Raté.
Raël (2ème attaque) : 6 ! Tu as touché l’autre ennemi aussi, qui réussit sa parade.

2ème round :
Raël frappe en 1er : 20 ! Pas de 2ème attaque ce tour-ci !
Ennemi 1 sur Thibault : 4. Touché ! Parade réussite.
Thibault : 6. Touché ! Parade réussite.
Allié 1 :18. Raté.
Allié 2 : 15. Raté !
Ennemi 2 : 20. Plus d’attaque ni de parade possible pur ce tour.
Allié 3 : 3. Touché ! Parade ratée pour ennemi 1 : ennemi 1 est « mort ».

3ème round :
Raël frappe en 1er : 5 ! Pas de parade ! Tu élimines le 2ème adversaire.

=> Tu gagnes 20 points ! (1 blessé que tu n’as pas achevé =5, et un tué=15).


En défense devant Raël, les impériaux et autres étrangers étaient encore nombreux et organisés, ils n’avaient pas encore été attaqués par d’autres que par des assaillants isolés dont ils s’étaient facilement débarrassés, car ils étaient en tout une bonne quinzaine.

Au centre, les bretonniens ennemis, bien que forts individuellement, étaient en train de se faire submerger et déborder par le mur mieux organisé et plus nombreux. Les norses, qui en avaient terminé avec les isolés, s’étaient à leur tour retournés contre le mur, mais là encore, ils étaient trop peu nombreux pour faire la différence.

Raël Khem décida de temporiser pour attendre une faiblesse à exploiter dans le carré des impériaux. Plusieurs groupes d’assaut d’élite étaient déjà à l’œuvre, la plupart avaient profité du chaos des troupes engagées contre le mur pour les contourner et les attaquer par l’arrière et les massacrer aisément. Jusqu’ici, le plan de Raël marchait à merveille,

Mais certains se montrèrent plus audacieux encore ! Ce fut le cas d’Yvon Bamorel qui, à la tête d’un groupe d’élite d’une demi-douzaine de combattants, se lança directement à l’assaut du carré des impériaux et autres participants étrangers. Cette stratégie aurait été suicidaire si par ce qui semblait une maladresse ou une peur incroyable, plusieurs participants adverses de bas classement s’enfuirent ou rompirent brusquement la formation, créant une brèche dans l’organisation défensive jusqu’ici parfaite d’Edrik Wassenberg et d’Oswald von Instanstadt.

Par une chance incroyable voire même suspecte, l’assaut frontal d’Yvon Bamorel sembla donc s’enfoncer dans la formation et la déstabiliser complètement. De toute façon, peu importait : Raël, qui attendait une occasion pareille, la saisit au vol et fonça lui aussi pour profiter du chaos engendrée ! C’était la curée ! La formation ayant été rompue, il n’y avait plus qu’une suite d’adversaires désorganisés à affronter.


Citation:
Raël et son groupe affrontent un nombre aléatoire d’ennemis. Dans un premier temps, 2 combattants.

Round 1 :
Raël attaque ennemi 1 : 14 ! Touché (et oui même avec les malus d’armure tu deviens un combattant d’exception) ! Parade : 9. Réussite.
Ennemi 1 attaque : 15. Raté.
Thibault : 3. Touché ! Parade réussite.
Allié 1 :19. Raté.
Allié 2 : 4. Touché ! Non paré.
Ennemi 2 : 14. Raté.
Allié 3 : 18. Raté.
Raël (2ème attaque) sur ennemi 2 : 2 ! Touché. Parade réussite.

Round 2 :
Raël attaque ennemi 1 : 8 ! Touché. Parade : 15. Ratée, tu élimines l’un d’eux (ennemi 2).
Ennemi 1 attaque allié 1 : 3. Touché ! Parade : 20. Echec critique. Allié 1 est éliminé !
Thibault : 5. Touché ! Parade réussite.
Allié 2 : 17. Raté.
Allié 3 : 18. Raté.
Raël (2ème attaque) : 5 ! Touché. Tu élimines le 2ème aussi.

+30 points !


Ce qui restait de la première ligne des défenses adverses avait été complètement enfoncé et massacré par les assaillants, forçant les champions à choisir entre la fuite et l’affrontement. Mais la fuite n’était pas une option valable, car s’égayer un peu partout sur le « champ de bataille » ne ferait que retarder l’échéance, car il était certain que totalement isolés, les fuyards seraient éliminés un à un. Il fallait donc résister pour tenter de renverser la vapeur. Rassemblant leurs hommes restants, Edrik Wassenberg et Oswald von Instanstadt foncèrent pour affronter respectivement Yvon Bamorel et Raël Khem.

Citation:
Raël VS Oswald von Instanstadt et 4 hommes.

Initiative : Raël, Oswald, Thibault, Ennemi 1, Allié 2, Ennemi 2, Allié 3, Ennemi 3, Ennemi 4, Raël, Oswald.
Les ennemis ont 1 seul NA, sauf Oswald qui est un noble combattant rang 3 complété sans ses 4 PCs initiaux.

Round 1 :
Raël attaque Oswald : 11 ! Touché ! Parade : 7. Réussite.
Oswald attaque : 19. Raté.
Thibault : 15. Raté.
Ennemi 1 attaque : 15. Raté.
Allié 2 : 3. Touché ! Ennemi 3 est à moitié de vie.
Ennemi 2 : 2. Touché. Parade : 20. Echec critique. Elimine allié 3 !
Ennemi 3 : 15. Raté.
Ennemi 4 : 3. Touché. Allié 2 est à moitié de vie.
Raël (2ème attaque) sur Oswald : 9. Touché. Parade ratée. Oswald est à moitié de vie.
Oswald attaque Thibault : 2. Touché. Parade ratée. Thibault est à moitié de vie.

Round 2 :
Raël attaque Oswald : 20 ! Echec critique ! Pas d’autre attaque ce round-ci.
Oswald attaque : 15. Raté.
Thibault : 8. Touché. Parade réussie.
Ennemi 1 attaque : 16. Raté.
Allié 2 : 9. Touché ! Ennemi 3 est éliminé !
Ennemi 2 : 17. Raté.
Ennemi 4 : 12. Raté.
Oswald attaque Thibault : 8. Touché. Parade réussie.

Round 3 :
Raël attaque Oswald : 11 ! Réussite. Parade réussie.
Oswald attaque Thibault : 1. Réussite critique. Thibault est éliminé !
Ennemi 1 attaque : 11. Raté.
Allié 2 : 3. Touché ! Oswald est éliminé !
Ennemi 2 : 6. Touché. Parade manqué, allié 2 est éliminé.
Ennemi 4 : 16. Raté.
Raël attaque : 20. Echec critique.

Test d’INT des ennemis : 15 ! Fuite !
+ 5 points !

A partir de là, on considère que tu n’as plus réellement de résistance, vous submergez complètement l’ennemi car le mur a terminé les autres et vient vous aider. Il t’est donc rajouté un nombre aléatoire de points pour représenter les combattants lambda que tu élimines dans leur fuite.
+1D8=4 ! X15 = 60 points !

Total : 60+5+30+20= 115. +20 parce tu survis intact. +20 parce que ton équipe gagne = 155 !


Finalement avec la défaite d’Oswald contre Raël et ses alliés, seul Edrik Wassenberg résistait encore, tenant tête à Yvon Bamorel et ses hommes. Mais plus pour longtemps, car le mur, qui avait fini de vaincre bretonniens et norses, arriva au secours des compétiteurs et finit d’achever ce qui restait du carré des impériaux.

Au final, ce fut une grande victoire de l’équipe du scythien, due en grande partie à la tactique qu’il avait mise en place. Les résultats de l’épreuve étaient les suivants :


Image

Image


Une bonne part des perdants n’avaient pu exprimer pleinement leur potentiel, car la tactique avait joué en leur défaveur. A l’inverse, certains avaient profité à fond du système pour s’avantager, en laissant par exemple leurs sbires affaiblir les ennemis afin de ne porter à chaque fois que le coup « fatal » et de gonfler artificiellement leur score, comme par exemple Yvon Bamorel qui s’était battu non loin de Raël, mais avait été blessé et stoppé par Edrik Wassenberg en combat singulier. Au final, si quelques uns des meilleurs combattants surent tirer leur épingle du jeu (comme par exemple l’impressionnant Karloman qui avait terrassé pas moins de treize adversaires à lui seul avant d’être noyé sous la masse et avait récolté non seulement la première place mais également le prix du public pour sa performance), le prix du jury, lui, fut attribué à Raël Khem pour sa performance jugée très honorable dans tous les sens du terme. En effet, contrairement à beaucoup, il n’y avait aucun soupçon de tricherie sur lui, ses compagnons ne l’avaient pas spécialement aidé à outrance en lui laissant finir leurs adversaires, et il avait été l’auteur d’un beau duel avec Oswald, même si hélas pour lui il ne l’avait pas achevé, ce rôle revenant à un anonyme de son groupe. En tous les cas, il fut distingué, félicité et honoré spécialement par la remise du prix du jury dans la soirée, ce qui l'obligea à rester de la fin de l'épreuve jusqu'à la tombée de la nuit avec les officiels.

Le lendemain, il faudrait tenter de faire aussi bien, mais cette fois-ci pour l’épreuve à cheval... En attendant, suite à sa magnifique performance et à sa remise de prix, il fut abordé à la sortie de l'estrade par une jolie jeune femme légèrement vêtue aux cheveux blonds et aux yeux mauves, alors que le soir tombait. La créature de rêve lui indiqua s'appeler Ranya Labelle et que pour une somme très modique, elle serait prête à le suivre dans sa tente et à lui faire tout ce qu'il voudrait... Elle lui confia qu'elle aimait les champions et encore plus ceux qui étaient "exotiques".


+1 sou de cuivre (récompense prix du jury).
Il ne sera pas ajouté si tu acceptes la proposition de Ranya.

Dans tous les cas, tu peux passer si tu le souhaites directement à l'épreuve suivante.

_________________
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
viewtopic.php?f=2&p=70493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
viewtopic.php?f=243&t=4109&p=70764#p70764


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 08 Juin 2017, 21:49 
Hors ligne
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 29 Jan 2012, 17:19
Messages: 222
Ca y est, c'était l'heure. Les paroles ne seraient plus utiles, pas plus que les appels à l'aide ou les prières de pitié des mourants. Ce serait juste un déchaînement de passion, de fureur, de talent, de haine entre les peuples. Quand le mur de concurrents frappa celui, bien plus maigre, formé par les bretonniens, Raël su que cela était bon. A vrai dire, s'il n'y avait pas eu ces ridicules armes émoussées voire en bois, l'ambiance aurait été encore plus électrique et épique, peut-être même digne des légendes. On se battait avec la force de l'ushabti, l'adresse du cobra royal, la fourberie du fennec!
Par contre, le guerrier fût surpris du manque de coordination de l'équipe adverse. Ces blocs pourraient, certes, être efficace dans certaines batailles, du moins il le pensait, n'ayant aucune connaissance stratégique réelle, mais contre un mur compact, ils seraient facilement débordés et pris sur les flancs voire l'arrière. Qu'est-ce qui avait bien pu se passer pour permettre un tel flegme dans l'organisation générale? Au pire, peu importait à Raël: la victoire n'en serait que plus facile. Malheureusement les impériaux, qui semblaient quand même plus préparés que le reste de leurs troupes, organisèrent un carré. Notre Scythien, avec sa petite équipe, préféra ne pas charger de suite la formation: ce serait pure folie.

Plus loin, le guerrier voyait les haches norses voler dans les airs, emportant des participants avec eux, les éliminant sans pitié. Ces types étaient vraiment terribles, mieux vaudrait éviter de tomber sur eux pendant les éliminations.
Un petit groupe de combattants s'étaient détachés de la mêlée générale et se précipitaient sur Raël et ses hommes. Bien sûr, ceux-ci, ne s'en laissant pas compter, foncèrent à leur rencontre. L'affrontement fût bref, le bretteur fauchant aisément un des deux hommes venus à sa rencontre et en blessant un deuxième, qui fût achevé par un camarade. Une victoire facile, ces gars devaient être désorientés.
Reprenant ses esprits, le duelliste aperçut que le mur était en passe de faire céder les bretonniens, malgré les norses. C'était une excellente nouvelle! Bientôt la formation impériale se briserait d'elle-même et il n'y aurait plus qu'à cueillir les fuyards!

L'attente fût bien plus courte que prévue. Raël n'en cru pas ses yeux quand il vit Yvon Bamorel et son équipe foncer droit sur les impériaux. Que faisaient-ils, si peu nombreux? Voulaient-ils tant perdre? Mais ce qui se passa ensuite le stupéfia: le carré se défit de lui-même, laissant à son équipe la possibilité d'enfoncer les troupes. Le Scythien plaqua sa main sur son front: que se passait-il? Etait-ce une tricherie? Dans tous les cas, il fallait en profiter. Il lança donc l'assaut.

L'impact fût difficile à décrire, le guerrier trancha dans tout ce qui lui passait sous la main, abattant ceux qui se dressaient devant lui. Il se vit en abattre deux! Ce serait toujours ça de pris.
Evidemment, les champions de l'Empire ne l'entendaient pas de cette oreille et, bien vite, ils se reprirent pour aller affronter leurs adversaires, vaincre ou tomber en essayant. Pressentant qu'un combat contre Wassenberg serait trop difficile, notre héros se retrancha vers la position de von Instanstadt, engageant rapidement le combat.
Le duel fût complexe pour Raël qui avait trouvé un adversaire à sa hauteur. Oswald savait se battre et il ne comptait pas se laisser avoir: il frappait vite, abattant Thibault sans grande difficulté. Raël parvint à le toucher dans le chaos de la bataille, mais fût empêché de l'achever par une bourrade d'épaule d'un autre participant. Oswald fût achevé juste après par un coup en traître d'un allié. C'était dommage, mais c'était la règle dans un combat: toujours surveiller ses arrières.

A partir de là, le Scythien perdit de vue son adversaire. La formation ennemie était totalement brisée, les concurrents submergés par le mur qui avait enfin passé les dernières poches de résistance. Les survivants fuyaient dans tous les sens, se laissant faucher comme du blé mur. Ainsi, en combat réel, Raël aurait pris quatre vies supplémentaires. C'était beaucoup, quand on y pensait.

En sortant de l'arène, le guerrier s'accorda un moment pour souffler. Il était fatigué, stressé et la journée avait été éreintante. Quelle ne fût pas sa surprise lorsqu'on lui indiqua qu'il était le favori du jury! Le valet qui lui annonça le guida d'ailleurs jusqu'au tableau des scores: il était quatrième! Assurément une belle victoire, même si cet enfoiré de Rahim était devant lui. Par contre, il remarqua qu'il n'y avait aucun bretonnien parmi les cinq premiers. Il pouffa: Jeannot devait être en train de se frotter les mains, après tout c'était son intention que de prouver aux gens de l'Anguille que les bretonniens n'étaient pas les meilleurs combattants du monde. Nul doute qu'après une telle claque de nombreux paysans et marchands se poseraient de fortes questions. Peut-être devrait-il demander une prime pour ça, d'ailleurs...

Enfin, pour le moment il devait tenir une fin d'après-midi rasoir au possible avec les officiels. Serrer des mains, saluer la foule et la noblesse présente, notamment les Foulques, puis enfin, alors qu'on allait le relâcher, une splendide jeune femme vint le voir, pour lui proposer un peu de bon temps en sa compagnie avec moult tentatives de séduction. A vrai dire, Raël en avait bien envie, ça l'aiderait à décompresser. Pour autant, son instinct hurla de ne pas se presser, elle pouvait être un piège destiné à lui faire rater l'épreuve du lendemain. Mieux vaudrait attendre pour après les combats à cheval. Avec un sourire, il lui fila la pièce qu'elle demandait.


-"Pas pour ce soir, jolie lionne. Mais reviens demain après l'épreuve devant ma tente, d'accord?"

Cela fait, il s'en retourna vers sa piaule. Une fois arrivé, il enleva ses chaussures et son équipement en général, ne gardant que son épée près de lui. Tranquillement, il se mit à genoux pour prier un peu, dans la langue du désert.

-"Ô Ptra,

Béni sois Ton grand nom.
Béni sois-Tu de faire briller la lumière sur le monde.
Béni sois-Tu de me donner la force de vaincre.
Béni sois-Tu de ne point te cacher de moi.
Béni sois-Tu.

En ce jour, Ptra, Ton serviteur a combattu contre des ennemis à ta parole et à tes enseignements. Et Tu m'as donné la force de les combattre. Je T'ai honoré du mieux que ma force me le permettait, mais j'aurais encore besoin de Ta main puissante demain. Tes ennemis seront à nouveau là et je devrai les chasser encore.

Alors, Ptra, aide-moi, Ton serviteur qui te prie.

Béni sois-tu."

_________________
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 12 | End 12 | Hab 9 | Cha 8 | Int 10 | Ini 14 | Att 14 | Par 14 | Tir 8 | NA 3 | PV 90/90
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem

Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)


Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 19 Juin 2017, 20:49, modifié 1 fois.
+6 xps + 1 PdC en Ptra


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 12 Juin 2017, 15:44 
Hors ligne
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Oct 2011, 11:56
Messages: 907
+1 PdC en Ptra pour la prière !


La jeune femme adressa un clin d’œil accompagné d’un sourire à notre héros tout en lui disant qu’il pouvait compter sur elle, qu’elle serait bien là le lendemain ! Aucun autre évènement notable ne se produisit en cette fin de journée.

Ainsi, une nouvelle nuit passait et une nouvelle aube se levait sur ce qui serait l’ultime épreuve de la première phase du tournoi. Pour Raël Khem, bien placé, les choses se présentaient plutôt bien. A moins d’une catastrophe, il allait très probablement réussir à passer à la deuxième phase du tournoi. Pour d’autres, en revanche, comme Thibault de Pongevin, l’épreuve serait plus décisive, car ils ne bénéficiaient pas d’autant de marge et qu’un faux pas, une élimination trop précoce, pouvait encore leur faire tout perdre.

L’enjeu était donc relativement faible pour les vingt premiers qui étaient quasi-certains d’être qualifiés, mais il n’était pas non plus tout à fait inexistant. Tout d’abord, il y avait le risque d’une blessure ou d’une contre-performance tellement énorme qu’elle ferait tout perdre, mais ce risque était minime, car il faudrait aussi dans le même temps que les quarante suivants au classement les rattrapent et les dépassent, ce qui était presque impossible. Non, le véritable enjeu de l’épreuve, c’était le classement général ! Les duels de la phase des éliminations directes seraient en effet établis selon un tableau qui prendrait en considération les positions finales de chaque champion, et intégrerait aussi une part d’aléatoire.

Raël Khem n’avait pas vraiment compris le complexe système mis en œuvre, mais il savait une chose, la plus essentielle : mieux il serait classé, moins il aurait de risques d’affronter des « gros », du moins en théorie, car il existait aussi une part de hasard, sous la forme d’un tirage au sort.

Quoi qu’il en fût, cette fois-ci, aucune concertation ne fut réalisée avant l’épreuve par l’équipe des « impairs ». Et pour cause : les trop mal classés avaient déjà abandonné et ne disputaient plus l’épreuve que pour l’honneur et l’espoir de réaliser un coup d’éclat individuel, ou alors de favoriser –illégalement au regard du règlement du tournoi- un autre candidat. Les mieux classés, à l’inverse, étaient déjà dans le relâchement et dans la préparation des duels qui seraient beaucoup plus décisifs, car à partir des face-à-face, il n’y aurait plus aucun droit à l’erreur. Quand à tous ceux qui comme Thibault de Pongevin étaient dans la zone ou tout était encore possible en bien comme en mal, ils n’étaient pas très nombreux et ne bénéficiaient pas d’appuis de poids, étant en général de petits candidats ou des autodidactes venus se présenter en solo.

Au final, quelle qu’en soit la raison, le résultat était le même pour le scythien : il faudrait se débrouiller plus ou moins seul pour cette fois-ci, ou alors tenter d’établir une alliance ou une tactique par ses propres moyens.


***


L’après-midi, de la même manière que lors de l’épreuve précédente à pied, les cavaliers se préparèrent à simuler un affrontement épique à dos de cheval. Mais cette fois-ci, si l’organisation des adversaires était resté la même, à savoir des groupes soudés autour de leaders en fonction de leur nationalité, le groupe des « impairs » (resté similaire au premier, puisque l’organisation avait décidé de ne pas modifier les 2 équipes entre les 2 épreuves de combat par équipe), celui de Raël, était complètement désorganisé. Chaque chevalier, chaque compétiteur était à peu près seul, ce qui formait une seule gigantesque ligne de combattants tous avides de faire leurs preuves individuellement. Pour sa part, Raël avait le choix de son placement : en face des Bretonniens ennemis ? Des norses ennemis ? Des impériaux et autres étrangers ennemis ?

Il pouvait aussi choisir son mode d’action. Allait-il directement charger comme la plupart de son groupe, ou rester en retrait ? Allait-il tenter une action spéciale ? Tout ne dépendrait que de lui.


Libre à toi, pendant l’ellipse, de tenter de former des groupes si tu le souhaites.

_________________
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
viewtopic.php?f=2&p=70493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
viewtopic.php?f=243&t=4109&p=70764#p70764


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 16 Juin 2017, 16:42 
Hors ligne
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 29 Jan 2012, 17:19
Messages: 222
L'ambiance dans le campement ce matin était morose. Partout, des participants démotivés erraient tels des désespérés partout entre les tentes, faisant savoir à qui voulait entendre qu'ils avaient échoués et qu'ils ne participeraient plus que pour l'honneur et la gloire, voire qu'ils ne participeraient juste pas. Visiblement, cette expérience brisait quelque peu les espoirs de grandeurs de certains des combattants.
Pour autant, Raël fût surpris d'apprendre que l'épreuve qui arrivait n'aurait pas de réunion préliminaire. Certes, les combattants classés étaient quasiment certains de passer aux étapes supérieures, mais tout de même! Enfin, dans tous les cas ça ne concernait plus le Scythien qui n'avait d'autre choix que de se créer sa propre équipe.

Pour cela il devait réfléchir à une stratégie, mais seul ou avec trois ou quatre hommes il ne faudrait pas qu'elle soit trop ambitieuse. En réalité, le plus simple serait certainement d'éliminer rapidement les norses et autres incapables de tenir à cheval plus de quelques secondes. Oui, ce serait la bonne solution pour s'assurer un certains nombre de point. Mieux valait éviter les bretonniens, on ne vantait que trop leur talent sur un canasson pour aller les titiller sur ce terrain. Restait à improviser un groupe pour l'aider.

Evidemment, il alla d'abord chercher Thibault de Pongevin. Certes, ce n'était clairement pas le meilleur des combattants de ce tournoi, mais il avait prouvé une certaine habileté pour l'affrontement. Et puis au fond, même s'il restait membre d'un pays ennemi, Raël devait avouer que ça lui ferait plaisir de le voir passer au second tour. Il n'avait aucune chance de convaincre mais au moins cela lui apporterait une certaine réputation. Une fois qu'il l'eut trouvé, dans les "quartiers" bretonniens, il lui suffit de dire:


-"Ah, Pongevin! Ca me fait plaisir de vous voir... J'ai besoin d'un groupe autour de moi pour tout à l'heure. J'ai l'intention d'attaquer directement les norses sans leur laisser aucune chance, mais j'ai besoin d'hommes avec moi pour ça et je veux que vous en soyez. Ils effraient les masses, mais à cheval ils ne seront d'aucune efficacité. Il nous suffira de les cueillir un à un pour devenir des héros et recevoir des points..."

Cette affaire réglée, il suffit à Raël de convaincre deux autres participants pas trop mal classés d'appliquer cette stratégie et c'était terminé. Ils seraient quatre à charger l'ennemi, cela suffirait sans doute pour vaincre, entre les abandons et la faiblesse de l'adversaire.

Une fois sur le champ de bataille improvisé, le Scythien dû bien admettre que ses adversaires étaient effrayants. Grands, barbus, poussant des cris gutturaux... On sentait que de leur région natale dont notre héros n'avait jamais entendu parler, la vie devait être rude. Ou grossière, au choix.
Toujours était-il qu'accompagné de ses compagnons, le guerrier déclara la charge juste après le cor de départ. Il flatta l'encolure d'Asaph, laquelle brûlait sans doute de se venger de son ancienne contre-performance, puis éperonna pour se jeter dans la mêlée, arme au clair. Ce serait facile: d'abord les norses, puis les autres, en essayant d'éviter les champions...

_________________
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 12 | End 12 | Hab 9 | Cha 8 | Int 10 | Ini 14 | Att 14 | Par 14 | Tir 8 | NA 3 | PV 90/90
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem

Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)


Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 19 Juin 2017, 20:50, modifié 1 fois.
+4 xps


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 18 Juin 2017, 17:35 
Hors ligne
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Oct 2011, 11:56
Messages: 907
Citation:
Test de CHA : 6 ! Réussite : tu parviens à former un groupe de trois personnes autour de toi comme tu le souhaites.


Thibault de Pongevin ne fut pas très difficile à trouver ni à convaincre. En effet, non seulement il appréciait personnellement Raël Khem, mais en plus il l’estimait comme l’un des meilleurs combattants présents au tournoi, l’un des favoris. Il fallait également ajouter à cela que la tactique proposée par le scythien était à la fois très simple et très intelligente ! Car même s’il n’était pas spécialiste en la matière, notre guerrier avait su repérer la faiblesse des norses à cheval. De plus, leurs groupes manquaient toujours de discipline et de cohésion interne, de sorte que ces norses se comportaient plus comme des peaux-vertes semblables aux hordes d’orques sauvages aux frontières de Nehekhara que comme une armée rangée et disciplinée comme l’étaient celles des rois des tombes, des impériaux et des bretonniens, dans une moindre mesure. Evidemment, les norses n’étaient pas pour autant aussi stupides ni aussi bestiaux que les puissants orques tatoués aux crânes tannés par le soleil qui avait achevé de les rendre à moitié fous. Mais parmi les adversaires en lice, c’était sans aucun doute le groupe le plus faible à cheval. Deux autres concurrents bretonniens classés aux alentours des cinquantième et soixante-dixième places rejoignirent eux aussi le groupe de notre héros, poussés par le bénéfice potentiel de s’associer avec l’un des plus fort et de profiter eux aussi de sa puissance.

De telle sorte que lorsque le cor retentit et que l’épreuve fut officiellement lancée, ce ne fut pas un ni deux, mais bien une formation de quatre cavaliers émérites qui chargea lances baissées vers le groupe des norses bien mal à l’aise sur leurs montures qui n’avaient rien de destriers, mais étaient plutôt des chevaux de trait ou de bât, quand ce n’étaient pas des poneys ou des coursiers. Un assemblage hétéroclite de montures volées au cours de nombreux raids, ou échangées par le commerce, en somme. A cela il fallait ajouter une tradition martiale très peu, voire à vrai dire absolument pas, basée sur le combat monté. Leur équipement traduisait bien cela. Des épées, des haches, des gourdins, des épieux. Parfois même des armes à deux mains alors que leurs propriétaires ne savaient pas tenir à cheval sans lâcher la bride.

Bref, cela promettait un carnage, en dépit de l’écrasante supériorité numérique des norses qui restait un groupe soudé autour de leur charismatique et puissant chef, Karloman Bras-de-Chêne, qui lui aussi paraissait mal à l’aise, mais était au moins monté sur un cheval de guerre, certes très mal entretenu.


Citation:
Les profils des norses à cheval subissent des malus importants. De plus, s’ils se battent à cheval ou tentent une action complexe, ils risquent de tomber (test d’HAB non modifiée cette fois), car ils n’ont pas la compétence « équitation ».

Vous affrontez à 4 un groupe de 20 !

Round 0 :
Ce round représente la charge et l’allonge bien supérieure des lances de cavalerie. C’est un « round d’attaque offert » à Raël et aux siens, où l’ennemi ne pourra pas riposter.

Attaque de Raël : 13 ! Touché de justesse ! Parade : 9. Ratée (car il y a le malus). Vu la puissance de l’impact l’homme touché ne peut que tomber.
Attaque de Thibault 7. Touché ! Parade : 3. Norse fait un test d’HAB : 20 ! Echec critique : il tombe à la renverse et fait peur à un autre norse qui tente une manœuvre pour l’éviter et tombe lui aussi de cheval ! 2 pour le prix d’un !
Attaque d’allié 1 : 4. Parade : 20. Echec critique : il s’accroche à un camarade pour éviter de tomber et le fait tomber aussi, ce qui compte 2 tués pour allié 1 !
Attaque d’allié 2 : 7. Parade : 20 ! Echec critique ! Son cheval se cabre tandis que le cavalier est projeté au sol. Un autre cheval proche de norse est effrayé, se cabre aussi et part au galop ! Son propriétaire tombe par terre aussi ! 2 tués pour allié 2 !
Attaque 2 de Raël : 17. Ratée.

Il reste 13 norses seulement !

Round 1 : (Avec les malus des norses vous frappez tous avant eux, sauf la 2ème attaque de Raël bien sûr).
Attaque de Raël : 1 ! Réussite critique ! Parade : 15. Ratée (car il y a le malus). Tu élimines un norse qui fait tomber lui aussi un camarade ! 2 tués pour toi !
Attaque de Thibault : 16. Ratée.
Attaque d’allié 1 : 6. Touché ! Parade : 2. Réussite. Le norse est juste blessé mais rate son test d’HAB : il ne se maintient pas en selle et est donc éliminé !
Attaque d’allié 2 : 3. Parade : 1 ! Réussite critique ! Ce norse (appelons le « norse 7 ») se maintien, pare totalement le coup et pourra se battre normalement on va dire qu’il est l’un des rares à avoir « équitation » !

8 attaques de norses sur vous (ils vous submergent) [Karloman ne peut attaquer, on considère qu’il est encore parmi les 2 derniers qui ne peuvent pas encore attaquer] !

Attaque de norse 1 sur Raël : 17 ! Raté !
Attaque de norse 2 sur Raël : 4 ! Touché ! Parade : 3. Réussite. Localisation : torse. Aucun dégât (tu es un sacré tank mine de rien, il avait 13 de FOR le bonhomme).
Attaque de norse 3 sur Thibault : 3. Touché. Parade : 18. Ratée. Relance bouclier : 1. Réussite critique. Aucun dégât.
Attaque de norse 4 sur Thibault : 10. Raté.
Attaque de norse 5 sur allié 1 : 4. Touché. Parade : 18. Ratée. Relance bouclier : 17. Ratée. Dégâts : importants. Test d’HAB : 16. Raté. Allié 1 est éliminé, désarçonné !
Attaque de norse 6 sur allié 2 : 3. Parade : 17. Ratée. Relance bouclier : 12. Ratée. Dégâts : importants. Test d’HAB : 6 ! Il se maintient en selle !
Attaque de norse 7 sur allié 2 : 19. Raté.
Attaque de norse 8 sur allié 2 : 9. Raté.

Attaque 2 de Raël : 3. Réussite. Parade : 7. Réussite ! Test d’HAB : 14. Loupé ! Norse 1 tombe par terre.

Test d’HAB des norses restant n’en ayant pas déjà effectués et ayant combattu :
Norse 2 : 18
Norse 3 : 15
Norse 4 : 14
Norse 5 : 17
Norse 6 : 4
Norse 7 : Automatiquement réussi (il a “equitation”).
Norse 8 : 16.
Seuls norses 6 et 7 pourront combattre au prochain tour, les autres devant se stabiliser. Ils pourront cependant se défendre normalement.


Il reste 9 norses, dont Karloman.

Round 2 :
Attaque de Raël : 17 ! Raté !
Attaque de Thibault : 7. Touché. Parade : 18. Ratée. Test d’HAB du norse : 20 ! Echec critique (décidément les 20 veulent sortir aujourd’hui). Il entraîne un camarade dans sa chute !
Attaque d’allié 2 : 7. Touché. Parade : 12. Ratée. Test d’HAB : 8. Réussite. Il se maintient mais est « blessé ».

Tous les norses restants et capables de le faire vous engagent :

Karloman attaque allié 2: 18. Raté.
Norse 6 attaque allié 2 : 16. Raté.
Norse 7 attaque Thibault : 7 ! Touché ! Parade : 13. Ratée. Relance : 16. Ratée ! Dégâts subis : importants. Test d’HAB : 3. Réussite. Thibault se maintien.
Norse 9 attaque allié 2 : 15. Raté.

Attaque 2 de Raël : 15. Raté.
Attaque 2 de Karloman sur Raël : 17. Raté.
Attaque 3 de Karloman sur Thibault : 6. Touché ! Plus de parade possible pour Thibault (il a déjà utilisé toutes ses actions à ce tour). Thibault est éliminé par la violence du coup.

Test d’HAB pour les norses ayant combattu et ne l’ayant pas déjà fait :
Norse 6 : 3. Réussite.
Norse 7 : Réussite automatique (« équitation »).
Norse 9 : 20 ! Echec critique, il tombe tout seul. Ses points ne vont à personne, il s’est disqualifié tout seul !
Karloman : 2. Réussite.

Il reste 6 norses dont Karloman, tous pourront attaquer au prochain tour (dans la limite de 4 ennemis sur une même personne).


Round 3 :
Attaque de Raël : 16 ! Raté !
Attaque d’allié 2 : 5. Touché. Parade : 20. Echec critique ! Encore 2 norses qui dégringolent !

Tous les norses restants et capables de le faire vous engagent :

Karloman attaque Raël : 10. Touché. Parade : 6. Réussite. Localisation : bras droit ! Tu subis 4 points de dégâts (quelle résistance, il t’avait pourtant infligé 63 points de dégâts bruts !)
Norse 2 attaque allié 2 : 7 touché ! Parade : 2. Réussite. RAS.
Norse 3 attaque Raël : 2. Plus de parade possible à moins de sacrifier une attaque. Tu encaisses donc le coup. Localisation : torse. Dégâts : 30 ! Tu tiens encore en selle !
Norse 7 attaque allié 2 : 3 ! Touché ! Pas de parade possible car actions déjà utilisées : allié 2 est éliminé !

Attaque 2 de Raël : 13. Réussie. Parade : 5. Réussite. Test d’HAB : 11. Raté ! Un norse supplémentaire tombe.
Attaque 2 de Karloman sur Raël : 13. Raté.
Attaque 3 de Karloman sur Raël : 10. Touché ! Plus de parade possible pour Raël (toutes les actions déjà utilisées). Localisation : torse. Dégâts : 37 !

Il te reste 19 PVs ! Comme tu as perdu beaucoup de PVs en 1 tour (en fait 71 PVs), il y a un test d’HAB pour toi : 9. Raté, aussi fou que cela puisse paraître (j’ai halluciné en voyant que tu n’avais que 8 en HAB) !
Relance exceptionnelle sur les caractéristiques du cheval (en l’occurrence DOC de la jument Asaph pour voir si elle te maintient quand même en selle) : 11. Raté.

Tu tombes par terre sonné par la violence du coup de Karloman, et est donc éliminé.

Néanmoins, sur l’ensemble du combat, tu as marqué :
75 points pour 5 éliminés personnellement.


C’était fini. Le classement ne bougerait plus, il était définitif, et désormais tout se jouerait sur des performances individuelles. Cette fois-ci, le groupe d’Alban de Rochebrume et de ses sbires l’avait emporté sur celui de Raël, sans doute à cause du plus grand nombre de bretonniens et d’une organisation meilleure sur cette deuxième épreuve, notamment une charge en fer de lance qui avait fait des ravages parmi la masse des cavaliers alliés du scythien. Mais tout cela était terminé.

Image
Image


A l’issue de cette première semaine de compétition, il y avait les déçus et les vainqueurs, les qualifiés et ceux qui ne l’étaient pas. Le tirage au sort des duels n’était pas encore connu et serait gardé secret jusqu’au dernier moment, le jour même de l’épreuve. L’objectif de l’organisation était de conserver le suspens et surtout d’éviter au maximum toute tentation de triche. Si l’on ne savait qui serait son adversaire jusqu’au jour de l’épreuve, il serait plus difficile de l’empoisonner, de le soudoyer ou de faire pression sur lui. Pas impossible, certes, mais plus difficile.

Mais pour l’instant, l’esprit de la plupart des participants n’était pas encore focalisé sur les duels qui arriveraient dès le wellentag prochain. En cette fin de journée, trois options principales existaient. D’abord, faire la fête ! Les qualifiés, et même une partie des disqualifiés qui étaient venus pour participer, étaient libérés momentanément d’un grand poids, ils pouvaient se relâcher et auraient un week-end pour se reposer avant la reprise. C’était l’occasion ou jamais de participer et de goûter aux joies de l’énorme foire qu’était aussi le tournoi, dans sa partie non pas sportive mais évènementielle et commerçante. Il y avait des stands de forains partout ça et là, des marchands de tous les horizons qui vendaient à près tout ce qu’on pouvait imaginer, des lieux plus ou moins clandestins de jeu, de plaisir charnel et un nombre incalculable de débits de boissons alcoolisées et de stands de sucreries, ces deux mets étant très répandus et très appréciés en Bretonnie dont c’était des spécialités. Des petits combats et mini-épreuves seraient organisées un peu partout pour amuser les badauds. Quant au véritable pré des épreuves, entouré par les tribunes, ce serait la place où il faudrait être si l’on voulait assister aux remises des prix officielles et au banquet pour ceux qui s’étaient distingués lors de la 5ème épreuve, mais également sur l’ensemble de la première partie du tournoi.

Mais la ville de tentes n’était pas le seul endroit à être animé, même si assurément ce serait là qu’il y aurait le plus d’ambiance. Dans la ville de pierres aussi, les festivités déborderaient ! Et jusqu’aux tours de la Confrérie, où l’intendant Godemar Fitzgodric avait officiellement convié tous les candidats qualifiés pour le second tour, après la cérémonie de remise des prix. Il se disait cependant qu’il y aurait peu de monde dans les tours de la Confrérie du Phare, car les nobles avaient eux lancé une contre-réception pour tous les gens au sang bleu au sein du château seigneurial, et que la plupart des petits candidats trop grossiers préféraient l’ambiance chaude de la ville éphémère ou de L’Anguille elle-même à celle de la bourgeoisie qui serait de mise dans les tours de la Confrérie.

A part ceux qui faisaient la fête, d’autres préféraient s’isoler loin du tumulte et de l’effervescence de cette soirée et nuit qui promettait d’être folle. Que ce soit par conviction personnelle, pour s’entraîner ou pour rester concentré sur les épreuves, ceux-là devaient partir assez loin dans la campagne pour trouver le calme.

Enfin, bien sûr, comme Raël, il y avait ceux qui avaient des échéances. En l’occurrence, le scythien avait un rendez-vous avec un joli brin de femme devant sa tente ce soir. Mais peut-être se rappelait-il également que, malheureusement pour lui, Aziz devrait partir dès le lendemain. D’ailleurs, en parlant d’Aziz, cela faisait quelques jours déjà, depuis leur dernière discussion difficile en fait, que notre héros ne lui avait plus parlé. Il l’avait aperçu qui l’encourageait à de nombreuses reprises dans les tribunes cependant, car il avait obtenu l’autorisation de quitter l’infirmerie, mais à part cela, Raël ne l’avait sinon presque jamais croisé, comme si l’enfant cherchait à l’éviter ou à lui faire la tête.

S’il souhaitait retrouver l’enfant ce soir qui serait leur dernier avant leur séparation pour au minimum de longs mois, le mieux serait sans doute de demander à Jeannine, sa servante qui s’était occupée de son fils adoptif et était devenue assez proche de lui au final, presque comme une sorte de « nounou ».

Evidemment, cette nuit très agitée serait aussi très propice aux exactions en tout genre, et la garde complètement dépassée. Vols, bagarres, prostitution, jeu et escroqueries iraient bon train, bien sûr, et ne seraient même pas poursuivis à moins d’être très graves. Mais aussi plus spécifiquement tricheries, assassinats, pressions pour favoriser tel ou tel. Car au fur et à mesure qu’on se rapprochait de la fin du tournoi, les enjeux augmentaient, et certaines personnes et organisations avaient misé très gros sur leur favori et feraient tout pour les avantager. Raël avait pu le constater à ses dépends plusieurs fois déjà.


C'est la fin d'après-midi, il est vers 18H00/18H30 quand l'épreuve se termine et que tu peux vaquer à tes occupations. L'ambiance commence déjà à monter. La remise des prix devant les gradins est à 19H00 et durera environ une heure. Vous êtes conviés à 21H00 dans la tour de la Confrérie pour un banquet et dîner et soirée de gala bourgeoise. Partout ailleurs c'est la folie dans la ville et encore plus dans la ville de tentes.

L'argent et l'alcool coule à flots, pour le plus grand plaisir de la Confrérie du Phare qui s'en met plein les poches avec cet évènement qui est une réussite populaire et touristique, entre les ventes, les nuits d'auberge, les taxes sur les importations/ventes, et les autorisations payantes de monter un stand ou une activité, etc...

_________________
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
viewtopic.php?f=2&p=70493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
viewtopic.php?f=243&t=4109&p=70764#p70764


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 19 Juin 2017, 20:53 
Hors ligne
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 29 Jan 2012, 17:19
Messages: 222
Je vais prendre quelques libertés, dis-moi si ça va trop loin!


La charge était épique. Les quatre cavaliers, en armure ou en tenue de combat, s'élançaient lances en avant pour désarçonner leurs maladroits adversaires. Ils fonçaient à un contre cinq, vers une défaite probable malgré le désarroi de leurs adversaires, mais au moins le combat n'en serait que plus glorieux!

-"A l'attaque! Pour les dieux et la gloire!"

Le premier impact fût brutal. Raël envoya directement à terre un norse qui tentait de le frapper avec une masse à deux mains. L'arme, bien inutile dans ce cas, nu lui fût d'aucun secours et ne fit que précipiter la chute de l'adversaire sur le sable chaud. Les alliés, notamment Thibault, eurent encore plus de chance: leurs attaques firent chuter non seulement leurs assaillants mais aussi ceux qui les suivaient! En conséquence sept norses avaient déjà chus après seulement une rencontre! Voilà qui resterait dans les annales!
La suite se compliqua rapidement. Passé le premier impact où les hommes du Nord avaient subis ils furent capable de former un bloc compact autour de l'équipe venue les défier. A vrai dire, le Scythien doutait sérieusement que cette manœuvre soit volontaire, il semblait plutôt que c'était la conséquence logique des mouvements de chacun. Dans tous les cas, la situation se compliquait: les norses étaient certes des incapables à cheval mais ils se défendaient fort bien au combat rapproché, de ce que le tableau des scores montrait. Il faudrait redoubler d'ardeur pour les abattre.

C'est ce que les quatre alliés firent. En premier, Raël décocha un coup de lance rapide à un guerrier trop proche à son goût, le faisant chuter sur un camarade et les faisant tous les deux dégringoler au sol. Thibault tenta bien une attaque sur un ennemi, mais celui-ci, dans un coup de chance, l'esquiva d'un mouvement sur le côté. Il fût heureusement fauché par le coup d'un autre bretonnien arrivé juste derrière. Le deuxième allié était aux prises avec un norse qui, étonnamment, semblait savoir se battre à cheval! Incroyable, mais véridique!

La riposte des barbares fût aussi brutale que féroce. En tombant à moitié, ils firent pleuvoir un déluge de coups sur le Scythien et ses alliés. Notre héros parvint à dévier quelques coups grâce à son bouclier, mais un des bretonniens n'eut pas cette chance et s'effondra directement. Furieux, Raël profita de la déconfiture de son opposant pour lui porter un coup au corps et le faire tomber.

Pendant l'instant de flottement qui suivi, le maître-d'armes compta qu'il restait neuf guerriers adverses. Quelle que soit l'issue du combat, il pourrait se vanter d'avoir infligé des pertes terribles aux barbares avec sa petite équipe!
La passe-d'armes suivante confirma malheureusement la force du chef des norses, Karloman. Celui-ci, bien que toujours mal à l'aise sur son canasson défraîchit, semblait assez fort physiquement pour mettre à terre en quelques coups des chevaliers, comme il le prouva avec Thibault. Sa technique était simple mais efficace: frapper le plus fort possible en essayant de rester en place jusqu'à ce que son adversaire chute.

Toujours était-il qu'à la dernière petite bataille, il ne restait plus que six norses sur les vingt au départ. Leur défaite était terrible et nul doute qu'en affrontement réel ils auraient déjà reculés depuis un bon moment. Pour autant, dans cette arène ils ne faiblirent pas et noyèrent les bretonniens et le Scythien sous une avalanche de coups venant de tous les côtés! Malgré le fait que deux des leurs chutèrent en plus, Raël ne put rien faire contre le déluge de frappe et chuta lors d'un coup très violent donné par ce monstre de Karloman.

Quelques secondes plus tard, le Scythien était dans le public, assez déçu de sa performance. Certes il avait écrasé cinq adversaires, mais il aurait pu faire beaucoup mieux! Il avait sous-estimé son adversaire et cela l'avait conduit à sa perte. Une certaine ironie qui n'était pas sans lui rappeler Romain d'Albon. Lui aussi avait échoué à cause de sa trop grande confiance en ses propres capacités.

Enfin! Toujours était-il que l'épreuve s'achevait là, sur une victoire de ce snob d'Alban de Rochebrume. A en croire le tableau des scores, Raël se trouvait à la onzième place. Un score honorable mais qui aurait sans doute pu être meilleur s'il n'avait pas fait n'importe quoi lors de l'épreuve d'adresse à cheval. Dans tous les cas, l'heure n'était plus au doute ou à la crainte mais à la fête! Pour autant, le Scythien avait une autre pensée en tête. Bien vite, il trouva Jeanine et lui demanda:


-"Tu saurais où est Aziz? Je dois lui parler."

Elle lui indiqua bien vite un endroit un peu à l'écart de la ville de tentes. Il devait sans doute y bouder, comme à son habitude. Raël n'y allait pas le cœur léger, cette discorde entre lui et son fils adoptif l'attristait beaucoup. Il voulait lui faire comprendre que c'était pour son bien, pour son avenir... Mais comment raisonner un adolescent? Il le trouva finalement assis aux abords du camp, comme prévu. Le Scythien lâcha un soupir et alla s'asseoir à côté du garnement.

-"Je sais ce que tu penses Aziz, que je te mets de côté parce que tu es un poids pour moi, parce que je ne te fais pas confiance... Ce n'est pas vrai. Tu as été une source d'inspiration pour moi ces derniers mois, tu m'as donné la force de continuer, tu m'as montré ce pour quoi je me battais: pour un futur meilleur pour les miens.

Si tu restes, je crains que d'autres s'en prennent à toi. J'ai montré à certains participants que j'étais une vraie menace et certains ont sans doute déjà mis des prix sur ma tête. Tu dois être en dehors de tout ça. C'est pour ça que je t'envoie à Numas, pas pour autre chose. Et puis là-bas, on t'apprendra les coutumes du désert, les traditions, les légendes, l'art du combat... Je suis sûr que quand je rentrerai, Aziz, je serai fier de toi."


Avec un sourire, le bretteur ébouriffa les cheveux de son protégé, comme il en avait l'habitude. Il rit un peu.

-"Raconte-leur nos exploits et ce que nous avons fait pour les dieux. Entraîne-toi dur et deviens le guerrier qui me vaincra. Maintenant, va te coucher! Tu auras besoin de repos pour demain..."

Après avoir éventuellement écouté ce que son garçon avait à lui dire, Raël parti vers la tour de la Confrérie. Ces festivités bourgeoises allaient sans doute le lasser rapidement, mais Jeannot aurait sans doute des choses à lui dire. D'ailleurs, même s'il ne se l'avouait pas, il craignait un mauvais coup dans la ville de tentes. Décidément, ce tournoi était plus stressant que prévu...

_________________
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 12 | End 12 | Hab 9 | Cha 8 | Int 10 | Ini 14 | Att 14 | Par 14 | Tir 8 | NA 3 | PV 90/90
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem

Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)


Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 19 Juin 2017, 20:53, modifié 1 fois.
+6 xps


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 22 Juin 2017, 21:49 
Hors ligne
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Oct 2011, 11:56
Messages: 907
Effectivement, Aziz ne fut pas très difficile à trouver, une fois que Raël eut été mis au courant par Jeanine. Grâce aux informations de cette dernière, le guerrier tomba bientôt sur son fils adoptif qui était en train de contempler son dernier coucher de soleil avant longtemps en Bretonnie, sans doute. L’enfant s’était mis à l’écart de la foule et des festivités folles, il était en fait assis sur la falaise qui surplombait la mer, légèrement hors des murs de la ville. Sans doute aurait-il préféré le phare qui offrait encore une meilleure vue, mais l’endroit, à l’heure qu’il était, devait être bondé de fêtards et très peu propice à la contemplation, à l’isolement et au recueillement.

Rappel des lieux : Carte schématique (pas à l’échelle pour les ouvrages types murs, ponts, etc…), de L’Anguille.

Image

Légende :
-Le haut de la carte représente le Nord.
-En bleu foncé c’est l’eau. L’océan et l’embouchure Sannez en amont.
-En violet les contours du mur, les cercles violets représentant les tours et bases d’artillerie sur le mur, le cercle violet avec l’étoile bleue c’est le phare (NB : à son pied [mais tout de même à hauteur sur le mur] il y aussi une base d’artillerie et 1 poste de garde).
-La zone marron dans le mur d’enceinte c’est la porte d’entrée principale de la ville.
-Les cercles blancs dans l’eau, c’est : pour le gros le château ducal. Pour les 4 petits les tours de la Confrérie. Celui avec l’étoile orange c’est la tour où est gardée la lance.
-Les traits rouges c’est les ponts, ils ne sont pas à l’échelle. Tous peuvent se relever au niveau des derniers mètres avant les tours/le château. Bref les ponts sont en pierre jusqu’à trois-quatre mètres devant les tours/le château, où là seuls des ponts-levis peuvent permettre de franchir le vide au dessus de l’eau.
-La zone verte (schématique) représente globalement l’emplacement du tournoi (le terrain d’activités est relativement proche des murs, le village un peu plus loin au Sud, juste hors de la carte.
-La zone grise sur les côtes, c’est le port et la zone industrielle de la ville, un secteur de docks très marchand et très animé.
-La zone rose sur les côtes, c’est des falaises, il y en a à peu près partout sur toute la côte. Le phare domine donc tout puisqu’il est bâti sur la pointe à l’extrémité Nord de la falaise. Aziz est assis dans la zone rose hors des murs en haut à gauche sur la falaise qui domine l’océan.


Le spectacle était magnifique. Jusqu’à l’horizon, la mer infinie sur laquelle voguaient au loin quelques embarcations qui s’éloignaient ou au contraire rentraient au port. Dominant tout, se baignant dans cette étendue d’eau à sa mesure, le disque solaire, qui n’était plus maintenant qu’un demi-cercle, disparaissait petit à petit, plongeant le monde dans l’obscurité alors que lui-même plongeait dans les flots. C’était une parfaite symbiose de contraires, un mariage aussi insolite que puissant, un oxymore incarné. Et pourtant, ici, ce qui paraissait impossible devenait réalité : une boule de feu géante rencontrait chaque soir un désert d’eau sans fin.

C’est perdu dans ses pensées devant la splendeur de ce paysage que Raël Khem trouva Aziz, qui ne l’entendit pas venir avant qu’il ne se manifeste. Cela fit sursauter le gamin qui voulut d’abord se lever pour s’éloigner, mais se ravisa en voyant qu’il était trop tard. Il opta donc pour une autre tactique en se murant dans le silence. Mais il n’eut de toute façon pas à s’exprimer le premier, puisque son père adoptif prit les devants.

Le discours du guerrier eut pour effet de sortir l’adolescent de l’apparente froideur neutre dont il voulait se parer. A vrai dire le gamin des rues éclata en sanglots et ne put que répondre en pleurant :


–Mais ne voyez-vous pas que je veux rester avec vous ? Les dangers, les risques, tout cela m’importe peu. Je veux les affronter à vos côtés. Vous et moi. Ensemble, père. Par pitié, je vous en prie, ne me séparez pas de vous. Vous êtes ma seule famille. Je vous en supplie, il est encore temps de renoncer. Père, je… Je vous…

Mais sa voix s’étrangla et il ne put terminer sa phrase. Submergé par l’émotion et le chagrin, le gamin se leva en pleurant et s’apprêta à partir vers les tentes. Néanmoins, s'il le souhaitait, Raël pouvait encore le retenir ou rajouter quelque chose.


***



La réception privée organisée par la Confrérie du Phare dans ses locaux était grandiose. Une véritable fête bourgeoise digne de gens qui aspiraient à imiter l’exemple de Marienburg. Jeannot y était, bien sûr, et fut agréablement surpris de constater la présence de Raël Khem dans les lieux. Il fallait dire que le marchand ne s’attendait apparemment pas à le voir, mais que son arrivée était très bien perçue, à la manière chaleureuse dont il l’accueillit, le faisant même ovationner par une partie de la salle, qui retourna bien vite à ses propres conversations et occupations.
Le riche marchand se précipita vers son champion et lui annonça d’un ton surexcité et théâtral :


–Messire Khem ! Quel plaisir de vous voir ici ! Vous nous honorez en daignant prendre part à notre petite fête, j’espère que tout y sera à vôtre goût. Si vous souhaitez profiter des réjouissances, faîtes, champion, faîtes, c’est la fête, après tout !

Mais si vous le désirez, il y a la possibilité de se retirer dans un endroit sûr pour discuter de certaines choses.


Ajouta-t-il avec un air plus sérieux.

Effectivement, il devait y avoir là les trois-quarts de la haute-bourgeoisie de l’Anguille, plus quelques dignitaires et diplomates étrangers. Ceux-ci savaient bien, en effet, que le véritable centre du pouvoir dans cette ville n’était pas à chercher du côté du château du Duc –qui n’y habitait même pas- ou de la noblesse, mais bien des commerçants de la toute-puissante Confrérie du Phare. En réalité, il y avait aussi une raison politique à leur présence, car une bonne part d’entre eux ayant intérêt à l’affaiblissement de la Bretonnie, ils avaient par conséquent tout aussi intérêt à favoriser l’indépendance de l’Anguille, surtout si la cité suivait ensuite l’exemple Marienburgeois de réussite et d’ouverture économique. Décidément, avec ces Fitzgodric, tout semblait à chaque fois mûri et réfléchi de manière à leur profiter, et le plus souvent il s’agissait de profits mutuels. « Gagnant-gagnant », comme disait la devise de Jeannot.

Outre ces gens, il y avait également une bonne proportion des qualifiés qui ne faisaient pas partie de la noblesse bretonnienne, mais appartenaient quand même à la haute société, ou représentaient leurs pays. Ainsi, il y avait Bogdan Volkov et Nicolaï Vassiliev, ainsi que les deux impériaux, Edrik Wassenberg et Oswald von Immerstad.

L’ambiance était bonne, mais très protocolaire, très « bourgeoise ». On devinait aisément que les festivités n’étaient ici que le prétexte à un jeu plus grand, que ce soit pour négocier des affaires ou placer ses pions en politique, du moins pour la plupart, car pour d’autres, comme par exemple le noble estalien Don Alberto di Matelli, profitaient à fond sans ce soucier de tout cela. L’estalien noble faisait un ravage auprès des filles de bourgeois, de par sa performance lors du tournoi, son physique, son rang, ses manières et sa fortune. C’était le parti à prendre à cette soirée, et il s’en donnait à cœur joie, lui-même n’étant pas contre un petit flirt avec de jolies bretonniennes.

Il y avait aussi un très bon buffet garni de mets délicieux de toutes les origines et des boissons les plus fines, alcoolisées ou non. Des ménestrels jouaient une musique de fond pas trop fort pour ne pas gêner les conversations lointaines, mais suffisamment pour animer une piste de danse bien pourvue en cavaliers et cavalières.

Toutefois, outre les salles dédiées à la fête, il était possible de se retirer pour parler affaire, par exemple, dans des lieux plus confidentiels, des petits salons privés aux étages supérieurs et inférieurs, qui offraient une discrétion appréciable pour traiter de certains sujets sensibles.

Une telle discussion en privé était possible avec Jeannot, si c’était bien ce que Raël souhaitait.

_________________
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
viewtopic.php?f=2&p=70493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
viewtopic.php?f=243&t=4109&p=70764#p70764


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 06 Juil 2017, 00:43 
Hors ligne
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 29 Jan 2012, 17:19
Messages: 222
Comme d'hab, dans ces situations je prends un peu de largeur avec les Pnjs, à toi de voir si je reste dans les clous!


L'ambiance était agréable, l'accueil des plus respectueux que Raël avait reçu, glorifiant son égo, avait remonté le moral d'un homme affaibli par de sombres annonces. Tout, pourtant, aurait dû rebuter le guerrier: les convives étaient pour la plupart de riches bourgeois, tous intriguaient dans leur coin pour obtenir une miette de plus de cette ville et même les dames le laissaient de côté, préférant se concentrer sur le bellâtre estalien, sur les impériaux ou d'autres membres de leurs rangs.

Aussi, c'est bien rapidement que le Scythien se retrouva isolé après la petite déclaration de Jeannot. Celui-ci, ayant comme toujours une affaire à traiter, s'effaça pour retourner à son groupe, assurant pour autant être à la disposition de notre héros. Le champion, constatant que de toute façon il ne trouverait pas à qui parler, choisi de se rendre au banquet proprement dit afin de se servir. A sa grande surprise, quelques mets arabéens avaient même été disposés sur un coin de la table, avec un peu de vin de palme. Un éclair de lucidité le frappa vite: c'était évidemment pour Rahim. Raël ne faisait le lien que maintenant, mais cet homme, si grand combattant qu'il fût, était aussi un symbole diplomatique. Les relations futures entre l'Anguille et Copher pouvaient dépendre de son traitement et de sa satisfaction...

Traversant la petite foule dans l'espoir de trouver une activité ou une conversation, le guerrier surpris plusieurs bribes d'allocutions qui s'articulaient généralement autour des mots: "argent", "alliance", "possibilité" et "échange". Ayant fait deux fois le tour de la salle sans avoir rien trouvé d'autre que d'éventuelles félicitations et serrages de mains à son passage, le maître-d'armes finit par se caler du côté des pâtisseries et saisis ce qui devait être un gâteau de miel à la mode d'Al-Haik. Il croqua.

La gourmandise le ramena des années en arrière. Avec des amis, il s'était introduit dans la tente d'un marchand arabéen de passage à Numas et avait subtilisé dans une sacoche les mêmes types de sucrerie dont les enfants raffolaient. Ils s'étaient ensuite précipités à l'ombre des palmeraies pour déguster ensemble les fruits sucrés de leur larcin. Malheureusement, il se souvenait aussi avoir senti l'étreinte sèche et froide d'une main squelettique sur son épaule et avoir été, avec ses complices, ramenés manu-militari devant le commerçant excédé. La punition avait été fort simple: dix coups de bâton sur les doigts chacun ainsi que de plates excuses faites ventre à terre. En y repensant, il ne regrettait rien. Les saveurs fleuries du miel et la douceur infinie de la pâte cuite... Tout cela valait bien un peu de mal aux pattes!

Sans y penser, il porta une coupe de vin blanc à ses lèvres et allait la déguster quand une petite voix masculine l'interpella. Un groupe de jeunes adultes, presque des adolescents, ainsi que deux ou trois péronnelles s'étaient agglutinés autour de lui pour le harceler de question sur ce qu'il était et d'où il venait. C'est à dire que l'un d'entre eux se vantaient d'avoir visité l'Arabie mais n'avait jamais rencontré personne habillé comme Raël!
La discussion fût rapide et en réalité assez évasive, le guerrier n'ayant pas pour habitude d'en révéler beaucoup sur son peuple et ses coutumes.


-"Je suis un Scythien, pas un arabéen... La différence? Les arabéens vivent dans les régions fertiles de l'Ouest et au bord de la mer, ils sont sédentaires. Mon peuple vit dans le désert à l'Est et est plus nomade... Pourquoi? Parce que c'est ainsi que nous avons toujours vécu, le désert nous apporte de quoi vivre et en échange nous le respectons et lui apportons de l'animation...

Si je suis devenu si fort? Je ne suis pas devenu très fort, tous les guerriers de mon peuple sont comme moi: le désert est rude et nous forge au combat, très jeune..."


La discussion continua encore un peu et la troupe repartie, sans doute appelée à quelques affaires commerciales par leurs parents. En passant, une jeune fille lui fit les yeux doux et un petit salut respectueux. La pauvre, comment lui expliquer qu'il allait passer la nuit à culbuter une ribaude sur une paillasse?
Toutefois, cette petite discussion le fit réfléchir plus que de coutume. Avec sa participation et son classement des plus respectables (il avait ouï dire qu'être dans les vingt premiers était déjà un gage de grand talent) il y avait un fort risque que des commerçants ou des voyageurs se retrouvent intéressés par son peuple. De là, deux possibilités. Ou bien, comme Jeannot, ils entrevoyaient des possibilités commerciales, ou bien ils estimaient que leurs services en tant que mercenaires seraient utiles.
Quelque soit le cas choisi, plus le score de Raël serait élevé et plus la crainte des Scythiens grandirait. C'était une seconde raison pour lui de faire de son mieux et, peut-être, de s'essayer à l'intrigue... Avoir de puissants riches dans sa poche pourraient peut-être éviter des attaques de pillards futures. Ou les augmenter... C'était un pari.

Néanmoins, la raison de sa venue était bien différente. Jeannot allait s'avérer utile, encore une fois.

L'interrompant au milieu d'une conversation, le guerrier lui demanda de venir s'isoler dans les étages supérieurs. Le puissant s'excusa auprès de ses invités et suivi le champion jusque dans une salle. Là, après s'être assis, Raël prit rapidement la parole: il fallait en venir au fait.


-"Je ne vais pas vous mentir: à l'aveugle, je ne pense pas être de taille à gagner le tournoi. J'ai beaucoup appris durant ces affrontements et je sais que je peux encore progresser, mais je ne pense pas être au niveau de tous les favoris. Rahim, Arenthil, Karloman, Alban peut-être... Je ne pourrai sans doute pas les battre, ou de très peu. Aussi je voudrais un service: serait-il possible de mettre à ma disposition tout ce que vous savez sur eux? Leur passé, leurs compétences martiales...

Je ne sais pas si je trouverais quelque chose d'utile là-dedans, mais si les dieux sont avec moi il y aura une faille que je pourrai exploiter..."

_________________
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 12 | End 12 | Hab 9 | Cha 8 | Int 10 | Ini 14 | Att 14 | Par 14 | Tir 8 | NA 3 | PV 90/90
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem

Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 15 Juil 2017, 10:26 
Hors ligne
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Oct 2011, 11:56
Messages: 907
Le marchand ne vit évidemment aucun inconvénient à s’isoler avec son champion afin de parler avec lui de la suite des évènements sur le plan sportif. Jeannot écouta ce que le scythien avait à lui dire, pensif, puis il hocha la tête et répondit :

–Je comprends ces doutes, ces hésitations, même si pour ma part je ne les partage pas. Ce qui est sûr, c’est qu’effectivement chacun d’eux doit avoir une faille exploitable, mais reste à savoir s’il est possible de la découvrir et de tourner ça à votre avantage. Je me demande aussi si l’on ne devrait pas attendre d’avoir le tableau final avant de préparer des stratégies contre tel ou tel adversaire. En effet, faire un résumé exhaustif de ce que l’on sait sur tout le monde ne sera sans doute pas utile, car de fait vous n’aurez pas forcément à tous les combattre. En surpasser quelques uns devrait suffire à vous assurer une place en finale et puis là, qui sait, tout serait possible.

Jeannot soupira et prit une petite pause, en attendant d’éventuelles remarques, après quoi il compléta :

–Quoi qu’il en soit, sur le principe même, nous vous aiderons, n’ayez crainte, vous aurez ces informations, le maître d’arme avec lequel vous avez déjà collaboré durant les épreuves sera briefé y compris sur la vie des autres champions et mis à votre disposition pour vous indiquer tout ce qui pourrait vous être utile.

C’est court mais j’ai peu de temps, désolé. :(

Je te laisse poser d’autres questions ou terminer la soirée si tu veux, ensuite on passera au lendemain si tu es prêt !

_________________
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
viewtopic.php?f=2&p=70493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
viewtopic.php?f=243&t=4109&p=70764#p70764


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 17 Juil 2017, 23:18 
Hors ligne
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 29 Jan 2012, 17:19
Messages: 222
Raël hocha la tête, rassuré. Il n'avait pas douté du soutien inconditionnel de Jeannot, mais il avait craint un recul du marchand devant des demandes plus précises, pouvant passer pour une forme de triche. A vrai dire, le Scythien s'en voulu d'avoir pu douter car il était clair que d'autres participants, Rahim en tête, possédaient des informations détaillées sur les autres participants. La discussion s'achevant là, le champion remercia son interlocuteur puis le laissa retourner à la soirée.
Quant au Scythien, il soupira en sortant du véritable palais des commerçants. Il avait besoin de prendre l'air et l'ambiance mêlant festivité et protocole du gala n'était pas pour lui plaire. Les rues n'étaient pas mieux, en réalité: on y dansait, on y chantait, on y riait. Tout cela était très bien et il y avait participé avec plaisir tantôt, mais là le stress du combat revenait. Cette ville, au fond, le mettait mal à l'aise.

Tout avait changé depuis l'assassin, en réalité. Il avait compris que le terrain, aussi chatoyant soit-il, restait un champs de bataille. Le départ de l'Empire, le combat contre les peaux-vertes, la victoire finale... Tout ça n'avait finalement rien changé. Il se battrait toujours, encore et encore. A quoi bon tout ça, en réalité?

L'extérieur de la ville était plus calme et, loin des lumières, on voyait apparaître les étoiles qui échappaient au masque des nuages. Raël ne se reconnaissait plus. Certes, il avait toujours eu des doutes lors de ses combats, il avait parfois hésité et, il fallait l'admettre, plus d'une fois son comportement prudent lui avait sauvé la vie. Mais là, tout était différent. Il ne s'agissait plus de doutes sur ses performances mais de doute sur ces objectifs. Une fois l'arme récupérée, que faire? Et si l'arme était maudite, serait-il impie à son tour pour l'avoir récupérée?

Il s'allongea sur le sol et observa les deux lunes dans le ciel.

Pourquoi doutait-il ainsi? Qu'est-ce qui pouvait lui arriver? Il soupira encore une fois, emportant une fourmi qui tentait de monter sur un brin d'herbe.

La perspective de dire adieu à Aziz le lendemain.
Il se retrouverait seul, pour de bon. Seul en territoire étranger. Il ne pourrait même pas se rassurer en focalisant son esprit sur sa récupération, il serait juste un voyageur sans but une fois cette arme récupérée. Que faire ensuite?
Le Scythien réfléchissait: chercher un endroit particulier qui aurait offensé les dieux? Aller éliminer les grandes menaces de ce monde, ou mourir en essayant? Retourner à Numas et continuer une vie de guerrier nomade?
Trop tôt, tout ça. D'abord, l'arme devait être récupérée. La suite...

Pris de courbatures, le bretteur se releva tant bien que mal. Il se faisait tard, sa prostituée devait commencer à l'attendre, elle l'aiderait à oublier ses malheurs. En passant rapidement à la grande fête de la ville de tente, il vola une choppe de bière qu'il engloutit d'un trait ainsi qu'une bouteille de vin pas trop mauvais pour sa compagne du soir. Le liquide doré lui rafraîchit agréablement le gosier, le déridant pour quelques minutes.

Revenant à son foyer, il eut la surprise de le trouver vide. Tant pis, au pire il irait se coucher, il faudrait se lever tôt pour dire ses au-revoir à Aziz.
A peine s'était-il dévêtu que la jeune femme aux yeux violets frappa à sa toile. Raël ouvrit avec un grand sourire et l'invita à rentrer. La nuit serait longue, mais surtout apaisante...

_________________
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 12 | End 12 | Hab 9 | Cha 8 | Int 10 | Ini 14 | Att 14 | Par 14 | Tir 8 | NA 3 | PV 90/90
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem

Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 12 sur 13
 [ 121 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 9, 10, 11, 12, 13  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs enregistrés: Lucy Trend


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par phpBB-fr.com
Based on Style Chronicles by Jakob Persson, modifications by Medenor and [MJ] Urizen. All rights reserved.